Qu’un site d’information régionale décide de participer à l’aventure d’un club sportif local qui accède à la division sportive supérieure en le «sponsorisant» (à hauteur de ses moyens et en échange d’un peu de publicité), quoi de plus normal ? Pour tout le monde : rien. Enfin pas tout à fait pour tout le monde…

Pas pour le vigilant et ombrageux Abel Mestre, ex-spécialiste de « l’extrême droite » au quotidien Le Monde, dont les qualités de journaliste et d’analyste politique ont été récemment récompensées par une mutation à la rubrique sportive du journal.

Ce dernier est en effet choqué et scandalisé par l’opération car les idées qu’il prête aux rédacteurs du dit site d’information régionale, en l’occurrence Breizh-info.com, lui déplaisent – ce qui est son droit – et donc ne devraient pas avoir leur place dans l’espace public – ce qui est beaucoup plus discutable et beaucoup moins démocratique.

Le petit Abel Mestre (dont on peut connaître la vie et l’oeuvre grâce à l’excellent portrait que lui a consacré l’OJIM), ne pouvant manquer une si belle occasion de réunir ses deux brûlantes et obsédantes passions, le sport et l’extrême-droite, a donc décidé d’écrire un bel article sur ce non-sujet sur le blog  qui sert de réceptacle régulier à ses prurits délateurs.

Car dénoncer, nuire socialement et économiquement à ses adversaires, faire des fiches,  des sous-entendus, Abel aime vraiment ça, c’est le nectar de ses jours… Heureusement d’ailleurs que c’est pour la bonne cause sinon on pourrait lui reprocher d’employer les méthodes ordinairement attribuées aux croquemitaines de cette extrême-droite tant haïe.

Le but d’Abel est simple (car l’article n’a objectivement aucun intérêt pour un lecteur lambda) : embarrasser le club signataire, alerter les habituelles associations subventionnées pour glapir contre la bête immonde et pousser les élus locaux – qui n’ont rien de plus urgent à faire – à intervenir pour faire capoter la convention et remettre en cause un contrat légalement signé.

Curieusement, Abel Mestre, le nouveau chevalier blanc du sponsoring sportif, ne s’est nullement intéressé aux possibles opinions politiques et hypothétiques engagements des autres, nombreux, annonceurs du club de rugby ; il a concentré sa vindicte et sa hargne uniquement sur Breizh-info, coupable à ses yeux de patriotisme identitaire.

Cette étrange fixation s’explique par le fait qu’Abel Mestre est avant tout un militant politique, activiste antifasciste revendiqué (engagement dont l’urgence et le courage n’échapperont à personne…) et figure bien connue de l’ultra-gauche parisienne. Son but n’est donc nullement d’informer mais de combattre son ennemi, à savoir le golem fantasmatique de l’hydre au ventre toujours fécond…

Un positionnement qui peut se concevoir mais qui délégitime assez largement sa prétention à dénoncer l’absence de neutralité et d’objectivité chez les autres. Une neutralité et une objectivité qui, rappelons-le, n’existent d’ailleurs dans aucun média, chacun ayant une ligne éditoriale et des journalistes qui, n’étant pas (encore) des robots, ont des visions du monde et des appréhensions de celui-ci qui leur sont propres.

C’est donc au nom de son idéologie que le sieur Abel Mestre est davantage outré par le fait qu’un média patriote et enraciné puisse participer, modestement d’ailleurs car ne bénéficiant pas des subsides des multinationales et des institutions à l’inverse du vertueux Le Monde, au développement d’un club de D2 de rugby que par celui qu’un Émirat obscurantiste et esclavagiste possède le club phare de la capitale française. On a les ennemis et les combats que l’on peut.

Grâce à son petit billet numérique, Abel Mestre ira sans doute se coucher fort satisfait et heureux, persuadé d’avoir accompli un nouvel acte d’une résistance particulièrement glorieuse (le logo  de Breizh-info n’apparaîtra peut-être pas sur le ballon de deux matchs du championnat ! Sonnez hautbois, résonnez musettes!), et il s’endormira tranquillement, espérant rêver à de nouveaux  faits d’armes aussi grandioses et à de beaux tribunaux d’inquisition, citoyens et démocratiques bien sûr.

Quant aux autres, les gens normaux, retenant un bâillement devant tant d’agitation hystérique, ils hausseront les épaules et retourneront à de vraies activités et de vrais problèmes, aspirant pour leur part à une société apaisée où, au delà des discours de convenance, chacun aurait vraiment le droit d’exprimer ses idées et de participer à la vie communautaire locale sans craindre les foudres et les oukazes des sycophantes à jamais enfermés dans leurs névroses et le confort bien-pensant de leurs vigies parisiennes.

Xavier Eman

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

15 Commentaires

  1. Quand un club sportif parisien signe un partenariat avec un émirat, il le fait en connaissance de cause. C’est très largement discutable sur le principe, mais il n’y a aucune tromperie.

    Par contre, quand un site comme breizh-info signe un partenariat avec un club de sport, sauf preuve du contraire il le fait de manière « masquée », en se présentant comme un site d’information « classique ». Il y a donc tromperie.

    Personne, à part vous et la personne qui a signé le partenariat, ne sait comment les choses ont été présentés. Si vous êtes allé voir ce club de rugby en leur disant ouvertement : « Nous sommes un site internet d’opinion d’extrême-droite, acceptez-vous de conclure un partenariat avec nous ? », dites-le, et l’histoire sera réglée.

    Si vous ne l’avez pas fait, arrêtez de jouer les victimes et d’occulter le fond du problème. Ou alors vous êtes tout autant dans le désinformation que les médias que vous critiquez.

    • Qu’y a-t-il de « masqué » ici ? Quel club sportif signerait un partenariat avec un site d’information sans aller voir d’abord de quoi il retourne ? Inversement, combien de lecteurs du Monde croient encore lire un grand journal d’information plutôt qu’un organe militant ? Les clubs sportifs signent en fonction de l’argent qu’ils peuvent récolter et de l’adéquation entre l’audience des journaux ou des sites et leur propre public, voilà tout. Et réciproquement pour les sites ou les journaux. Quels sont les clubs qui ont signé avec Abel Mestre ? Zéro, ça ne leur rapporterait rien du tout.

      • « Qu’y a-t-il de « masqué » ici ? Quel club sportif signerait un partenariat avec un site d’information sans aller voir d’abord de quoi il retourne ?  »
        Pourtant ca semble être le cas, au vu des déclarations du responsable de com : « Ce qui est certain, c’est que nous ne faisons pas et que nous ne ferons pas de « politique » au sein du club, et que toute forme d’extrémisme et de récupération politique n’y a/aura pas sa place. Ce qui est effectivement problématique dans cette situation, c’est lorsque un partenaire, du fait de son activité, de son positionnement, de ses prises de parole utilise directement ou indirectement notre club et son image pour faire rayonner ses positions, de surcroît politiques. C’est ce que nous condamnons fermement aujourd’hui et c’est la raison pour laquelle nous allons être amenés à prendre une série de décisions. ».

    • Oui, oui… Nasser Al-Khelaïfi est venu acheter le PSG en annonçant clairement aux autorités françaises que le Qatar était un état où les Droits de l’Homme étaient bafoués quotidiennement… C’était même la première diapositive de son PowerPoint !

      Tout comme le président de la Société Générale a soigneusement informé le RC Vannes des multiples scandales financiers et humanitaires causés par son entreprise avant de procéder à la signature du partenariat…

      Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…

      C’est une censure politique pure et simple demandée par des militants politiques qui ont apparemment plus d’intérêt dans la dénonciation d’un média de droite que dans la lutte contre le capitalisme mondialisé.

      Qu’ils continuent leurs pitreries, pendant ce temps là, on avance !

      • « Oui, oui… Nasser Al-Khelaïfi est venu acheter le PSG en annonçant clairement… »
        Vous êtes en train de dénoncer le fait de conclure un partenariat avec un club sportif, sans avoir clairement annoncé ce que faisait le partenaire… on ne peut pas dénoncer ce type de pratique tout en l’acceptant pour un autre. Surtout quand on se dit être un média de « ré-information », la moindre des choses est de commencer à informer correctement sur soi-même.

      • C’est en effet criant de pertinence. Mais !!! L’incursion des dollars qatari dans le patrimoine français (et on considérera malheureusement le psg comme du patrimoine) fait quand même des vagues dans la presse dite subventionnée selon vos termes, et ce depuis quelques années. On aimerait quand même que les journaleux traitent l’information de manière équivalente quand il s’agit de l’extrême gauche, de l’extrême droite, et de l’islamisme. Je suppose qu’en Europe occidentale, la mémoire collective a été plus martyrisée par l’extrême droite que par le stalinisme et surtout de l’islamisme. Ceci expliquant cela….

        • « Je suppose qu’en Europe occidentale, la mémoire
          collective a été plus martyrisée par l’extrême droite que par le
          stalinisme et surtout de l’islamisme. Ceci expliquant cela…. »

          Tu veux dire martyrisé par la propagande gauchiste ? Parce que très sincèrement il y a plus de victime de la seconde guerre mondiale en Europe de l’Est qu’en Europe de l’Ouest…

          Et pour ce qui est de l’islamisme il va falloir en toucher deux mots aux Espagnols, aux autrichiens, aux grecs et aux pays des balkans qui ont tous subit l’occupation ottomane.

          • C’est pour ça, cher mort d’esprit, que je parle d’Europe Occidentale, et pas d’Europe balkanique,centrale ou orientale. C’est pour ça aussi que je parle de mémoire collective et non pas d’histoire. La mémoire collective a une limite temporelle courte. Je ne sais pas si tu comprends ce concept. Or en Europe de l’Ouest n’a pas vécu sous le joug des bolchéviques, ni des islamistes (note l’emploi du passé). Par contre, elle a fait l’expérience d’un certain nombre de dictatures nationalistes ou de dérives autoritaires, anti-communistes, d’extrême droite, etc.

    • Revoilà notre simplet qui défend les multinationales opaques pour moraliser la transparence. Cette fois nous sommes dans l’argumentaire business et ça n’est pas votre matière.

      1) Avec la comptabilité française : l’investissement PSG n’est pas rentable, c’est même un gouffre financier. Il faut aller chercher les retours sur investissement ailleurs, mais où ? Aller donc regarder les comptes bancaires d’un investisseur Quataris. Meme les US ne s’en mêlent pas.

      Je rappelle également qu’une loi spéciale exonère tout Quatari résident en France d’IR.

      2) La tromperie sur le contenu de Breizh-info ? Quel idiot oserait invoquer qu’un contenu accessible à tous du 1er pure player breton fasse de la tromperie d’information. Quand on signe un contrat on est sensé se renseigner avant, à fortiori quand la chose est publique.

      Quant à l’argument pour faire avouer : « je suis d’extrème droite », revoilà le syndrome du procès politique inventé par Staline (autrefois par les inquisiteurs religieux), forcer les gens à avouer en publique ce qu’on leur attribue.

      • « Revoilà notre simplet qui défend les multinationales opaques pour moraliser la transparence. » Pouvez-vous citer le passage dans mes propos ou je « défends » ou même seulement approuve le partenariat du PSG par le Quatar ?

        « La tromperie sur le contenu de Breizh-info ? Quel idiot oserait invoquer qu’un contenu accessible à tous du 1er pure player breton fasse de la tromperie d’information. » Vous venez de traiter d’idiot le responsable communication du RC Vannes. Il appréciera…

        « Quant à l’argument pour faire avouer : « je suis d’extrème droite », revoilà le syndrome du procès politique inventé par Staline (autrefois par les inquisiteurs religieux), forcer les gens à avouer en publique ce qu’on leur attribue. »
        Je vous invite à aller déposer ce même commentaire sur breiz-atao, il sera plus adéquat.
        Je ne force personne, je demande de la transparence et de l’honnêteté. Breizh-info m’a répondu qu’ils n’étaient pas d’extrême-droite, j’en prends note. J’ai demandé quels étaient les idées d’extrême-droite auxquelles ils n’adhéraient pas, je n’ai pas eu de réponse pour l’instant.

  2. Il y a une forme d’hypocrisie, dans la mesure où le club de vannes donne des licences à des joueurs étrangers et entraîne des amateurs, bretons de souche ou issus de l’immigration, lorsque le média breizh-info n’a de cesse de mettre en avant des thèses, à tort ou à raison, remigrationnistes, ethnodifferencialistes, etc.

Comments are closed.