Fondé par Polig Montjarret, le Kan ar Bobl séduit toujours en 2018

A LA UNE

Commando au CHU de Nantes : « L’indigence des forces de l’ordre face aux trafiquants de drogue devient impossible à cacher »

L’intrusion au CHU Hôtel-Dieu de Nantes, dans la nuit du 21 au 22 janvier, d’un commando de délinquants pour...

Philippe Baillet : « Avec Sparta nous entendons précisément renouer avec des formes de vraie critique sociale » [Interview]

Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la publication Sparta, nouvelle revue de réflexion culturelle, politique, métapolitique et philosophique, qui...

La gestion de la crise du Covid-19, plus grande tromperie de l’Histoire ? Oui répondent Jean-Loup Izambert et Claude Janvier [Interview]

L’éditeur marseillais IS Edition (www.is-edition.com) publie Le virus et le président. Cette enquête sur les dessous de la pandémie...

Kouachi, l’assaut final : un membre du GIGN raconte l’attaque contre Charlie Hebdo et la traque des deux islamistes [Interview]

Les éditions Ring viennent d'éditer un livre qui devrait faire l'effet du petite bombe : Kouachi : L'assaut final...

Covid-19 en Hongrie. György Gődény (Parti de la vie normale) : « Les virus ont existé, existent et continueront à exister, l’humanité a toujours...

György Gődény est un personnage atypique par bien des aspects en Hongrie. Ce pharmacien de Nyíregyháza, une ville de...

Il est un incontournable de l’agenda culturel breton. Bien qu’ignoré d’une partie du grand public, le Kan ar Bobl a fait émergé de nombreux talents. Créé par le nationaliste breton Polig Montjarret, le Kan ar Bobl poursuit sa route en 2018.

Influencé par la Celtie

L’histoire remonte au début des années 1970. Tandis qu’en Irlande, le Fleac’h oil fait concourir chaque année des musiciens venus de tous les comtés, il est alors inconcevable que la Bretagne ne fasse pas de même. C’est en tout cas l’avis de Polig Montjarret, nationaliste breton et ancien membre du PNB (Parti National Breton).

Kan ar Bobl
Polig Montjarret en 1970. Source : bcd.bzh

L’idée du Kan ar Bobl (« Chant du peuple ») prend alors forme avec la complicité d’autres bretons de bonne volonté. Il en va ainsi de Pierrot Guergadic. C’est l’époque du renouveau breton et de l’arrivée au premier plan des Alan Stivell, Dan ar Bras, Glenmor et autre Gilles Servat.

Succès et sélection

La première édition aura lieu en 1973 au Palais des Congrès de Lorient. Le concours met en compétition sonneurs, musiciens et chanteurs des neuf pays bretons. Mais, dès 1975, le grand nombre de candidats oblige les organisateurs à mettre en place des éliminatoires par pays avant la phase finale. Une méthode toujours en vigueur à l’heure actuelle afin de faire une pré-sélection parmi les centaines de participants

Quant à la qualité des artistes ayant été révélés par le Kan ar Bobl, l’évocation de leurs noms suffit : A Re Yaouank, Yan Fanch Kemener, Denez Prigent ou encore Annie Ebrel.

Traditionnellement, la finale du concours se déroule à Pontivy. Une règle à laquelle ne dérogeront pas les organisateurs pour l’édition 2018 qui se tiendra les 21 et 22 avril.

Le succès de cet événement rappelle que la diversité culturelle intrinsèque à notre culture entre les différents pays historiques de Bretagne a encore malgré tout de beaux jours devant elle. Pour davantage d’informations sur ce beau weekend de tradition et de transmission à venir, rendez-vous ICI.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Muffinn)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Épargne. En 2020, des Français frileux pour un Livret A heureux [Vidéo]

Dans une conjoncture socio-économique largement troublée par la crise sanitaire, les Français, s'étant montrés économes en 2020, se sont...

Saint-Nazaire. Des trafiquants de drogue nord-africains interpellés

Ce 19 janvier, près de 323 gendarmes et policiers investissaient une vingtaine adresses à Méan-Penhoët, Montoir-de-Bretagne et Trignac pour...