L’affaire divise profondément la société allemande. Lors de la cession parlementaire qui se tenait au Bundestag le 8 juin dernier, l’AfD a souhaité faire une minute de silence en hommage à Susanna Feldman, une jeune femme de 14 ans violée puis tuée par un migrant irakien en mai dernier. Un silence volontairement brisé par la gauche allemande.

En situation illégale 

Revenons tout d’abord sur la sordide histoire de Susanna Feldman. Entre le 22 et le 23 mai dernier, cette jeune collégienne de Mayence (Rhénanie-Palatinata été violée puis assassinée à Wiesbaden par un homme de 20 ans. Qui est donc le criminel ?

Il s’agit d’un demandeur d’asile irakien débouté dans sa requête en décembre 2016. Arrivé en Allemagne en octobre 2015, l’Irakien meurtrier se trouvait donc en situation illégale sur le territoire allemand depuis un an et demi au moment du meurtre de l’adolescente. De quoi sérieusement se poser la question du laxisme ayant cours sur le territoire d’Angela Merkel.

gauche allemande
Ali Bashar et sa victime. Source : Bild.de

Avant même d’être soupçonné, le violeur répondant au nom d’Ali Bashar avait quitté le pays avec sa famille. Depuis Düsseldorf, il avait alors gagné Istanbul par avion avant de terminer sa course dans la ville irakienne d’Erbil. Par ailleurs, le départ d’Allemagne de la famille a été facilité par l’obtention de laissez-passer émis par les autorités consulaires irakiennes.

Extradé pour éviter la mort

Lorsque l’enquête est enfin remontée jusqu’à Ali Bashar, déjà connu par ailleurs des services de police allemands, il était donc déjà loin. Ce sont les autorités kurdes présentes dans le nord de l’Irak qui ont procédé à l’interpellation du suspect. Qui avouera son crime quelques temps plus tard.

Toutefois, l’homme ne sera pas jugé en Irak car l’Allemagne a, par la suite, fait une demande d’extradition. Une demande accordée tandis que les autorités allemandes craignaient qu’Ali Bashar ne soit condamné à mort dans son pays d’origine. Des déclarations pouvant paraître ubuesques au regard des actes commis par l’homme en question.

Aux dernières nouvelles, le migrant criminel devait atterrir en Allemagne dimanche 10 juin. Aucune date concernant son procès n’a pour l’instant été communiquée.

Minute de silence bafouée

Désormais, c’est au sein même du Bundestag que l’affaire a fait irruption. Des parlementaires de l’AfD (Alternative für Deutschland) ont voulu honorer la mémoire de Susanna Feldman à travers une minute de silence. Cependant, le silence sera rapidement brisé par l’intervention de députés allemands de gauche qui ont tout simplement saboter l’hommage.

C’est la vice-présidente de gauche du Parlement, Claudia Roth, qui a interrompu en premier la minute avant d’être applaudie par son camps. La gauche allemande n’est visiblement pas gênée dans ses propres paradoxes puisqu’en 2015, Claudia Roth et sa famille politique avaient fait observer un moment de silence dans ce même Bundestag au nom des réfugiés morts en traversant la Méditerranée.

gauche allemande
Claudia Roth, membre des Verts allemands. Source : Wikipédia

Voilà ce qui s’appelle faire preuve d’indignation sélective. Les électeurs allemands ne manqueront toutefois pas de relever cette duplicité puisque la vidéo de la scène est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : Flickr (CC BY-SA 2.0)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine