24/11/2016 – 08H00 France (Breizh-info.com) –  Depuis plusieurs jours, une nouvelle campagne d’affichage publicitaire du ministère de la Santé provoque l’émoi sur les réseaux sociaux. Une plainte vient d’être déposée par l’association des Juristes pour l’enfance contre le ministère de la Santé. Cette campagne, qui se décline en plusieurs affiches, comporte à chaque fois deux homosexuels et des slogans comme : « s’aimer, s’éclater, oublier, les situations varient, les modes de protection aussi » ou encore « avec un amant, avec un ami, avec un inconnu, les situations varient, les modes de protection aussi », ou « coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir, les situations varient, les modes de protection aussi ».

L’association a déposé une plainte devant le jury de déontologie publicitaire.

L’association « aimerait ainsi qu’on reconnaisse la dangerosité du message véhiculé par ces affiches – deux hommes torse nu qui s’enlacent derrière des slogans « avec un amant, avec un ami, avec un inconnu » ou « coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir ». Sans parler du malaise que cela peut susciter auprès des jeunes et des enfants, le message transmis est en effet celui d’une incitation au « multi-partenariat », qui plus est entre hommes, comportement établi comme étant « à risque ». La gravité de cette invitation au vagabondage sexuel est accentuée par l’accès direct à ces affiches, accessibles à tous publics, en tous lieux et notamment près des écoles.» explique Adeline Le Gouvello,, avocate de l’association à Famille Chrétienne.

Le jury de déontologie de la publicité est une instance chargée d’examiner si la publicité est conforme aux pratiques et à la déontologie de la profession. « Les dispositions sont assez claires : la publicité ne doit comporter aucune représentation ni aucune description de pratiques potentiellement dangereuses. En outre, la dénonciation de la situation ou du comportement dangereux doit être non équivoque, de manière à ne pas aboutir au résultat contraire. Le jury de déontologie a d’ailleurs déjà mis en garde des opérateurs de téléphonie internet qui montraient un enfant sur une rampe. L’image a été supprimée pour ne pas inciter les enfants à adopter ce comportement dangereux. Une publicité qui incite au vagabondage sexuel entre hommes, d’autant plus sur une population à risque, est un encouragement à banaliser et faire adopter des comportements dangereux. Au lieu de faire de la « prévention », la publicité arrive à l’inverse du but recherché ! C’est assez préoccupant de la part d’un ministère de la santé publique.» poursuit l’avocate.

Toutefois, le jury n’a pas le pouvoir d’ordonner le retrait des affiches concernées, mais peut réclamer un encart dans les journaux, ce qui constituerait un revers pour le ministère de la Santé. Le président de ce jury peut toutefois demander à ce que cet affichage soit retiré.

Certains maires, comme à Aulnay-sous-Bois ou à Angers ont déjà pris des mesures interdisant cet affichage, ce qui a suscité la hargne de Marisol Touraine. Celle-ci a décidé de saisir elle aussi la justice . « Pour la santé publique et contre l’homophobie, je saisis la justice après la censure par certains maires de la campagne de prévention du VIH », a-t-elle déclaré.

Isabelle Le Callennec : «les socialistes sont prêts à tout »

Isabelle Le Callennec, députée LR d’ Ile-et-Vilaine – et soutien de François Fillon pour la primaire de la droite – a jugé cette campagne « choquante et très suggestive. Il y a un message électoral en direction d’une communauté (…) les socialistes sont prêts à tout ».

De nombreux parents ont réagi, se disant choqués à la vue de telles affiches.  « C’est une incitation à les recouvrir », affirme un internaute. Une pétition réclamant l’arrêt de l’affichage a déjà été signé par plus de 45 000 personnes . « Cette campagne d’affiches est en totale violation de la loi civile. Elle diffuse un message extrêmement choquant pour nos enfants, d’autant plus qu’il est avéré qu’elle a été indifféremment affichée jusque près de leurs écoles.  Cette campagne a également un caractère particulièrement homophobe dans la mesure où elle réduit les personnes homosexuelles à de simples copulateurs compulsifs.», expliquent les initiateurs (le Parti Chrétien Démocrate).

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

11 Commentaires

  1. Cochonnerie, incitation à la débauche, pollution visuelle de tous les citoyens, y compris les plus jeunes, au service d’une idéologie mortifère de comportements contre-nature d’une minorité dépravée et cela avec l’argent du contribuable………c’est à cela qu’on les reconnait, ils osent tout.

    • Mais enfin, voyons, il faut être « à la mode » aujourd’hui : l’hétérosexualité, c’est rance et rétrograde. Aujourd’hui, l’homosexualité est tendance, suivra bientôt le même chemin : le prosélytisme des « bi », « tri », « non-binaires » et autres « neutrois » créera de nouvelles modes…

      Au final, chaque spécimen crée sa propre minorité…

      .

      • On ne s’arrêtera pas en si bon chemin. La Ligue Trotskiste est contre la « criminalisation de la pédophilie » et le concept « réactionnaire » de majorité sexuelle. En Allemagne, l’interdiction de la zoophilie a provoqué des protestations..

  2. Vous avez raison de parler de « campagne » car le but est de subvertir la jeunesse de manière ignominieuse et immonde, et ignoble.

    Mais pourquoi reproduisez-vous ces affiches ? Seriez-vous les complices de la laideur ?

    À en croire vos illustrations, vous êtes des néo-païens et non des chrétiens, ce qui va dans le sens du délitement de la morale…Beurk !

  3. Les apparatchiks socialistes gouvernement avec la psychologie. L’atmosphère médiatique devient insuportable.

    Ces affiches n’auront aucun effet sur les gens concernés. Ca n’est pas leur souci, ils attendent l’effet pervers électoral.

    Ils n’ont aucune chance avec l’économie alors ils font diversion sur tout les sujets moraux. Une seule arithmétique : les voix électorales. La stratégie électorale en 2 tours. La gouvernance en tentant de diviser les électeurs sauf leur noyau électoral assisté ou sectaire qui n’a pas d’alternative.

    L’emploi politique du mot « extrême » à tout bout de champs, sans autre précision, qui ne veut rien dire, est un symptome de ces stratégies.

    Ces affiches ont un but : braquer l’électorat conservateur pour qu’il se divise. Ils attendent le buzz pour faire une leçon de morale. Touraine a déjà rédigé ses notes pour bondir.

    Ils font la même chose en permanence avec l’immigration, la culture alternative, le marriage pour tous …

    Le Callennec a tout compris. Il ne faut pas réagir avec les plaintes, il faudrait forcer l’électorat socialiste à regarder ces affiches estampillées PS et surtout dans leurs lieux de vie, leurs quartiers …

  4. La politique de la prévention sida chez nous est l’équivalent de l’islamisme chez les jeunes musulmans : une chappe de plomb qui conduit à la violence extrême et à la soumission volontaire chère à La Boétie. Comment ne pas voir que les plus ardents militants pour la capote ici, ( pour la burka qui protège les femmes là ) , sont des gens qui détestent la terre où nous vivons et qui n’en goutent aucun des fruits, les mêmes mortifères adeptes du renoncement, ceux qui construisent méthodiquement le thème politique de demain : le conflit intergénérationnel. Le ministre de la santé de de demain devra avoir au maximum 30 ans pour être efficace, et bien entendu ne pas avoir basculé très jeune dans le camp » islamiste » ( = le camp procapote dans mon vocabulaire à moi )

    Charles-Edouard

Comments are closed.