01/02/2017 – 05h15 Nantes (Breizh-info.com) –  La déception d’une partie des élus et des électeurs de Bretagne et de Pays de la Loire commence à se faire sentir  : Emmanuel Macron passe en effet de 66% à 34% en cote de popularité pour le mois de janvier 2018, pour la Bretagne et les Pays de la Loire. C’est le résultat du sondage Observatoire de la politique nationale effectuée par BVA et publié le 31 janvier au matin.

Après un rebond significatif au mois de décembre qui lui avait permis de retrouver une popularité majoritaire dans la population (52%), Emmanuel Macron perd 5 points de « bonnes opinions » en janvier. 47% des Français ont désormais une bonne opinion du chef de l’État, contre 48% qui en ont une mauvaise (+3 points) alors que 5% ne se prononcent pas.

Alors qu’avec 59% de bonnes opinions, c’est dans la catégorie d’âge des « 65 ans et plus » qu’Emmanuel Macron trouvait ses plus forts soutiens dans l’opinion en décembre, son crédit régresse de 7 points en janvier auprès de cette population et la baisse est encore plus nette auprès des retraités (-8 pts à 50%).

La baisse de la popularité d’Emmanuel Macron se lit ainsi également auprès des demandeurs d’emploi (-10 pts à 30%), des individus ayant un niveau d’études inférieur au Bac (-13 pts à 32%) ou vivant au sein de foyers dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1500€ (-12 pts à 34%) de même que chez les salariés du secteur public (-5 points à 38%) et les 35-49 ans (-10 pts à 38%).

En Bretagne et en Pays de la Loire, que la presse mainstream réunit désormais sous l’appellation « Ouest », l’abandon du projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes a incontestablement joué dans cette baisse de popularité. En renonçant à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’image d’Emmanuel Macron – « le Président qui fait ce qu’il a dit » – en a pris un sérieux coup. Lors de la campagne présidentielle, il avait en effet – imprudemment – déclaré qu’il respecterait le résultat de la consultation locale de juin 2016 en Loire-Atlantique, qui avait vu 55% des votants se prononcer en faveur du projet. Son renoncement, dû essentiellement à l’impossibilité d’assurer la sécurité du chantier, est perçu comme une capitulation de l’État devant les zadistes.

Les révélations sur les commerces non déclarés de la ZAD (et donc les charges non payées) ainsi que sur la non condamnation de la violence et des blocages, auront aussi ans doute pesé dans la balance.

Après deux mois au-dessus de la barre des 50% de bonnes opinions, Édouard Philippe connaît également un recul de popularité en janvier 2018. Les bonnes opinions le concernant régressent de 7 points (45%). Les mauvaises opinions progressent de 4 points (48%) et 7% des Français ne se prononcent pas. Cette baisse de sept points – douze dans les zones rurales – est due  semble-t-il à sa décision d’abaisser la limitation de vitesse de 90km/h à 80km/h sur les routes secondaires. Une décision qui pénalise en effet directement les habitants de la France périphérique.

Si Emmanuel Macron perd la confiance que lui ont donné une forte proportion d’électeurs bretons qui se sont déplacés aux urnes, il a de quoi s’inquiéter à moyen terme, les électeurs bretons comptant souvent parmi « les faiseurs de roi » de la politique nationale, ces dernières années.

Voir l’intégralité du sondage ci-dessous :

Rapport de résultats – BVA Orange La Tribune – Baromètre politique Vague 107 – Janvier 2018 by Breizh Info on Scribd

Crédit photo : arnaud mikkor (flickr cc)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 Commentaires

  1. Quant à moi et selon ce que j’entends aussi autour, je ne pense vraiment pas que la cause de cette baisse soit due à l’aéroport…sauf pour une petite exception. Je pense qu’il y a une lassitude car pour quelqu’un qui disait qu’il irait vite, très vite sur tous les dossiers…

    Au meeting pré électoral de Quimper, il a argué que, pour lui, la Bretagne c’est 5 départements et non pas 4, laissant ainsi entendre qu’il procéderait à la réunification tant attendue.

