page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Racisme à la Coupe du monde 2018. Quand le Huffpost nomme « expert »… un militant antiraciste

Un bel exemple de manipulation médiatique nous est venu le 14 juin du Huffpost Allemagne, article traduit ensuite par le Huffpost français, à propos d’un présumé racisme à venir à la Coupe du monde 2018.

Un cas d’école, avec un article intitulé « Coupe du monde 2018 : l’équipe de France sera la principale cible du racisme à la Coupe du monde selon cet expert russe ».

En lisant le titre, on se dit qu’un observateur officiel du monde du sport en Russie, qu’un chercheur labellisé, ou qu’un astrologue chevronné (ou bien encore Paul Le Poulpe) est en pleine prédiction de l’avenir, de ce qui n’a pas encore eu lieu.

Mais au final « l’expert » interrogé par le Huffpost est… un militant antiraciste : il s’agit de Pavel Klymenko, membre de l’organisation antiraciste Fare, Football Against Racism in Europe, ONG financée… par l’Union européenne mais aussi par l’Open Society de Georges Soros.

Qu’est ce que le réseau FARE ?

FARE est un réseau monté à la fin des années 90 par des supporteurs de football, principalement venus de l’extrême gauche des tribunes en Europe. On retrouve ainsi ce réseau derrière le tournoi Mondiali Antirazzisti, chaque juillet, en Italie. Mais depuis 2000, de financement en financement, le réseau a pris une ampleur internationale grâce à l’appui de riches associations, des ligues de football, des Etats. On est très loin du réseau « bricolage » qui existait au milieu des années 90. Désormais, les militants d’extrême-gauche qui l’animent sont devenus des notables chéris par la FIFA. « Against modern football » qu’ils chantaient…

Un petit tour sur le site internet du FARE montre par ailleurs que, bien au delà de la lutte contre le racisme, le réseau promeut l’immigration et l’accueil des migrants, ou encore la lutte contre l’homophobie dans les stades, tout un programme.

L’intox du Huffpost

L’objectif du Huffpost derrière cet article ? Effrayer les gens, attaquer la Russie, faire polémique. Et ça ne doit marcher qu’en France. On est à la limite de la « fake new ». En Russie, personne n’est inquiet. Nikolai, fan du CSKA Moscou et parfaitement francophone à qui nous avons fait lire l’article, nous dit : « vous subissez une sacrée propagande en France, c’est impressionnant ».

Alors, est-ce que les supporteurs du CSKA sont en mode jet de bananes et cris de singes alors que le mondial vient de débuter ? « Vous pensez vraiment que les Russes seront assez stupides pour faire une chose pareille alors que c’est leur Coupe du monde ? ». Pour lui, la vérité est ailleurs : « En France, critiquer l’immigration ou le multiculturalisme, c’est assimilé par vos médias à du racisme, directement. Et pour faire du sensationnel, ils font des articles comme ceux-là. »

Et de revenir sur les fameux « cris de singe » qui auraient ciblé Pogba et Dembelé il y a quelques mois, lors d’un match amical à Saint-Petersbourg. Nikolai y était, avec d’autres amis, ceux que la presse craint et épingle régulièrement pour des bagarres notamment. « Je n’ai entendu aucun cri de singe. Visiblement certains ont été arrêtés parce qu’il fallait bien trouver un coupable vu la pression internationale. Après les joueurs qui sont forts chez l’adversaire, il faut leur mettre la pression, les insulter, tous les moyens sont bons pour rééquilibrer le jeu quand on a une équipe aussi limitée que la nôtre actuellement (rires). De toute façon, même les joueurs de l’équipe de France ont dit n’avoir rien entendu. C’est un ou deux journalistes de l’AFP qui ont lancé cette histoire. Cela sent la manip’ à plein nez . On peut nous accuser de plein de choses, mais pas de ça »

Une chose semble toutefois réaliste dans les déclarations de « l’expert » antifa lorsqu’il explique : « On entend beaucoup dire en Russie que l’équipe de France est un symbole des travers de la société multiculturelle. » Cette phrase, on l’entend en Russie, mais également dans la plupart des pays d’Europe, et même en Asie ou en Afrique, dans des pays dans lesquels il parait inconcevable qu’une nation européenne sélectionne une minorité de joueurs blancs dans son équipe de football.

Coupe du monde 2018. Pourquoi je ne supporterai pas l’équipe de France [Tribune libre]

Place au sport désormais…

Crédit photo :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]

Découvrir l'article

International

Ukraine : la folle marche de l’Histoire

Découvrir l'article

A La Une, International

Ukraine. Nikola Mirkovic de retour du Donbass : « Cette guerre est une autodestruction sans nom, une autolyse slave, un traumatisme et une blessure pour tous les Européens » [Interview]

Découvrir l'article

Insolite, NANTES

Musée Jules Verne à Nantes. Les gauchistes woke dénoncent ce projet

Découvrir l'article

International

Guerre en Ukraine : la vérité empoisonnée ? Par Régis Le Sommier

Découvrir l'article

A La Une, International

Dionis Cenusa : « La capacité de l’Ukraine à se défendre ne permet pas à la Russie de s’approcher d’Odessa et d’atteindre la Transnistrie »

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine

Les œufs de Fabergé : une histoire d’amour pour Pâques

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

Sociétal

Russie/Otan : la guerre des trolls de l’information – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Sociétal

Guerre en Ukraine 2 ans de traitement médiatique

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky