Pays basque. De plus en plus de migrants interceptés, la police sonne l’alarme

A LA UNE

Yann Le Bohec : « L’armée romaine a fonctionné, depuis sa naissance jusqu’au début du IVe siècle, sur un principe simple : la qualité...

Les éditions Tallandier viennent de publier dans la collection Texto « Les guerres romaines », livre signé Yann Le...

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

03/09/2017 – 06h45 Bilbao (Breizh-Info.com) – Les arrivées de migrants en Grèce et en Italie commencent à fléchir très nettement, notamment suite à la mobilisation citoyenne. Par contre, elles augmentent aux frontières des enclaves espagnoles du Maroc et à travers le détroit de Gibraltar. Ceci n’est pas sans répercussions pour l’insécurité en Europe. Comme les enquêtes l’ont démontré, les auteurs des attentats qui ont frappé la Catalogne et la Finlande étaient tous marocains et plusieurs d’entre eux, clandestins.

En Espagne, les interpellations de passeurs se multiplient – tels ceux qui faisaient payer 5000 € aux migrants ou à leurs familles pour traverser en jet-ski les 18 km du détroit de Gibraltar. En juillet, le nombre de personnes arrivées par mer en Espagne est de 2300, quatre fois plus que l’année précédente. Auxquelles s’ajoutent les forçages récurrents des frontières à Ceuta et Mellilla – où vivent déjà de fortes communautés marocaines – par des centaines de clandestins.

Beaucoup de ces migrants traversent l’Espagne en direction de la France, avant d’aller vers la Belgique, l’Allemagne ou la Scandinavie. Le Pays basque est un de leurs points de passage. La police y sonne l’alarme. Pour le syndicat USG-FO Police, « les statistiques des derniers mois concernant le nombre d’interpellations et de fiches de recherches tendent à définir la frontière Franco-Espagnole au Pays Basque comme un point de passage de ces flux migratoires ».

Jusque là, la PAF (police aux frontières) avait plutôt eu le problème inverse… ce qui se traduisait par une politique du chiffre parfois portée à l’excès et le retrait d’une demie-CRS, en septembre 2014, qui sécurisait jusque là la frontière. Aujourd’hui, USG-FO Police demande son retour, « nécessaire » notamment « pour mieux lutter contre la menace terroriste ».

LM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Terrorisme : « Il faut s’attendre à des attaques de type militaire ou guérilla », selon Me de Montbrial

Rétablir l’autorité pour restaurer l’unité de la nation: c’est le pari que veut faire l’avocat Thibault de Montbrial, président...

Ivan Rioufol sans tabou sur la vaccination et les responsables de la situation sanitaire

Ivan Rioufol sans tabou sur la vaccination et les responsables de la situation sanitaire. https://www.youtube.com/watch?v=-kbxQGW-NGs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches...
- Publicité -