L’Argus dévoile le portrait-robot de la Voiture moyenne des Français. Plus gourmande, plus polluante, en 2017, la Voiture moyenne des Français à contre-courant est plus chère : au prix de 26.717€ (contre 25.828€ en 2016, +3,4%), elle bat un nouveau record.

Tous les indicateurs sont passés au crible par les experts de L’Argus, de la puissance au prix en passant par la consommation et les émissions de CO2. Et sur ces deux derniers critères, une régression est à déplorer en 2017.

A 26 717€, la voiture moyenne des Français bat un nouveau record de prix, s’inscrivant ainsi dans la continuité du renchérissement constaté depuis 2008, où le tarif moyen était alors tombé à 18 962€ suite à la crise économique et bancaire. Elle a augmenté de 889 € (+3,4%) par rapport à l’an passé.

Mais avec une progression de +32,4% en 9 ans, l’évolution dépasse de très loin l’inflation générale, limitée à +11% sur la même période. Il faut dire que le haut de gamme se porte à merveille, tirant les prix moyens vers les sommets : à 19% de parts de marché en 2017, les véhicules de plus de 35.000€ ont ainsi progressé de 3 points par rapport à 2016.

Les SUV représentent un tiers du marché

Une croissance qui traduit l’impact de la reprise économique et les gains de pouvoir d’achat des automobilistes, mais aussi leur aspiration pour des véhicules plus rassurants, plus solides d’apparence : les constructeurs y répondent avec des gammes élargies de SUV, carrosserie qui représentait en 2017 près d’un tiers du marché du véhicule neuf en France, avec 681.000 unités immatriculées. L’occasion pour les industriels d’accroître leurs prix de vente et leurs marges grâce à ces modèles offrant l’apparence de 4×4, mais construit sur des plates-formes classiques de berlines.

Mais qui dit carrosserie surélevée dit poids supplémentaire et aérodynamique dégradée. Des handicaps que les progrès technologiques sur les motorisations ne parviennent désormais plus à compenser. Pour la première fois depuis 2008, la consommation de la voiture moyenne repart à la hausse, avec une valeur de 4,6 litres aux 100 km, soit 2,2% de plus qu’en 2016. Sans surprise, les émissions polluantes suivent la même évolution, avec 111 grammes de CO2 par kilomètre, contre 109 grammes en 2016 (+1,8%).

Chaque année, L’Argus dresse le portrait de la Voiture moyenne de France et pour ce faire utilise la même méthodologie depuis 1953. Sont retenus les 250 premiers modèles vendus l’année précédente (soit 98% du marché). Pour chaque modèle, L’Argus relève, moteur par moteur, carrosserie par carrosserie, finition par finition, transmission par transmission, quinze caractéristiques majeures : dimensions, poids, cylindrée, puissance, consommation, prix, etc. En pondérant ces 250 modèles par le nombre de versions vendues, et après traitement et analyse des millions de données qui en découlent, L’Argus obtient la fiche signalétique de la Voiture moyenne de France, et peut ainsi la comparer avec celles des années précédentes. Leur volume d’immatriculations étant devenu significatif (21 765 unités l’année dernière), L’Argus retient depuis 2015 les voitures électriques dans le calcul de la Voiture moyenne.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine