Chrétienté et catholicisme au cinéma : de Don Camillo à Mel Gibson

A LA UNE

Self défense financier pour investisseurs et petits épargnants. Et si vous tentiez la stratégie Alpha ? [Interview]

Nous avons annoncé récemment la parution, aux éditions Cultures et Racines, du livre « LA STRATÉGIE ALPHA : LE...

Bien avant le Covid-19. Comment l’Europe a-t-elle fait face à la Peste noire ?

Il est utile de rappeler d’abord ce que fut la Peste Noire. Une épidémie d’ampleur colossale qui toucha une...

Mickaël Mary : « J’ai souhaité proposer un panorama de la grande richesse naturaliste en baie du Mont St Michel »

Inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1979, le Mont-Saint-Michel et sa baie sont une destination touristique incontournable qui...

Anne-Sophie Chazaud : « En France, la pensée dite progressiste contient en son sein un ferment puissamment liberticide »

Anne-Sophie Chazaud, philosophe et essayiste, a publié il y a plusieurs semaines un livre important, « Liberté d’inexpression: nouvelles...

Covid-19. Toujours pas de vraie 2ème vague en vue mais un rebond saisonnier d’ampleur limitée pour l ‘Europe et les USA

Au niveau planétaire, si la contamination progresse principalement en Europe, la courbe générale des décès ne permet pas encore...

Depuis l’invention du 7ème art, le christianisme a inspiré de nombreux cinéastes. Parmi les longs-métrages, on en trouve de tous les genres et pour tous les goûts, de l’adaptation biblique au film provocateur, en passant par l’épopée historique ou la fiction héroïque.
Petit tour d’horizon non exhaustif mais qui pourrait vous donner quelques idées de films à voir de toute urgence… ou à éviter absolument !

Les adaptations bibliques

Le genre le plus évident, le plus cinématographique également par ses histoires grandioses et ses protagonistes iconiques.
Ces adaptations de la Bible, que ce soit l’Ancien ou le Nouveau Testament,  sont sujettes à interprétation et donc aux critiques des mécontents. Qu’elles divisent ou fassent l’unanimité, elles ne laissent pas indifférents.

En regardant Les Dix Commandements (1956) ou Jésus de Nazareth (1977), vous aurez un bon aperçu des accomplissements de Moïse et du Christ. Le second n’est pas sorti sur grand écran mais en plusieurs épisodes diffusés à la télévision pour un total de six heures de programmes.

L’une des affiches de film les plus célèbres de l’histoire du cinéma !

Dans Ben-Hur (1959), récompensé par 11 oscars en 1960, Jésus n’est pas au cœur du long métrage mais lui donne une part de sacré, émouvante et tragique pour le héros romain.

L’histoire de Moïse fut à nouveau racontée en 2013 dans Exodus : Gods and Kings, moins apprécié que le film du siècle précédent.
Noé (2014), avec Russell Crowe, est particulièrement sombre. Certains estiment cela légitime, puisque la réponse de Dieu est le déluge. D’autres voient en cette adaptation une vision plus judaïque que chrétienne. Chacun pourra se faire son avis, mais gardez en tête qu’il pourrait choquer les enfants et les personnes les plus sensibles.

Les films historiques

Les films historiques ou biopics font partie des plus appréciés. Spectaculaires, grandioses, parfois instructifs, ils permettent aux spectateurs de voyager à travers le temps. Ils découvrent ou redécouvrent les événements clés d’une des sources de leur civilisation et leurs principaux acteurs.

Depuis 2 000 ans, l’Église a traversé nombre de régimes, de conflits, de menaces, d’aventures, d’échecs et de succès vécus par ses représentants, ses défenseurs, ses fidèles ou ses ennemis, et ce à travers le monde entier.

Quoi de mieux que l’épopée de Jeanne d’Arc pour illustrer cela ? La Pucelle d’Orléans a vu son parcours mis en scène à de nombreuses reprises, notamment sous les traits d’Ingrid Bergman en 1948, de Florence Delay en 1962 ou de Milla Jovovich en 1999. L’aspect mystique de sa vie est évidemment traité à chaque fois.