    Aujourd’hui, qu’en est il ??? RIEN…

    Je pense que le problème est plus de ce côté des choses …

  2. Vous êtes rudement bien informés, chez Breizh-info, pour savoir que la chute de popularité de Macron chez nous est « essentiellement » due à l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes (ou plutôt, devriez-vous écrire, au choix d’un projet différent, sur lequel ne portait pas la consultation locale de 2016).
    BVA est plus prudent que vous et se contente d’écrire : « on peut imaginer que cette baisse s’explique par la crainte d’un contrecoup économique négatif local lié à l’abandon du projet ». Donc 1) pas de certitude mais de l’imagination, 2) un mécontentement portant sur l’économique et non le régalien.
    Cette distinction économique/régalien est claire : sur le plan régalien, tous les Français pourraient reprocher à Emmanuel Macron d’avoir changé d’avis sur Notre-Dame-des-Landes. Mais le nuage de mots établi par BVA montre qu’en réalité Notre-Dame-des-Landes occupe une place mineure dans les mauvaises opinions au niveau national. Si jamais cette question occupe une place plus importante dans l’Ouest, ce qui n’est déjà pas prouvé, c’est qu’elle met en jeu des intérêts locaux.
    De toute manière, il s’agit là de pures spéculations. Sur les 1.101 personnes interrogées pour ce sondage, les Bretons en représentent au mieux une cinquantaine, ce qui assure une marge d’erreur colossale (qui peut aussi bien porter sur les résultats merveilleux de décembre que sur ceux déplorables de janvier, avec cumul éventuel de deux erreurs). Donc, évitez les commentaires définitifs, SVP.

  3. Dans mon entourage c’est l’inverse, tout le monde a applaudit la décision sur NDDL, et ce sont loin d’être des marginaux, alors stop la désinformation. ( & je suis des pays de la Loire.)

    • L’abandon de NDDL est une sage decision par Macron (Je n’ai pas vote pour lui) car le le soit disant aeroport du Grand Ouest a 20 kms de NA etait des le depart une grosse fable (1) car cela n’aurait ete qu’un transfert des vols actuels de NA a NDDL , les deux etant trop mal places geographiquement pour en faire un Hub avec ceux de Roissy, Orly, Londres, Amsterdam, Madrid tres proche par avion .
      Meme a Lyon tres bien place, tous les vols Outre Atllantique passent par Paris . Tous leurs essais vers New York ont capotes car pas rentable.
      Le seul aeroport avec des vols directs vers Newy York en dehors de Paris c’est Nice car c’est la Riviera ou les gens veulent aller et non pas Nantes et sa Region inconnues des touristes internationnaux.
      Il y en a qui croit qu’en faisant un plus grand aeroport les avions viendrons plus nombreux alors que ce n’est pas la taille de l’infrastructure qui suscite le traffic aerien mais la taille de sa Zone de chalandise . Les Compagnies aeriennes ne mettrons pas leur avions s’ils ne peuvent que les remplir qu’a moitie.
      (1). Tous les vols long couriers internationnaux auraient toujours eu lieu a Paris meme avec un NDDL. Ceux qui croient le contraire ne savent pas comment fonctionne le traffic aerien international.

      • Aparté NDDL sur lequel vous avez bien écrit.
        Nantes devrait déjà réintégrer la Bretagne pour avoir un minimum de reconnaissance internationale.
        Certes, c’est sans commune mesure avec la Riviera MAIS la Bretagne a une notoriété de second rang alors que la Pédélie n’en a aucune. Pendant plus de 20 ans, Nantes a cherché à récupérer une part de l’image des Châteaux de la Loire (équivalent Riviera, juste derrière Paris et devant Bordeaux), ce qui a été un échec lamentable et… logique.
        À tel point que le Syndicat d’initiative de Nantais (qui se fait appeler VAN) développe cette année un parcours en lien avec Rennes, Saint-Malo et le Mont-Saint-Michel. Ce qui plus cohérent (même si dans le détail, c’est encore bourré d’approximations qui semblent établies surtout pour un certain copinage de second degré).
        La Bretagne parle en Europe. Moins en Amérique du Nord ou en Asie mais elle a sa carte à jouer chez une partie de cette clientèle. Les riches blasés ou les backpackers à la recherche d’originalité. Cette clientèle explose avec une jeune génération de chinois qui, certes, ne dépensent pas autant que les pionniers ou même les membres des voyages organisés mais sont les prescripteurs de demain.
        Nantes a un statut de ville patchwork qui détonne dans une région qui attire par son patrimoine singulier et de ville de taille critique pour les accomodations et offres touristiques. Si elle ne peut pas être une étape des Châteaux de la Loire seuls, elle peut être une étape entre le Val de Loire et la Bretagne, si c’est la Bretagne qui est mise en avant.
        Bien sûr, garder en tête que VAN et autres manèges et marionnettes géantes ponctuelles ou pérennes attirent beaucoup plus les Nantais et les départements limitrophes que les étrangers.
        Simplement rappeler que ne pas jouer à fond la carte de la Bretagne, c’est l’échec assuré.
        Que certains aient pu douter et privilégier le Val de Loire il y a 20-15 ans, même si pour beaucoup ça paraissait évidemment stupide, ça pouvait se comprendre du point de vue de naïfs et surtout ignares aux manettes.
        Maintenant, il ne faudrait pas que les mêmes ignares la jouent trop contemporains dans leur nouveau positionnement. Ou ça fera encore plouf.
        À vouloir intégrer les installations d’Estuaire et Rennes au détriment de Carnac, Rochefort-en-Terre, la Gacilly, c’est stupide. Mais comme c’est avant tout politique aussi…
        Les touristes qui veulent Saint-Malo et le Mont-Saint-Michel ne veulent pas de Rennes ET de Nantes. Nantes étant tout de même plus intéressante rien que pour le Château des Ducs de Bretagne, il faut faire des choix. Quant à Estuaire… À la limite, des visites de paquebots en construction. Mais ça ne se décidé pas comme ça.
        Vivement que Jean Blaise rejoigne son copain Ayrault dans les poubelles de l’Histoire.

    • On ne peut pas être des Pays de la Loire.
      On est de Loire-Atlantique, de l’Anjou (ou Maine-et-Loire), du Maine (ou de Mayenne, ou de Sarthe).
      Les Pays de la Loire n’existe que dans un monde technocrate.
      Cette entité n’a aucune existence physique (géographique, hydrologique, géologique), historique, culturelle. Même pas politique : la Loire-Atlantique ne vote JAMAIS comme ses voisines.
      Le nom même est absurde. Si ce n’est insultant pour les Vendéens, Mayennais, Sarthois. Même dans le 49, la Loire n’a pas une si grande importance rapporté à la multitude de ses affluents, regardez Angers: sur les bords du Maine, pas de la Loire.
      Et à Nantes, c’est un estuaire, c’est-à-dire l’océan, la Loire elle-même est secondaire.
      C’est très joli, d’ailleurs, la Loire. Sauvage. Parce que jamais utilisée par aucune civilisation. En dehors de pêcheurs et de quelques cabotages légers, la Loire ne sert qu’à quelques maraîchers et vignerons (et encore, là aussi, les affluents ont une grande importance).
      Les seuls personnes des Pays de la Loire sont les personnes qui sont salariées par la Région Pays de la Loire.

    • À enfiler, enfumer et demi.
      C’est quoi le grand ouest ? La Californie ? Le Xinjiang ?
      Et ses habitants ? Des ouestitis ?
      Macron n’est qu’un symptôme. Et surtout un héritier. S’opposer à Macron sans s’opposer à l’idée du grand ouest, c’est avoir déjà perdu.

Comments are closed.