Irlande du Nord. De nouvelles élections le 2 mars 2017

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

19/01/2017 – 06H00 Belfast (Breizh-info.com) – Le Palais de Stormont, siège de l’assemblée nord irlandaise, à Belfast, est en crise. En effet, après la démission, lundi 9 janvier 2017, de Martin Mac Guiness, vice-Premier ministre du gouvernement nord-irlandais, les électeurs vont être appelés de nouveau aux urnes, le 2 mars prochain, dans toute l’Irlande du Nord.

Il s’agit d’une crise grave en Irlande du Nord, quelques mois seulement après les tensions nées du Brexit. Comme le veut la loi en Irlande du Nord, le Premier ministre Arlene Foster, issue du parti unioniste DUP a dû démissionner après que le Sinn Fein ait refusé de nommer un nouveau vice-Premier ministre . En effet, selon les règles qui régissent le partage du pouvoir entre communautés républicaines et unionistes depuis les accords de paix de 1998, la défection de l’une des parties entraîne la démission forcée de l’autre.

Le déclencheur de la démission ? Outre des raisons de santé invoquées par Martin Mac Guiness,  la dénonciation de la mauvaise gestion par le DUP  – et plus particulièrement par Mme Foster – d’un dossier sur les énergies renouvelables. Il aurait donné lieu à des abus qui se traduiraient par un manque à gagner de 400 millions de livres sterling (460 millions d’euros) pour le contribuable. Cette dernière a critiqué cette décision : « Ils ont forcé l’organisation d’une élection qui menace l’avenir et la stabilité de l’Irlande du Nord et qui ne convient à personne si ce n’est à eux-mêmes ».

Les tensions autour de la place accordée au gaélique en Irlande du Nord sont également au centre de la crise politique actuelle.

L’Assemblée ne sera pas officiellement dissoute avant le 26 janvier 2017. La dernière session aura lieu le 25 janvier 2017 et l’Assemblée conserve toutefois le pouvoir de conclure toute initiative qu’elle jugerait nécessaire.

Mais au delà de ce scandale financier lié aux énergies renouvelables, ce sont bien les spectres de la désunion entre loyalistes et républicains qui refont surface en Irlande du Nord, spectres alimentés par le Brexit. L’Irlande du Nord a en effet voté à 56 % en juin 2016 contre la sortie de l’Union Européenne, mais devra suivre son « Big Brother » anglais dans la sortie de l’Europe.

Avec la crainte pour les nationalistes irlandais d’une reconstitution (toutefois peu plausible) de la frontière entre les deux parties de l’Irlande, et d’un regain des tensions.

Que va-t-il se passer désormais, alors que les dernières élections datent seulement du mois de Mai 2016 ?

En mai dernier, le parti unioniste démocrate (DUP) avait récolté 29,2% des voix, et 38 sièges au Parlement, contre 24% et 28 sièges pour le Sinn Fein. Le Parti Unioniste d’Ulster avait récolté 16 sièges (12,6% des voix), les travaillistes 12 sièges, le parti de l’Alliance 8 sièges, les Verts 2, l’extrême gauche 2, les unionistes traditionnels 1, et les indépendants 1.

Lors des prochaines élections en mars, le nombre d’élus va passer de 108 à 90, en raison d’une volonté de réduire le coût de la vie politique. Les 18 circonscriptions de l’Irlande du Nord n’éliront donc plus 6 mais 5 députés chacune. Les députés sont élus au scrutin à vote unique transférable : dans chaque circonscription, les électeurs peuvent voter pour les candidats qui se présentent, en choisissant leur ordre de préférence. Les 5 candidats ayant recueillis le plus de préférences sont élus, ce qui permet d’éviter la « répartition proportionnelle » par les partis politiques, via un système de liste.

La grosse épine dans le pied pour le mois de mars réside dans le respect des accords dits du Vendredi Saint. En effet ces accords – qui ont abouti à la fin de la lutte armée entre factions nationalistes et loyalistes et de la guerre civile en Irlande du Nord – exigent que les unionistes et les républicains se partagent l’exécutif en fonction des résultats électoraux (il n y a pas d’opposition parlementaire au sein de l’Assemblée d’Irlande du Nord).

James Brokenshire, secrétaire d’Etat chargé de l’Irlande du Nord, a appelé les deux communautés à la raison en vue des élections à venir : « Personne ne devrait sous-estimer le défi qui est en jeu pour les institutions politiques d’Irlande du Nord. Bien qu’il soit inévitable que le débat pendant une période électorale soit intense, j’encourage vivement les partis politiques à conduire ces élections en vue de l’avenir de l’Irlande du Nord et à rétablir un gouvernement de partenariat le plus tôt possible après ce scrutin. C’est essentiel pour le bon fonctionnement du gouvernement autonome et cela signifie que tous doivent rester ouverts au dialogue.»

Si aucun arrangement n’était trouvé après les élections (les deux partis arrivés en tête des élections auront trois semaines pour trouver un accord après les élections), Londres pourrait reprendre la main sur la vie politique nord irlandaise, ce qui ne s’est pas vu depuis 2007.

Ces élections – qui risquent d’exaspérer les citoyens nord irlandais – pourraient également conduire à une percée significative de l’UKIP – parti qui a soutenu le Brexit et qui n’avait réalisé qu’ 1,5% des voix l’an passé.

Revoir notre reportage sur Belfast et ses enclaves chargées d’histoire

Belfast. Une virée dans les enclaves chargées d’histoire de la ville [photos]

Yann Vallerie

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Un migrant délinquant souhaite « rentrer en Algérie » : le tribunal refuse d’accéder à sa requête…

Pour une fois qu'un migrant souhaite rentrer chez lui ! Ce 25 juillet, un Algérien qui se dit âgé...

Aéroport de Rennes ou de Nantes : lequel choisir ?

Vous êtes en Bretagne et vous projetez un voyage prochainement ? Si vous ne souhaitez pas monter à Paris, deux...

Articles liés

Irlande du Nord. Des loyalistes veulent manifester à Dublin dans quelques semaines

Des loyalistes d'Irlande du Nord prévoient de manifester à Dublin contre le Protocole en Irlande du Nord au mois de juillet prochain, créant quelques...

Irlande, frontière du Brexit

Le Brexit entraînera-t-il le rétablissement d'une frontière entre l'Irlande du Nord anglaise et sa voisine du Sud ? Qui seront les gagnants et les perdants...

Irlande du Nord. Un accord sur la langue gaélique trouvé. Un nouveau Premier ministre va être désigné

Un accord sur la langue gaélique a été trouvé en Irlande du Nord, débloquant une situation qui se tendait, et qui menaçait, de nouveau,...

Irlande du Nord. La New IRA menace de mort les agents pénitentiaires.

Des leaders paramilitaires dissidents appartenant à la New IRA ont ordonné à toutes les unités d'Irlande du Nord de commencer à cibler les agents...