Ce sont près de 800 personnes qui ont marché dans le calme pour honorer la mémoire d’Aboubakar F., délinquant recherché par la police tué lors d’un contrôle routier par un policier. Après un temps de recueillement, les participants se sont peu à peu dispersés dans le Breil. Plusieurs militants d’extrême-gauche étaient présents.

Le calme avant la tempête ?

La famille d’Aboubakar l’avait demandé et les manifestants ont respecté ce souhait. La marche blanche a eu lieu dans le calme. Plusieurs slogans offensifs contre la police ont néanmoins été lancés par les manifestants, preuve que le feu de la colère n’est clairement pas éteint et que les nuits à venir risquent d’être compliquées à Nantes. « Police, assassins » a notamment été repris par les personnes participants à la marche.
En attendant la soirée, la TAN a suspendu l’intégralité de son réseau à partir de 20h30. Des sources policières s’attendent à ce que la situation s’envenime à nouveau dès la tombée de la nuit.

L’extrême-gauche présente à la marche blanche

Parmi les proches d’Aboubakar, l’extrême-gauche nantaise était représentée par plusieurs membres d’associations diverses ainsi que par des membres actifs de la mouvance radicale proche de Nantes Révoltée. La page Facebook, cœur de la mobilisation d’extrême-gauche sur Nantes, avait notamment relayé l’appel à la marche blanche.
La jonction tant fantasmée par les militants de gauche radicale avec les jeunes immigrés des cités sensibles aura-t-elle lieu ?

Toujours selon des sources policières, « c’est leur souhait le plus cher en ce moment. On sait que durant les manifestations contre la loi Travail, il y avait eu un embryon d’entente entre quelques jeunes délinquants et les ‘babtous’ gauchistes. Je pense que c’est du rêve complet mais, sur quelques jours, ce n’est pas impossible de voir les deux groupes agir de concert pour tenter de provoquer le chaos. »

Crédit photos : Breizh-Info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine