Bruno Retailleau (LR) : « Les Français en ont assez des fausses promesses et des vrais renoncements. »

A LA UNE

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

17/01/2017 – 08H15 Paris (Breizh-info.com) –Bruno Retailleau, président de la région Pays de la Loire mais également du groupe Les Républicains au Sénat, et lieutenant de François Fillon, a pris la parole samedi 14 janvier 2017, lors du conseil national du parti. « Les Français en ont assez des fausses promesses et des vrais renoncements. D’une droite qui passe son temps à raser les murs, à baisser la tête dès que la gauche hausse le ton. Ce n’est pas notre identité » a-t-il déclaré.

Ce dernier se déclare partisan d’une droite devant « assumer ses valeurs » et « dire la vérité aux Français ». Ses détracteurs pourront toutefois rappeler que pour le compte de la région Pays de la Loire, la droite a voté des subventions dans la continuité de ce que faisait la gauche. Et que le Président du conseil, ne souhaitant pas polémiquer, a refusé l’installation – geste symbolique – d’une crèche pour Noël.

Durant son intervention devant Les Républicains, Bruno Retailleau s’en est pris également au Front national et au PS :

« Tous appartiennent au camp des bonimenteurs, de ceux qui ont voulu parler de la France en la segmentant (…). Mais écoutez les mots qu’ils utilisent. Ce sont les mêmes mots, les mêmes outrances, les mêmes impostures. Ces gens là proclament qu’ils agissent au nom du peuple. En fait c’est sur le dos du peuple qu’ils le font » poursuit-t-il, avant d’accuser la gauche d’avoir provoqué « plus de chômage, plus de pauvreté, chute du pouvoir d’achat. Méthodiquement elle a attaqué l’école, la famille, l’autorité de l’État ».

Et le Vendéen de poursuivre :  « Avec François Fillon, nous sommes pour l’autorité de l’État, contre les corporatismes, contre les communautarismes. Nous n’accepterons jamais la soumission de la France. La France est une et indivisible (…). Autour de François Fillon, ce chemin de vérité permettra à une nouvelle espérance de se lever (…). Que la France redevienne un peuple animé d’une volonté collective, que la France reste une nation, une continuité historique ».

François Fillon : la France « pays de l’audace plutôt que celui de la bureaucratie »

Durant ce conseil national – qui a réuni 2000 conseillers nationaux – on notera également l’intervention d’Isabelle Le Callennec, vice-présidente du parti, avant bien évidemment celle de François Fillon candidat à l’élection présidentielle. Une intervention à retrouver intégralement ci-dessous :

Ce dernier déclare notamment : « Avec 6 millions de Français à Pôle emploi, avec cette croissance maigrelette qui ne stoppera pas la précarisation du pays, avec 2000 milliards de dettes, avec les extrémistes qui fondent vers le pouvoir, avec l’Europe qui se traîne et face à la menace du totalitarisme islamique, je ne vois pas l’élection de 2017 comme celle d’une alternance classique (…) nous n’avons pas d’autre choix que d’aller à fond, pas d’autre alternative que d’oser le maximum ».

François Fillon a par ailleurs déclaré vouloir faire de la France le « pays de l’audace plutôt que celui de la bureaucratie, le pays de l’emploi plutôt que celui des 3000 pages du code du travail, le pays qui investit dans l’avenir plutôt que d’étouffer sous sa dette, le pays du dialogue social plutôt que celui des diktats syndicaux, le pays de la solidarité non celui de l’assistance, le pays des initiatives plutôt que celui des circulaires. D’une société soumise où tout est nivelé, encadré, figé au nom d’un misérabilisme mou, nous passerons à une société d’engagés et d’engagements »

A Nice, la semaine dernière, il avait par ailleurs dévoilé son programme sur l’immigration – l’une des thématiques majeures de la campagne électorale à venir (voir toutes les propositions ici et le programme détaillé ici).

La campagne électorale s’annonce particulièrement indécise dans les prochaines semaines. En effet, d’Emmanuel Macron à Marine Le Pen en passant par François Fillon ou Jean Luc Mélenchon, voire le candidat choisi par le Parti socialiste (moins probable tout de même) il faudrait être bien présomptueux pour déterminer qui se qualifiera pour le second tour et qui remportera l’élection. Avec dans la foulée des élections législatives qui pourraient très bien ne pas confirmer la dynamique présidentielle en fonction des arrangements politiques effectués.

Une chose est toutefois certaine : les récentes victoires de Donald Trump aux États-Unis, la montée en puissance du FPö en Autriche, le Brexit, la popularité d’Orban en Hongrie, le mouvement de Beppe Grillo en Italie, montrent clairement une volonté populaire de changement et surtout, un refus des discours qui ont été servis depuis des décennies.

Les candidats à l’élection française ont-ils vraiment assimilé cela ? Ou sont-ils prêts à prendre le risque d’essuyer des déconvenues majeures ? Premières réponses dans les prochaines semaines …

Photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Aéroport de Rennes ou de Nantes : lequel choisir ?

Vous êtes en Bretagne et vous projetez un voyage prochainement ? Si vous ne souhaitez pas monter à Paris, deux...

Christoff – CORONAFOLIE (Clip Officiel) avec Romain Guérin et Epona

Retrouvez ci-dessous le clip Coronafolie, du chanteur breton Christoff. https://www.youtube.com/watch?v=2yvz07GZQv0 Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de...

Articles liés

« Le triple espace de Zemmour », par Jean-Yves Le Gallou

Eric Zemmour, s’il se déclare candidat, pourrait conquérir un triple espace : la droite de LR martyrisée par le système médiatique, les identitaires du...

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « Le retour de la droite en Bretagne est à portée de vote »

Après Thierry Burlot et Gilles Pennelle, voici les réponses d'Isabelle Le Callennec (LR) avant le deuxième tour des élections régionales. Sectaire, Claire desmares-poirrier (EELV)...

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie »), Gilles Pennelle (Rassemblement national)...

Oui, il faut soutenir Eric Zemmour pour 2022 !

Comme beaucoup, j’ai pris connaissance de la possibilité d’une candidature qui viendrait troubler le match rejeté par les Français, mais annoncé par les médias,...