Dans Mission (1986), l’on suit des missionnaires jésuites en Amérique du Sud au 18ème siècle tandis que Cristeros (sorti en 2012 mais seulement en 2014 en France) et Des hommes et des dieux (2010) reviennent sur des faits plus récents.

La grandiose bande originale de Mission est l’œuvre du compositeur italien Ennio Morricone

Cristeros nous présente la révolte des catholiques mexicains qui furent victimes de lois anticléricales radicales dans les années 1920 et décidèrent de prendre les armes. Nombre d’entre eux furent tués et plusieurs ont par la suite été béatifiés par le Vatican. L’on se souvient par ailleurs que la sortie du film en France fut tardive. Elle n’est intervenue que grâce à la mobilisation de catholiques  et à la détermination de M. Hubert de Torcy, le directeur de la société de distribution Sajeprod.

Des hommes et des dieux est plus intimiste, c’est le moins que l’on puisse dire, mais est tout aussi important. Il retrace la vie des moines de Tibhirine, assassinés en Algérie en 1996. Il permet de se remémorer un événement très ambigu  tombé jusque-là dans l’oubli. Voilà un bel atout du cinéma !

Les chrétiens n’ont pas toujours eu le « beau rôle » dans l’histoire. C’est ce que montre Agora (2009). Il raconte la vie de la philosophe Hypatie d’Alexandrie et les conflits religieux dans l’Égypte romaine du 4ème siècle. Comme dans tous les biopics, quelques libertés ont été prises avec la réalité, mais l’actrice principale, Rachel Weisz, fait l’unanimité.
Le point de vue adopté est toutefois orienté, comme dans quasiment tous les films consacrés à un sujet religieux. Pour une fois, il montre la répression judéo-chrétienne des païens.

Héros de fictions chrétiens

Les histoires mettant en scène des chrétiens ne sont pas nécessairement adaptées d’événements historiques.
De nombreuses fictions mettent en scène des prêtres ou de fidèles croyants. Ils permettent ainsi au public de trouver de nouveaux modèles correspondant à leur époque ou de s’identifier à des personnages réalistes, imparfaits mais de bonne volonté et fidèles à leur Dieu.

Évoquons tout de suite l’un des plus célèbres, du moins en France, Don Camillo, joué par l’illustre Fernandel durant six films sortis dans les années 50.
La rivalité subtile entre ce prêtre et le Maire de sa commune, le communiste Peppone, a attiré des millions de spectateurs dans les salles.
La commune italienne de Brescello, lieu de leurs aventures et située à proximité de Parme, a même érigé des statues des deux hommes. Elle a ouvert un musée où l’on peut découvrir des objets utilisés lors des tournages des films.

C’est aussi dans les années 50, et plus précisément en 1952 qu’est sorti Ivanhoé, adapté du roman de Sir Walter Scott. Pour la promotion du film en France, une affiche présentait « La loi des Chevaliers » avec des articles comme « Vous croirez à tout ce qu’enseigne l’Église et observerez tous ses Commandements »  ou « Vous protégerez l’Église ». Une source d’inspiration plutôt saine pour les enfants de l’époque, sans parler du courage et de la bienveillance d’Ivanhoé durant ses aventures !

La loi très chrétienne des chevaliers sur une affiche du film Ivanhoé sorti en 1952

En 2012, une version « comédie musicale » de l’œuvre de Victor Hugo Les Misérables était adaptée au cinéma par les studios hollywoodiens, avec un casting  de haut rang, Anne Hathaway, Russell Crowe et Hugh Jackman se partageant l’affiche.
Sans s’attarder sur les qualités cinématographiques de cette œuvre, jugée comme un chef d’œuvre par certains spectateurs et comme un nanar monumental par d’autres, il est en tous cas un grand film chrétien. Si l’idée révolutionnaire est plus ou moins défendue, l’Église est paradoxalement mise sur un piédestal, présentée comme un refuge pour les nécessiteux et les persécutés. Ses représentants sont généreux et charitables, et, finalement Dieu réunit tous les hommes de bonne volonté (dans un happy end très américain, certes).

