La popularité de Macron s’effondre en Bretagne et dans les Pays de la Loire

macron

01/02/2017 – 05h15 Nantes (Breizh-info.com) –  La déception d’une partie des élus et des électeurs de Bretagne et de Pays de la Loire commence à se faire sentir  : Emmanuel Macron passe en effet de 66% à 34% en cote de popularité pour le mois de janvier 2018, pour la Bretagne et les Pays de la Loire. C’est le résultat du sondage Observatoire de la politique nationale effectuée par BVA et publié le 31 janvier au matin.

Après un rebond significatif au mois de décembre qui lui avait permis de retrouver une popularité majoritaire dans la population (52%), Emmanuel Macron perd 5 points de « bonnes opinions » en janvier. 47% des Français ont désormais une bonne opinion du chef de l’État, contre 48% qui en ont une mauvaise (+3 points) alors que 5% ne se prononcent pas.

Alors qu’avec 59% de bonnes opinions, c’est dans la catégorie d’âge des « 65 ans et plus » qu’Emmanuel Macron trouvait ses plus forts soutiens dans l’opinion en décembre, son crédit régresse de 7 points en janvier auprès de cette population et la baisse est encore plus nette auprès des retraités (-8 pts à 50%).

La baisse de la popularité d’Emmanuel Macron se lit ainsi également auprès des demandeurs d’emploi (-10 pts à 30%), des individus ayant un niveau d’études inférieur au Bac (-13 pts à 32%) ou vivant au sein de foyers dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1500€ (-12 pts à 34%) de même que chez les salariés du secteur public (-5 points à 38%) et les 35-49 ans (-10 pts à 38%).

En Bretagne et en Pays de la Loire, que la presse mainstream réunit désormais sous l’appellation « Ouest », l’abandon du projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes a incontestablement joué dans cette baisse de popularité. En renonçant à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’image d’Emmanuel Macron – « le Président qui fait ce qu’il a dit » – en a pris un sérieux coup. Lors de la campagne présidentielle, il avait en effet – imprudemment – déclaré qu’il respecterait le résultat de la consultation locale de juin 2016 en Loire-Atlantique, qui avait vu 55% des votants se prononcer en faveur du projet. Son renoncement, dû essentiellement à l’impossibilité d’assurer la sécurité du chantier, est perçu comme une capitulation de l’État devant les zadistes.

Les révélations sur les commerces non déclarés de la ZAD (et donc les charges non payées) ainsi que sur la non condamnation de la violence et des blocages, auront aussi ans doute pesé dans la balance.

Après deux mois au-dessus de la barre des 50% de bonnes opinions, Édouard Philippe connaît également un recul de popularité en janvier 2018. Les bonnes opinions le concernant régressent de 7 points (45%). Les mauvaises opinions progressent de 4 points (48%) et 7% des Français ne se prononcent pas. Cette baisse de sept points – douze dans les zones rurales – est due  semble-t-il à sa décision d’abaisser la limitation de vitesse de 90km/h à 80km/h sur les routes secondaires. Une décision qui pénalise en effet directement les habitants de la France périphérique.

Si Emmanuel Macron perd la confiance que lui ont donné une forte proportion d’électeurs bretons qui se sont déplacés aux urnes, il a de quoi s’inquiéter à moyen terme, les électeurs bretons comptant souvent parmi « les faiseurs de roi » de la politique nationale, ces dernières années.

Voir l’intégralité du sondage ci-dessous :

Rapport de résultats – BVA Orange La Tribune – Baromètre politique Vague 107 – Janvier 2018 by Breizh Info on Scribd

Crédit photo : arnaud mikkor (flickr cc)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine