film_la_vague
Capture d'écran du film « la vague »

16/11/2017 – 05H00 Landivisiau (Breizh-info.com) – Ce jeudi 16 et  vendredi 17 novembre, les 580 élèves du collège Kerzourat, de Landivisiau, sont invités à écouter, par groupe de deux classes, les bénévoles de l’association pro-migrants « les utopistes en action », qui s’investit depuis des mois en faveur de l’immigration en Bretagne.

«  thématique abordées : l’engagement citoyen, la solidarité et les migrants, les flux et l’accueil. Mise un place d’un groupe de travail sur une collecte de vêtements et matériel avec création d’affiches + une friperie solidaire de Noël le mercredi 20 /12 dans l’enceinte du collège ouverte a tous les Landivisiens . très bel espace mis a notre disposition + Mise en place d’un vestiaire permanent sur le collège pour tous les élèves » expliquent les intervenants, à qui le collège a donc ouvert les portes.

Une initiative dont se félicite le collectif « solidarités migrants Landivisiau Lampaul » qui relaie l’initiative sur sa page Facebook (plusieurs enfants de migrants sont scolarisés à Landivisiau depuis la rentrée.).

Mais cette initiative n’est visiblement pas du goût de tous les parents d’élèves : « le sujet des migrants n’est pas un sujet humanitaire, mais politique. En acceptant d’accueillir des collectifs idéologiquement engagés, le collège enfreint le principe de neutralité », nous écrit un père de famille mécontent mais qui ne retirera pas sa fille de l’école « car je ne veux pas qu’elle ait ensuite des problèmes ». « C’est tout simplement dégueulasse », nous écrit-il. « Ils vont inciter les gamins à ouvrir grand les portes à ceux qui demain, les submergeront démographiquement (…) C’est comme si on faisait un atelier où on allait expliquer à des collégiens comment se suicider plus tard ». 

Les mots sont vifs, la colère l’est aussi manifestement, d’autant plus que les « utopistes en action » affichent clairement leur idéologie politique sur Facebook :

« Il ne nous reste qu’une liberté, l’imaginaire. L’utopie n’est pas l’irréalisable, elle est ce qui est encore irréalisé. Transformons-nous en briseurs d’impossible, en quêteurs d’humanité. Lassés des sectes politiciennes, des discours creux, et le désir de citoyenneté chevillé au corps, osons œuvrer pour un monde débarrassé des dieux Fric et Pouvoir, pour une entraide générale parce qu’elle est le seul mode de survie de notre espèce. Le racisme, le sexisme et toutes les phobies sont des outils du pouvoir : diviser pour régner. Il s’appuie pour cela sur les religions, pouvoirs temporels, et l’inégalité des individus, des sexes et des peuples est un puissant tuteur pour les pouvoirs en place. Il ne manque pourtant pas de citoyens conscients de cet état de fait et qui dénoncent le vaste pataquès que sont nos sociétés. Ils ne sont ni casseurs ni bêlants, mais ils en ont marre.

Les principes qui fondaient notre pays (accueillir les réfugiés, combattre la misère, protéger les faibles…) sont à présent l’économie, la banque, la sécurité (pour qui !). Les systèmes clefs en main (libéralisme, social-démocratie), qui n’en finissent pas de mourir, ont laissé émerger d’odieux cancers comme l’extrême-droite, c’est-à-dire un autre leurre encore plus malfaisant, dont le fondement est somme toute l’égoïsme. Notre parti pris est d’agir. Non pas en aveugles, mais avec ces quelques idées libertaires en tête. Devons-nous subir tout ce qui nous indispose ? L’État, par exemple, à l’ère de l’informatique, est-il réellement un fardeau toujours indispensable ? On pourrait en causer… Venir en aide aux réfugiés qui fuient nos bombes, aux misérables qui hantent nos cités, ce devrait être un beau début. »

Nous n’avons pas réussi à joindre l’établissement en ce mercredi après midi pour savoir qui est à l’initiative de ces deux journées de rééducation collective.

Depuis quelques jours, dans la commune voisine de Lampaul-Guimiliau, des dizaines de migrants demandeurs d’asile sont arrivés et arrivent encore, hébergés, grâce aux impôts du contribuable, dans un CAO (centre d’accueil et d’orientation).

Photo  DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

5 Commentaires

  1. C’est dégueulasse !
    Endoctriner des enfants ( c’est un collège ) alors que ces jeunes consciences en développement se cherchent , âge ou ils se trouvent encore hantés par l’idéalisme et la générosité propres à leur éveil sur la vie …. ils ne sont pas armés pour comprendre !
    C’est proprement dégueulasse ! Ce principal devrait être traîné en justice pour avoir permis celà ( encore un gauchiste sorti des facs rouges de Rennes qui profite de son statut pour propager sa fiente mentale ; l’école doit rester un sanctuaire disions nous , les personnalités en devenir de ces enfants aussi : ces embrigadements organisés par des adultes sans scrupules sont comme un rapt , un viol )

  2. Et dans dix ans, tous ces clampins utopistes viendront nous dire, nous ne savions pas !!!!!! Il sera trop tard, les bretons bretonnants auront disparus, déjà qu’ ils ne sont pas nombreux et les envahisseurs seront les plus nombreux …..

    • Ya, ne wellan ket gwall vad petra eo al liamm etre ar repuidi hag ar brezhoneg tost da vervel… Ar brezhonegerien a oa gwechall o dije roet skoazh, kafe ha boued a-leizh d’ar repuidi !

  3. La manipulation des foules devient difficile avec internet alors, nos dirigeants iniques vont colporter leur idiotie devant un public plus facile à manipuler !! Espérons que les parents sauront parler à leurs enfants !

Comments are closed.