Plus inattendu, la saga Rocky, qui suit les péripéties d’un boxeur joué par Sylvester Stallone, regorge de références catholiques. Le premier plan du premier film dévoile même une icône du Christ surplombant un ring ! Ensuite, le héros, d’origine italienne, sollicite régulièrement son ami prêtre pour le bénir, on le voit également prier avant ses combats ou se recueillir dans une chapelle lors de moments dramatiques, comme lorsque sa femme enceinte se trouve à l’hôpital. Par ailleurs, les valeurs comme l’humilité et le pardon transpirent de ces films.

Une icône du Christ apparaît dès le premier plan du film Rocky avec Sylvester Stallone

L’on peut citer deux autres films avec des références semblables, Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Fury (2014). Ils se déroulent chacun durant la Seconde Guerre mondiale et présentent des personnages qui expriment régulièrement leur Foi, par des prières ou en citant la Bible. L’acteur de Fury, Shia Laboeuf, se serait même converti au christianisme grâce à ce rôle particulier !

Plus proche de nous, plus modeste, mais reposant certainement sur plus de sensibilité et de ferveur, la filmographie de la réalisatrice Cheyenne Marie-Carron est incontournable. Dans La Morsure des dieux (2017), elle nous présente l’histoire d’amour entre un païen et une catholique tandis que L’Apôtre (2014) suivait le parcours d’un musulman se convertissant au catholicisme. Des sujets pouvant entraîner quelques débats et polémiques mais faits avec bienveillance !

Provocations, humour et complotisme

Qui dit religion dit provocation, qui plus est concernant le christianisme, tête de turc de la modernité ou tout du moins proie facile car souvent docile. Des pamphlets antichrétiens comme des comédies « bêtes et méchantes » sont régulièrement réalisés, et, bien sûr, subventionnés et récompensés.

En 2014, Chemin de Croix fut une attaque ciblée contre les catholiques traditionnalistes, présentés comme rétrogrades voire dangereux pour les enfants.
Calvary, la même année, ne fut guère plus reluisant, racontant les déboires d’un prêtre irlandais. Sa paroisse est grosso modo un bastion de la pédophilie, intéressée essentiellement par l’argent et pleine de fidèles plus dégénérés les uns que les autres. Le tout est évidemment présenté avec un langage obscène !
S’il est vrai que les catholiques ne sont pas parfaits et que des prêtres sont effectivement accusés ou coupables de crimes sexuels, la généralisation faite à travers ce genre de film est abusive. Ellen’est que le reflet de l’idéologie « progressiste ». Une idéologie par ailleurs lâche, qui n’attaque jamais d’autres religions avec un tel acharnement. Au cinéma comme partout, comme le prouvent tous les films évoqués, le meilleur côtoie bel et bien le pire !

La réaction du quotidien catholique Présent à la sortie du film Chemin de Croix en 2014

Parmi les comédies, l’on retrouve La vie de Brian (1979) des Monty Python et Dogma (1999), qui peuvent déranger mais aussi être prises avec recul et second degré. Christ(off), sorti cet été, avec Mickael Youn dans le rôle principal, paraît beaucoup plus malveillant.

Enfin, les mystères de l’Eglise ou de la vie du Christ donnent aussi des idées rocambolesques à certains artistes, les complots envahissent ainsi le Vatican dans Anges et démons (2009), adapté du roman éponyme de l’américain Dan Brown et suite de Da Vinci Code (2006).

Films d’horreur et possessions

Le genre horrifique n’est pas en reste et se régale notamment des histoires de possession et d’exorcisme. Avec ces événements angoissants et mystérieux, parfois inspirés de faits réels, plus besoin de sang et de tueurs psychopathes pour effrayer le spectateur.
Le plus connu est bien sûr L’Exorciste, sorti en 1973, dont la rumeur dit qu’il a provoqué de nombreux malaises dans les salles de cinéma, mais aussi que son tournage fut accompagné de catastrophes vues par certains comme « étranges ».
Les deux prêtres intervenant auprès de la jeune fille possédée sont, quoi qu’il en soit, montrés sous un jour positif, pas infaillibles, certes, mais courageux.

