nantes-110647_960_720

Beaucoup de bruit pour pas grand chose, ou bien tentative de faire silence sur un faits divers particulier ? C’est ce que beaucoup se demandent suite à l’épisode de la messe solennelle de Pentecôte, qui s’est tenue à la cathédrale de Nantes. Revenons aux faits.

Le dimanche 20 mai, un tweet circule après la messe, évoquant un individu qui aurait perturbé la cérémonie et arraché le micro de l’évêque, Mgr Jean-Paul James à la Cathédrale de Nantes. « Allah Akbar » aurait crié l’individu. Les réseaux sociaux s’emballent.

Dans la foulée, Presse Océan, publie un article intitulé « Folle rumeur après la messe de la Pentecôte » que voici en substance :

Il a fallu une seule publication, erronée, pour que la rumeur parte sur la toile : un homme aurait arraché le micro de l’évêque de Nantes, dimanche au beau milieu de la messe solennelle de la Pentecôte, pour crier « Allahu akbar », dans la cathédrale « pleine à craquer ». Relayée plusieurs centaines de fois sur internet, ce qui est alors présenté comme une « info » d’une « source très fiable » a commencé à alimenter les fantasmes. Seulement, elle ne résiste pas à « l’objectivité des faits ». Le père Benoît Bertrand, vicaire général du diocèse de Nantes, se trouvait « à la droite » de Mgr Jean-Paul James quand un homme est « monté sur le podium ». Il était « environ 10 h 30 » et l’évêque débutait son homélie devant « 1 500 à 2 000 personnes […] L’homme s’est saisi du micro et a tenu des propos dans une langue étrangère. Il n’a pas du tout crié Allahu akbar, affirme le vicaire. Accroché au micro, il était déterminé à prendre la parole et semblait surtout extrêmement fragile psychologiquement […] Il y a toujours des personnes malveillantes qui cherchent à alimenter ce genre de rumeur et à exciter les mentalités alors qu’il faut plutôt les apaiser. Il ne s’agit pas d’être naïf, nous restons vigilants vu le contexte national, mais tout le monde doit s’en tenir à la réalité et à l’objectivité des faits. »

Mais ce jeudi 31 mai, poursuite de l’histoire, sur le site de l’observatoire de la Christianophobie, où Daniel Hamiche, son animateur, recueille un témoignage contredisant l’article de Presse océan, témoignage malheureusement anonyme, ce qui, et nous le savons puisqu’il nous arrive également d’en publier à la demande des personnes interrogées, laisse toujours un doute au lecteur.

« Je respecterai l’anonymat de ce témoin crucial avec lequel je me suis longuement entretenu, cet après-midi. Tout ce qu’a écrit Presse Océan, sur la foi des déclarations du vicaire général, est du pipeau. Oui, comme l’avait déclaré le fidèle présent à cette messe de Pentecôte et de confirmation en la cathédrale de Nantes, le perturbateur du culte a prononcé au micro « Allah Akbar »… Le Père Benoît Bertrand, vicaire général, qui soutient le contraire est soit sourd, soit ne dit pas la vérité. Le perturbateur, un Noir âgé d’environ 25 ans, est monté à l’ambon environ 5 minutes après le début de l’homélie de l’évêque. L’évêque a interrompu sa lecture  et a reculé tandis que le recteur archiprêtre de la  cathédrale, un homme âgé, tentait sans succès de repousser l’intrus : le vicaire général l’a aussi tenté sans plus de succès. Le jeune excité s’est exprimé au micro en arabe sans prononcer un seul mot de français. Un diacre, le recteur, le vicaire général et deux jeunes de la paroisse ont fini par maîtriser le perturbateur et l’ont mis à la porte où, sans doute, il a été récupéré par la police qui stationnait devant la cathédrale. L’évêque a repris son homélie en disant : « Bon, je reprends ». Sur l’enregistrement de son homélie qui a été mise en ligne le lendemain, lundi 21 mai, rien ne transparaît : l’enregistrement a été remastérisé, ce qui est proprement scandaleux si on ne le signale pas. Mais est-ce surprenant ? »

Nous avons donc pour finir appelé directement le père Benoît Bertrand , qui est catégorique : « personne n’a crié Allah Akbar lors de la messe solennelle de Pentecôte. Personne n’a parlé en arabe ». Ce dernier pense que le témoin anonyme « était peut être loin de la scène, qui n’a pas duré 5 minutes mais quelques secondes Il a sans doute mal entendu ». 

Difficile de remettre en question le témoignage du père Bertrand, témoin direct de la scène, et homme d’église, fidèle au message qui fait du mensonge un pêché lourd : « Renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain.» (Eph. 4:25, cf. Zach. 8:16). « Le mensonge n’est pas une petite chose aux yeux de Dieu : il laissera dehors ceux qui l’aiment et le pratiquent (Ap. 22:15), et leur fin sera l’étang de feu (Ap. 21:8), là même ou sera jeté le diable, le “père du mensonge” (Jean 8:44).». 

Toutefois, si le témoin anonyme concerné souhaite rendre son message plus crédible – et donc sortir de l’anonymat puisqu’on est loin du cas nécessaire d’un policier en danger ou d’un citoyen menacé – ou nous soumettre d’autres témoignages, qu’il n’hésite pas à nous contacter, sur [email protected]

Crédit photo : Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine