Mai 68 : Fougères avant Sud Aviation ?

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Il est habituel de faire démarrer les occupations d’usine de Mai 1968 chez Sud Aviation (ancêtre d’Airbus) à Bouguenais, dans la banlieue de Nantes. C’était le 14 mai 1968. A la manœuvre, quatre militants FO (Yvon Rocton, Jean-Louis Chevalier, Yvon Bousseau, Georges Boutin) qui parviennent à déborder la CGT. « On a soudé le portail d’entrée et à l&a suite de ça, il y a eu le blocage du patron dans son bureau ! Nous avons été les premiers à occuper une usine en France en mai 1968. » Le directeur, Paul Duvochel est resté enfermé à Bouguenais jusqu’au 29 mai. « Il s’adaptait. Sa famille lui apportait des paniers repas. Les cadres se sont mis avec lui. Une garde d’honneur se relayait pour surveiller la porte. On dormait à l’usine sur des matelas. On était ravitaillé par les paysans. Le patron, lui ne s’est jamais plaint, sauf des chants de ses surveillants qui l’empêchaient de dormir ! » (Presse Océan, jeudi 3 mai 2018).

Mais certains prétendent que la première étincelle est apparue le 26 janvier 1968 à Fougères : 6 à 7000 personnes défilent dans les rues du centre-ville. Rien ne va dans le pays de Fougères à cause de la fermeture des usines qui se succèdent depuis une dizaine d’années ; c’est la crise de la chaussure. Trois nouvelles usines ont baissé le rideau. Plus de 900 emplois ont disparu l’année précédente. Le 10 mai, Jacques Chirac, secrétaire d’État chargé de l’emploi et des affaires sociales, débarque à Fougères. Dans sa besace, une usine Sagem qui ouvrira en 1969 et comptera jusqu’à 1500 emplois au pic de sa forme (Ouest-France, jeudi 10 mai 2018).

C’était la belle époque du gaullisme industriel. Volonté politique et interventionnisme de l’État permettaient des opérations de sauvetage. Ce qui n’est plus possible aujourd’hui avec la mondialisation et le culte de la concurrence. Sauver des emplois n’est plus la préoccupation particulière du gouvernement.

B. Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...