Le succès de L’Exorciste a suscité la mise en chantier de plusieurs suites et inspiré tous les autres films de ce style.
Le Rite (2011) aborde la question de façon un peu plus sérieuse, suivant un jeune prêtre recevant des cours d’exorcisme au Vatican. Il prend cependant des libertés avec le roman dont il est inspiré, Le Rite : La Formation d’un exorciste au Vatican.

Mel Gibson, le symbole

S’il ne fallait garder qu’un seul nom pour évoquer le christianisme au cinéma, ce serait sans doute celui de Mel Gibson. Avec La Passion du Christ, Braveheart, Tu ne tueras point et Signes, il intègre trois des catégories citées précédemment.

La Passion du Christ (2004) est la référence ultime en termes d’adaptation des Evangiles, tournée en araméen, la langue parlée par Jésus en ce temps-là, d’une force telle qu’elle fut un véritable outil d’évangélisation à sa sortie.  Mel Gibson, acteur à succès de films d’action des années 80 et 90 mais aussi catholique éduqué dans une famille proche de la Fraternité Saint Pie X, livre une œuvre qui restera dans l’histoire du cinéma.
Jim Caviezel, l’acteur jouant le Christ, est de son côté un fidèle catholique intervenant régulièrement en public pour parler de sa Foi. En 2018, il a joué dans Paul, Apôtre du Christ, une production plus modeste.
Une suite de La Passion devrait être lancée ces prochaines années et revenir sur la Résurrection, ce qui ferait à n’en pas douter beaucoup de bruit !

Dans les films historiques Braveheart (1995) et Tu ne tueras point (2016), Mel Gibson présente des héros patriotes mais aussi chrétiens, à son image.

Signes, film de science-fiction, raconte comment un pasteur ayant perdu la Foi à cause de la mort de sa femme la retrouve grâce à une invasion extraterrestre. Si ce résumé peut paraître absurde, l’histoire est belle et subtile.

Tu ne tueras point raconte l’histoire du soldat Desmond Doss, soldat chrétien et objecteur de conscience lors de la Seconde guerre mondiale, ici avec son épouse et sa Bible

Vous l’avez compris, le septième art comme les autres n’a pas pu passer à côté du christianisme. Si certains l’attaquent, beaucoup lui font honneur, sans pour autant omettre les faiblesses de l’homme.
Si vous cherchiez des idées, vous avez désormais de quoi passer de beaux moments de cinéma en famille.

Alexandre Rivet

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Les escape game d’Ille-et-Vilaine tentent un recours en justice face à l’obligation de fermeture

Après les salles de sports il y a quelques semaines, ce sont aujourd'hui les escape game d'Ille-et-Vilaine qui tentent...

Eric Zemmour : « Erdogan est le révélateur d’un conflit de civilisations »

Eric Zemmour : « Erdogan nous ramène à notre statut de chrétien, Erdogan est le révélateur d’un conflit de...

Le Salon d’art de Saint-Aignan-de-Grandlieu : à découvrir en un temps d’isolement !

Chaque année Saint Aignan de Grand Lieu, petite commune aux confins du Pays de Retz en Loire Atlantique organise un «  Salon d’art »,...

Santé. Peut-on vraiment se débarrasser des acouphènes ?

Les acouphènes perturbent la vie de millions de personnes en France, dont une partie avec des formes sévères. Quelles causes et quels remèdes face...

Comptalib. L’avenir du logiciel comptable pour les entrepreneurs ?

Comptalib, est un logiciel en ligne qui entend venir en aide à tous les entrepreneurs et experts-comptables en balisant tout le parcours de la...

Pour le tribunal d’Auch, décrocher le portrait d’Emmanuel Macron relèverait de la liberté d’expression

Le tribunal de grande instance d’Auch a relaxé les cinq prévenus qui étaient poursuivis pour vol en réunion après le décrochage de trois portraits...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -