Le collectif Dispac’h dénonce les résidences secondaires en Bretagne

A LA UNE

Bretagne. 6 à 11% de prénoms musulmans selon les départements attribués en 2019

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (1/2)

Le 19 septembre dernier, à Paris, s’est tenu le colloque annuel de l’Institut Iliade sur le thème « La...

Charles de Meyer (SOS Chrétiens d’Orient) : « Les pigistes de Mediapart nous désignent comme des cibles aux islamistes »

Nous nous étions faits écho de l'article entièrement à charge du journal Mediapart, commande visant l'ONG SOS Chrétiens d'Orient,...

Le RN en tête aux Régionales en Bretagne. Un sondage LREM pour faire peur ?

 La République en Marche (LREM) a fait réaliser - et volontairement fuiter semble-t-il - un sondage sur les intentions...

« L’immigration est une chance pour la France » : 40 ans déjà

« L’immigration est une chance pour la France » : le plus souvent, de nos jours, cette formule est utilisée par antiphrase,...

Le collectif  Dispac’h (révolte), mouvement de jeunes indépendantistes bretons d’extrême gauche, mène depuis plusieurs semaines des actions en Bretagne pour dénoncer les résidences secondaires en Bretagne.

Dispac’h, se définit « comme un nouveau collectif indépendantiste en Bretagne et dont les militant.e.s se retrouvent autours des valeurs ayant trait à l’écologie, le féminisme, la lutte contre le capitalisme, l’internationalisme, l’antifascisme et la promotion de la langue bretonne.».

Sur les affiches, collées aussi bien sur des résidences principales que secondaires à Quiberon, Saint-Malo, Guérande, Fouesnant, Benodet ou Carantec, on peut lire « Bretagne, résidence secondaire. Villages en ruines, jeunesse en exil ». Des erreurs d’appréciation entre résidences principales et secondaires nous ont été rapportées.

Un slogan et une action qu’approuvent de nombreux militants bretons, même si certains y voient une contradiction flagrante. C’est le cas de Youenn, plus proche d’Adsav : « C’est évident qu’il faudrait protéger l’immobilier de Bretagne de la spéculation. Et créer une priorité bretonne à l’emploi comme au logement. Mais ces gars là dénoncent les Parisiens – alors que certains sont d’origine bretonne – et les résidences secondaires en Bretagne, alors qu’ils sont pour l’accueil des migrants, contre les frontières, pour l’immigration, cherchez l’erreur. Je vois mal comment on peut à la fois prôner l’abolition des frontières et la distinction entre les autochtones et les autres. Cela n’a aucune cohérence. ».

Le collectif Dispac’h – qui s’est aussi « distingué » par des tags pas esthétiques du tout sur la commune du Faouët, a publié un communiqué (en écriture inclusive!) dans lequel il explique les raisons de sa campagne :

En Bretagne, le territoire côtier est dépendant à l’économie touristique. Cette quasi mono activité, saisonnière, est lourde de conséquences pour nos villages : commerces qui tournent au ralenti et travail saisonnier durant la moitié de l’année. Cette situation entraîne également une exploitation des travailleuse.r.s en précarisant les emplois et en multipliant les abus aux droits du travail.

Le tourisme est consommateur d’espace et donc de logements. La non régulation de l’immobilier et le développement des résidences secondaires depuis des dizaines d’années entraînent une hausse des prix et des loyers constante. Les logements sont ainsi devenus inaccessibles à celles et ceux ayant de faibles revenus au moment où nous en manquons cruellement ! Travailleuse.r.s précarisé.e.s, familles, jeunes, migrants… etc. Les villages ainsi vidés de leur vie plus de la moitié de l’année voient fuir les services publiques et disparaître les dynamiques et initiatives locales. C’est la ruine de nos villages et la jeunesse qui s’exile !

L’industrie touristique est aussi destructrice de l’environnement. La concentration de visiteurs durant une période courte de l’année sur le littoral nécessite la construction d’équipements toujours plus importants qui participent au bétonnage de nos côtes. Cela entraîne également une surproduction de déchets qu’il faut gérer (stations d’épuration saturées, coûts de collecte des déchets…). Le tourisme que nous subissons aujourd’hui n’est pas un tourisme durable qui crée une harmonie en termes d’aménagement du territoire.

En Bretagne, les modèles de mono-économie comme le tout tourisme sur nos côtes, ou l’agriculture productiviste dans nos campagnes ne sont plus acceptable. Pour d’autres choix de société et de vie, nous revendiquons le droit de décider pour les territoires sur lesquels nous vivons.

