Réchauffement climatique : ces milliards d’hommes en trop !

rechauffement_climatique_surpopulation

28/09/2016 – 07H00 Paris (Breizh-info.com) – Les éditions de l’Æncre ont publié en ce mois de septembre, un ouvrage de Jean-Michel & Jean-Claude Hermans intitulé « Réchauffement climatique : ces milliards d’hommes en trop ! ». Un titre qui interpelle, pour un ouvrage préfacé par Brigitte Bardot, dans lequel celle-ci déclare notamment :

« Le nombre d’humains ne cesse d’augmenter et cette surpopulation devient dangereuse pour notre planète. Elle est à l’origine de la plupart des problèmes de climat, de pollution de l’air, des mers, des rivières et des sols, et des épidémies aussi. L’équilibre écologique est déjà rompu entre les humains, les animaux et la nature (…) L’agriculture intensive ne suffira plus pour nourrir les milliards d’êtres humains qui peuplent notre planète et dont le nombre ne cesse de croître chaque année ».

Nous avions déjà interrogé par le passé Alan Weisman, journaliste américain dont les propos dans notre journal sur la démographie mondiale avaient retenu l’attention des éditeurs de Manuel Scolaire puisqu’ils figurent dans un des nouveaux manuels d’Histoire Géographie des éditions Nathan.

Cette fois-ci, nos confrères d’Eurolibertés.com ont interrogé Jean-Claude Hermans sur cet ouvrage, particulièrement incisif, alarmant, percutant, à propos de ce qui va constituer la question majeure du siècle à venir ; la démographie mondiale et ses conséquences. A noter la mise en perspective, dans l’ouvrage de « l’essai sur le principe de population », de Malthus.

 Il s’agit sans doute de la question la plus écologique et la plus préoccupante pour l’environnement, et pourtant, à aucun moment, les grandes leaders politiques « écologistes » autoproclamés ne l’abordent, et pour cause ;  on touche là à une question qui dérange fortement.

Eurolibertés : Votre frère et vous avez écrit sur la surpopulation, tout d’abord sans concertation entre vous ?

Jean-Claude Hermans : Nous sommes des jumeaux homozygotes… Nos expériences personnelles nous ayant permis d’observer les drames et les souffrances engendrés par l’explosion des naissances, nous avons tous les deux écrit sur la démographie, sans savoir que l’autre en faisait autant : phénomène classique chez les jumeaux homozygotes.

Tous deux nous avons pris conscience que le problème numéro un pour la planète et l’humanité, c’est la démographie. Tout découle de ça, et curieusement, c’est totalement occulté et le sujet est tabou. Nous venons d’avoir la COP 21 et dans cette grande réunion mondiale sur le réchauffement climatique, pas un mot sur la démographie.

Eurolibertés : Vous dénoncez les « drames et souffrances engendrés par l’explosion des naissances »… Mais n’est-ce pas plutôt la mauvaise gestion des ressources naturelles qui est la cause de ces drames et souffrances ?

Jean-Claude Hermans : Non, le surpeuplement humain est bien à l’origine des problèmes de misère et de destruction de la planète. Bien sûr, cela n’empêche pas de bien gérer les ressources naturelles.

Eurolibertés : Pourquoi, d’après vous, les participants à la COP 21 n’ont-ils pas abordé la démographie dans les causes du réchauffement climatique ?

Jean-Claude Hermans : Ils n’ont pas abordé le sujet uniquement parce que le sujet est tabou. Il est interdit de parler du surpeuplement humain et parce que le politiquement correct interdit de critiquer l’Afrique et l’Asie sous peine d’être taxé de raciste. On ne peut critiquer que les Blancs et c’est pourquoi, à la COP 21, certains ont commencé à demander que l’Europe et l’Amérique paient des indemnités aux pays du tiers monde puisque l’Europe est condamnée à faire repentance et à toujours payer et qu’il est de bon ton de tout mettre sur le dos de l’Europe.

Eurolibertés : Comment expliquer un tel aveuglement ?

Jean-Claude Hermans : Certains vont aux Philippines pour parler du réchauffement climatique sans dire un mot sur la démographie, alors que ce pays est victime d’une surpopulation débordante. Espérons que ce petit livre aidera à prendre conscience du problème, et que les humains parviendront à maîtriser les naissances afin de préserver l’avenir de l’humanité.

Eurolibertés : Pourquoi avoir rajouté à votre travail Essai sur le principe de la population, un livre de Thomas Malthus, publié… en 1798 ?

Jean-Claude Hermans : Il a été décidé avec l’éditeur de rajouter le texte de Thomas Malthus, car il a été le premier à préconiser une régulation des naissances, à l’époque pour lutter contre la pauvreté. Le texte de Malthus est un plaidoyer contre la misère et pour la charité chrétienne. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de lutter uniquement contre la pauvreté, mais contre la destruction des espèces, des biotopes naturels, et du réchauffement climatique qui résulte de la surpopulation de la planète.

Eurolibertés : En quoi le livre de Malthus – que beaucoup connaissent sans l’avoir lu, faute d’édition récente – est-il encore d’actualité ?

Jean-Claude Hermans : Malthus parle beaucoup de l’émigration dans son livre et dit que les pauvres sont obligés d’émigrer s’il n’y a plus de travail. À son époque l’émigration, c’était changer de comté et aller à 50 ou 100 km de chez soi. Et aujourd’hui, nous avons le même phénomène d’émigration, sauf que les pauvres ne changent plus de comté, mais de continent, et tous les pauvres de l’Asie et de l’Afrique ne rêvent que d’émigrer en Europe.

