Biathlon. Quentin Fillon-Maillet : « Je ne mise pas tout sur les Jeux olympiques » [Interview]

A LA UNE

18/11/2017 – 06h00 Sjusjoen (Breizh-info.com) – C’est ce samedi que débute en Norvège (Sjusjoen) le week-end de mise en bouche en vue de la Coupe du Monde de biathlon qui débute la semaine prochaine, à Oesterund (Suède).

Après avoir interrogé hier Anaïs Bescond, de l’équipe de France féminine, place à  Quentin Fillon-Maillet chez les hommes, afin de connaitre ses objectifs pour la saison à venir, et ses espoirs, en cette année de Jeux Olympiques.

Rendez-vous samedi à 10h pour le sprint dames et 13h10 pour la course hommes. Dimanche, place à la mass-stars dames à 11h40 et 14h15 pour les messieurs (sur la chaine l’Equipe)

Breizh-info.com : Je vous laisse vous présenter à nos lecteurs

Quentin Fillon-Maillet : Je suis biathlète en équipe de France groupe 1, qui participe à la Coupe du Monde, on est actuellement en pleine préparation sur la Norvège. Ce week-end quelques courses de préparation déjà avec un gros niveau, et d’ici une semaine, on va démarrer sur la Coupe du Monde.

Breizh-info.com : Quel bilan tirez vous de la saison précédente, et quels sont vos objectifs ?

Quentin Fillon-Maillet : La saison passée, il y a eu pas mal de positif. Des résultats dont je suis assez fier et qui rentraient dans les objectifs, comme la médaille aux championnats du Monde en relais, ou quelques podiums sur le circuit Coupe du Monde. J’ai eu des soucis sur la régularité du tir qui m’ont coûté des bonnes places dont j’étais capable car bien au niveau physique mais il manquait ce petit truc en plus sur le tir.

Globalement un peu déçu mais pas totalement vu les beaux résultats que ça a amenés. Après, en tant que sportif, on est exigeant envers soi-même, donc j’attends toujours plus de moi.

Pour la saison qui arrive, on a fait une belle préparation, on a bien travaillé, et j’ai progressé des deux côtés, notamment en tir. J’aimerai bien cette année essayer de rentrer dans les 10 du général de la Coupe du Monde, et même dans les 5 si cela se passe très bien. Si il y avait une course à réussir sur toute la saison ce serait les Jeux olympiques, l’évènement que tout le monde coche.

Breizh-info.com : Vous préparez spécialement ces JO, ou vous les abordez comme une course comme les autres ?

Quentin Fillon-Maillet : C’est difficile de dire qu’on se prépare spécifiquement pour cela. Cela reste un gros objectif, mais nous avons beaucoup de courses, et nous n’avons pas de préparation spécifique pour cette étape. Nous aurons quelques semaines avant les Jeux pour se remettre en forme ou peaufiner. Mais je ne mise pas tout là dessus car on peut aussi faire de belles choses ailleurs.

Breizh-info.com : Comment vous vous préparez entre le tir et le fond sur une saison ?

Quentin Fillon-Maillet : Cela varie beaucoup. On commence en mai l’entraînement pour le finir dans quelques jours, donc il y a beaucoup de phases. Sur le tir, on cible la précision, la reprise des points techniques (mais au repos totalement en dissociant le ski). Plus on se rapproche de la saison, plus on va se rapprocher d’une séance de ski. On a des séances qui se rapprochent maintenant d’une intensité de course (essoufflement, intensité de tir). Durant la préparation on fait aussi de la course à pied, du vélo, de la musculation, pour compléter notre capacité physique, et permettre d’être au meilleur.

Mais la séance type d’été se rapproche peu de l’hiver car en été on fait deux entraînements par jour , un volume plus important que l’hiver. Car là on a trois courses par semaine, un déplacement important entre chaque site de Coupe du Monde, donc on s’entraine moins.

Breizh-info.com : Est ce que cela laisse la place à une vie de famille ?

Quentin Fillon-Maillet : C’est compliqué d »associer la vie de famille, les proches. On est plus de 200 jours de l’année en déplacement donc pas facile pour eux. On s’y habitue mais eux ont du mal. D’autres dans le groupe ont des enfants et là c’est encore plus dur. Simon Fourcade disait qu’il pensait être à fond avant d’avoir un enfant, mais avec l’enfant, il a passé une vitesse supérieure.

Breizh-info.com : Vous préférez l’individuel ou le par équipes ?

Quentin Fillon-Maillet : Les deux me plaisent. Après nous sommes un sport individuel donc c’est essentiel, et l’objectif personnel, mais les objectifs collectifs sont très importants aussi car ils apportent des émotions partagées qu’on ne retrouve pas en individuel.

Breizh-info.com : Et quand on habite en Bretagne comme nous, comment fait-on pour faire du biathlon (rires) ?

Quentin Fillon-Maillet : C’est compliqué (rires). Il peut y avoir des initiations de tir à 10 m ou de ski à roulette durant l’été, mais sinon il faut se déplacer  à des endroits où il y a plus de neige et des infrastructures. Je n’ai pas beaucoup de solution pour vous, à part se déplacer (rires). Mais si vous pouvez suivre les étapes de Coupe du Monde, c’est déjà quelque chose de bien !

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : Dfacebook
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

Articles liés