Des pouvoirs communaux jusqu’à l’indépendance, autodétermination pour le peuple breton !

Le média NHU Bretagne publiait en 2017 une analyse sur les résidences secondaires en Bretagne dans laquelle on pouvait lire notamment : « La progression du marché de la résidence secondaire est en pleine croissance en Bretagne depuis ces dernières années. Avec un taux de 12% en moyenne.
Environ 14% des résidences bretonnes sont secondaires. Avec le Morbihan au plus haut vers 20% et l’Ile et Vilaine au plus bas vers 7%. Un tiers des résidences secondaires bretonnes sont morbihannaises. Dans le Morbihan le taux de résidences secondaires atteint des sommets avec près de 70% vers Carnac et 80% vers Arzon.»

Voici ci-dessous un classement – établi en 2014 – concernant le taux de résidences secondaires dans des communes bretonnes :

Dans un article du Monde, on pouvait lire récemment que « sur les 1 149 communes qui sont autorisées par la loi à appliquer une majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires, seulement 198 ont décidé de la mettre en place, selon le décompte effectué par Bercy, que Le Monde s’est procuré. Les zones touristiques sont les plus concernées, qu’il s’agisse de grandes villes aux prises avec le phénomène Airbnb (Paris, Nice, Toulouse ou Bordeaux) ou de stations balnéaires où le foncier flambe.». En Bretagne, cette majoration s’applique peu ou pas du tout. Pour l’instant…

Une chose est certaine toutefois : une partie de la jeunesse bretonne est aujourd’hui dans l’impossibilité de se loger convenablement sur les côtes bretonnes, du fait de la hausse du prix de l’immobilier. Le pouvoir d’achat de nombreux habitants de la région parisienne notamment, bien plus élevé qu’en Bretagne, contribue à la spéculation immobilière et au bétonnage puisqu’on assiste en effet à une course à la construction (il n y a qu’à voir le rythme fou de l’immobilier à Dinard, Pleurtuit, Saint-Malo par exemple). Relégués en périphérie, les jeunes locaux doivent se contenter, ou bien d’étudier pour partir ensuite, ou bien d’être cantonnés à des métiers de services (hôtellerie, restauration notamment) tout en renonçant à une installation sur leurs propres terres, où parfois, leurs parents avaient pu s’installer avant l’explosion de l’immobilier.

Une idée vient peut être de la Corse : la coalition nationaliste, sortie victorieuse des élections territoriales sur l’île de beauté, a promis la création d’un statut de “résident” pour réserver l’achat de biens immobiliers ou fonciers aux personnes habitant sur l’île depuis au moins cinq ans. Reste à voir désormais comme cette décision pourrait être appliquée puisqu’elle se heurte une fois de plus au droit constitutionnel et aux lois européennes.

Pour être mise en œuvre, elle nécessiterait une modification de la Constitution et donc un vote au Parlement avec une majorité des trois cinquièmes… impossible n’est pas corse ni breton ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Un délinquant multicarte arrêté pour 12 vols, détention d’armes et stupéfiants à Nantes

Un délinquant récidiviste a été arrêté récemment pour 12 vols commis à l’est de Nantes entre le 25 août...

Chevaux mutilés et tués : ils organisent la résistance

Depuis 2018, des attaques barbares de chevaux ont lieu dans toute la France : yeux arrachés, découpe de l'oreille...

“Eloge de la Force”, Laurent Obertone au micro d’André Bercoff

Eloge de la Force. Le nouveau livre de Laurent Obertone vient de sortir (il nous en avait parlé ici). Il était l'invité d'André Bercoff. Crédit...

Frédéric Rouvillois : La pensée dangereuse et glaçante de Macron

Le professeur de droit public, Frédéric Rouvillois, publie un ouvrage essentiel pour comprendre la pensée profonde d'Emmanuel Macron et de ses soutiens :"liquidation". Macron...

Rennes. Alerte renforcée : quelles nouvelles contraintes sanitaires ?

La situation se complique à Rennes concernant les mesures liées au Covid-19. La ville vient de passer en zone d'alerte renforcée. Avec des implications...

Gilles-William Goldnadel : « Je vis l’immigration comme un drame, comme une invasion. »

Gilles-William Goldnadel : « Je vis l'immigration comme un drame, comme une invasion. » https://www.youtube.com/watch?v=_REVVTRcmEw Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -