Immigration. Quel bilan tirer du référendum hongrois ?

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

04/10/2016 – 06H15 Budapest (Breizh-info.com/ via Visegradpost.com) – 48h après l’annonce du résultat du référendum en Hongrie sur l’immigration et sur les quotas de migrants, quelques observation :

• Le résultat : 98,33% de NON à la relocalisation de migrants imposée par Bruxelles sans l’aval du Parlement hongrois.

• Le taux de participation, objet de tous les commentaires, a été bon : 43,35%, alors que toute la gauche a appelé au boycott et à l’abstention, et que le référendum qui a le plus mobilisé d’électeurs (en 2008) a eu 50,51% de participation. Les réjouissances de la gauche hongroise sont donc à relativiser.

• Davantage d’électeurs ont dit NON aux quotas de migrants en 2016 (3 282 723) que OUI à l’adhésion à l’Union Européenne en 2003 (3 056 027).

• Le seuil de 50% de bulletins exprimés pour valider légalement un référendum est une disposition récente, introduite par le Fidesz lors des réformes constitutionnelles de 2011-2012. C’est la raison pour laquelle le parti d’opposition nationaliste Jobbik a qualifié ce référendum de « but contre-son-camp » pour Orbán.

• L’important est ailleurs : la stratégie politique de Viktor Orbán, qui dirige une puissance secondaire de 10 millions d’habitants, consiste à s’appuyer sur les opinions publiques (dans son pays, mais également en dehors) pour s’en servir contre la volonté des élites dirigeantes. Il joue la carte de la démocratie et s’efforce de montrer les contradictions des élites dirigeantes qui s’opposent aux décisions démocratiques des populations. À ce titre, le référendum – même diminué d’une participation insuffisante – constitue un nouvel atout dans son opposition à Bruxelles.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Bretagne. Littoral à la rencontre de pêcheurs des îles

Littoral propose une émission entièrement consacré aux pêcheurs. François Spinec sur l'ile de Sein dans le Finistère va bientôt...

Euro 2016 : un supporter, jugé pour violences, rentre en Russie et dénonce une justice politique

Mikhaïl Ivkine, l’un des deux supporters russes condamné pour «violences ayant entraîné une infirmité» à l’encontre d’un fan de...