Hongrie. Désavouée, la fondation Soros quitte Budapest

A LA UNE

Alice (Collectif Nemesis) : « Le combat féministe doit être guidé par la raison, pas par la passion » [Interview]

On peut être une femme, féministe, sans être gauchiste ou « progressiste ». C'est en substance le message que...

« Confessions d’un Yakuza ». Jérôme Pierrat préface une plongée au coeur de la mafia japonaise [Interview]

Les éditions La Manufacture de livres ont le don pour dénicher et publier des histoires passionnantes. Notamment du côté...

Brest. « Sans langue bretonne, pas de Bretagne » : retour sur la mobilisation pour Diwan [Vidéo]

Les défenseurs de la langue bretonne étaient entre 1500 et 2 000 le 20 février à Brest pour protester...

Catalogne : l’effacement progressif de l’Espagne et de l’espagnol [Reportage]

Nous avons été enquêter en Catalogne lors des élections cruciales du 14 février. Place du catalan et du castillan,...

Paris. Retour sur le succès de la manifestation de Génération identitaire

La défense de l'identité, et le combat culturel, en Bretagne comme à Paris. Alors que des milliers de personnes défilaient...

Selon le grand journal autrichien Die Presse, Patrick Gaspard, le président de l’Open Society Foundations (OSF) créée et pilotée par George Soros, a déclaré que l’OSF allait quitter Budapest pour s’installer à Berlin.

L’OSF s’était implanté à Budapest en 1984, et emploie une centaine de personnes actuellement. Jeudi 19 avril 2018, Patrick Gaspard a annoncé à Die Presse que l’OSF allait fermer ses portes à Budapest pour déménager à Berlin.

Depuis 1984, l’organisation non-gouvernementale du spéculateur financier George Soros a financé un vaste réseau d’activistes et d’associations de la “société civile” avec près de 400 millions de dollars américains.

Au cœur des débats en Hongrie depuis un peu plus d’un an, l’action de George Soros à travers son réseau organisé a été dénoncée maintes fois par le gouvernement hongrois et Viktor Orbán en particulier, qui en a fait l’ennemi politique principal de la Hongrie. L’OSF a en particulier participé à encadrer et favoriser l’afflux migratoire auquel la Hongrie notamment s’est opposée dès 2015.

Les réseaux de George Soros font l’objet de très nombreux scandales et accusations d’ingérence, de manipulations de l’opinion, voire même de troubles à l’ordre civil et de déstabilisations des gouvernements légitimes dans de nombreux pays, en particulier en Europe centrale. Le but affiché de l’OSF et de George Soros est d’accompagner partout l’avènement de la “société dite ouverte”, un concept libéral-libertaire de déconstruction des nations, des souverainetés démocratiques mais aussi des religions et de la famille traditionnelle.

L’annonce du retrait de l’OSF de Budapest, deux semaines après la réélection de Viktor Orbán, ne semble pas anodine. Le 15 mars, l’homme fort de Budapest annonçait qu’après les élections, il comptait “demander réparation moralement, politiquement et légalement” à l’ensemble des partisans déclarés – ou assimilés comme tels – de George Soros et de ses réseaux libéraux-libertaires. La semaine dernière, un média proche du gouvernement, Figyelő, publiait une liste des hommes d’influence de Soros en Hongrie.

S’agit-il pour l’OSF d’une retraite stratégique pour se mettre à l’abri de la loi hongroise et continuer les opérations, de l’extérieur ? Une des raisons de ce départ semble être la taxe de 25% des revenus étrangers des ONG pro-immigration, conséquence de la loi dite “Stop Soros” voulue par Viktor Orbán. Quoiqu’il en soit, Viktor Orbán remporte, deux semaines après les élections gagnées haut la main, une nouvelle victoire sur ses ennemis déclarés, et en particulier, le milliardaire et homme d’influence George Soros.

Via Visegrad Post

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Saint-Nazaire. Le jeune Ivan Maciuca obtient un prix en violon

Elève en violon au Conservatoire de Saint-Nazaire, Ivan Maciuca obtient un 3e prix au prestigieux concours Vatelot Rampal. https://www.youtube.com/watch?v=3VfqiKtBT6U Crédit photo...

500 000 données médicales de patients français disponibles gratuitement sur le darknet

Quand on vous dit qu'il ne faut pas croire tout ce que l'on vous raconte sur vos données qui...
- Publicité -