Réchauffement climatique : ces milliards d’hommes en trop !, Jean-Michel & Jean-Claude Hermans, Thomas Malthus, Éditions de L’Æncre, collection « À nouveau siècle, nouveaux enjeux », dirigée par Philippe Randa, 214 pages, 27 euros.  Pour commander ce livre via internet, cliquez ici.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

6 réponses

  1. STOP !
    Ce problème est un absolument faux problème ! IL – N’Y – A – PAS – DE – SURPOPULATION – MONDIALE !!!
    Il y a, et cela c’est parfaitement vrai, une très mauvaise répartition des richesses. Et quand j’écris cela, je ne veux absolument pas dire que les pays riches devraient payer pour les pays pauvres. NON ! C’est aux pays pauvres de se débrouiller comme des grands. Le problème, c’est que les pays riches, pour se donner bonne conscience, déversent des milliards pour se donne bonne conscience aux pays pauvres, ces milliards étant en général captés par les castes dirigeantes des pays pauvres. Quand je parle de se donner bonne conscience, je sais que c’est aussi largement faux ; il s’agit surtout pour les pays riches de s’acheter des dictateurs pour avoir les coudées franches dans ces pays quant à l’exploitation des ressources naturelles ou quant à des jeux politiques obscurs.
    Que je sache, l’Afrique est un continent d’une richesse naturelle INCROYABLE (pierres précieuses, pétrole, uranium, matières rares pour l’électronique, et j’en passe). Et quant on voit par exemple la pauvreté de l’Algérie, qui avec son pétrole devrait être un Eldorado, on se dit que le « méchant » blanc, qui en avait fait un pays prospère, au prix d’investissements colossaux jamais récupérés !, aurait mieux fait d’y rester.
    Je me permets de vous signaler que, d’après https://www.populationdata.net/continents/afrique/, la densité de population de l’Afrique est de 38,55 habitants / km². Densité de l’Europe ? 32,44 habitants / km². Sachant que le déclin démographique de l’Europe devient très préoccupant (ah ben oui, tiens, il n’en parle pas l’ami Hermans, de ce problème !), où est la surpopulation de l’Afrique ?!
    Avec ces prophètes de malheur, on obtient des crypto-nazis tels que Bill Gates ou Georges Soros qui n’ont de cesse que de stériliser les populations pauvres, ce souvent A LEUR INSU !!!
    MAIS FOUTEZ LA PAIX AUX PAUVRES !!! ARRETEZ DE LEUR FAIRE LA MORALE AVEC NOS PSEUDO-DEMOCRATIE !!! ET LAISSEZ LEUR SE DEBROUILLER SEULS !!! Cela se passera beaucoup mieux pour eux !
    Et il faut arrêter de les laisser venir chez nous !!! Ce n’est une solution pour personne : ils nous appauvrissent, ils ne s’enrichissent pas matériellement et culturellement ils perdent tout ! Et ils appauvrissent leurs pays.
    En bref, laissez faire la nature et laissez les peuples se gouverner eux-mêmes.
    MERCI !

  2. L’exemple de Malthus est pourtant assez décourageant pour cette vision « malthusienne » de la population mondiale : aucune des catastrophes qu’il prédisait ne s’est produite, la population mondiale a plus que décuplé, mais la pauvreté moyenne a été fortement réduite et la proportion de pauvres dans la population globale a fortement diminué. Certes il reste encore des poches de pauvreté absolue, mais elles sont proportionnellement beaucoup moins nombreuses qu’au XVIIIème siècle. Dans la plupart des cas cette « pauvreté absolue » correspond à un niveau de vie meilleur que celui des « pauvres absolus » du XVIIIème siècle.

    Quant à la pression démographique, elle diminue quand la pauvreté diminue, plutôt que le contraire.

    De façon tout à fait inconsciente (j’en suis persuadée), certains de ceux qui estiment qu’il y a des « milliards d’humains en trop » cèdent à une pression suicidaire – suicidaire pour l’humanité, j’entends – souvent présente dans certains milieux écologistes.

    D’autres, au contraire espèrent vaguement connaître un « paradis » sur une planète rénovée, revenue comme à l’aube des temps, débarrassée de ses « parasites humains », sachant qu’eux-mêmes, instruits et relativement riches, ne risquent pas de faire partie de ces derniers.

    Quand je parle de « parasites humains », je pense en particulier aux raisons qui ont poussé Margaret Sanger à fonder Planned Parenthood : il s’agissait d’empêcher la reproduction des races inférieures et autres parasites humains, ce qu’elle a d’ailleurs enseigné à Hitler.

    1. Aucune catastrophe!!! Anne Lys la duchesse!!! combien de massacre d’humains dans les guerres pendant 4 siècles! faites le compte! vous êtes sotte? ou inconsciente?

      1. Si Anne Lys est sotte, vous, vous êtes carrément gravement atteint ! Alors il faudrait limiter la population pour limiter les guerres ?! D’abord ce n’est absolument pas le sujet, lequel est qu’il y aurait une surpopulation entraînant une dégradation de la nature et une paupérisation, ensuite cela procède d’une logique pour le moins tordue, pour ne pas dire parfaitement paradoxale : pour éviter que les hommes ne s’entretuent, empêchont qu’il y ait des hommes !
        Ah ben ça c’est sûr, ça résoud le problème ! Plus d’homme, plus de bagarre entre hommes !
        Certes, mais ça limite quand même vachement l’intérêt de la vie humaine, vu qu’il n’y a plus de vie humaine…

  3. La population mondiale croit avec la consommation d’énergie et en premier lieu du pétrole. On dépasse les 90 mo/b/jour. Cette production diminuera entrainant la baisse de production de secteurs comme l’agriculture. La surpopulation détruit l’environnement mais aussi finalement sa population. Pourquoi ne pas imaginer comme pour le pétrole, une courbe en cloche qui se fera toute seule, sans incantation ni aucune politique.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS