Les Radicaux de gauche se sont réunis les 8 et 9 septembre 2018 à Saint-Nazaire pour rassembler militants et sympathisants autour d’enjeux européens. A cette occasion,Virginie Rozière, député européenne et Stéphane Saint-André, ancien député, ont exprimé leurs ambitions pour les échéances de mai 2019 et présenté une liste de 13 candidats.

radicaux_gauche

« Notre mouvement annonce aujourd’hui son intention de compter dans le débat des élections européennes de mai 2019. Aux côtés de 12 personnalités fortes, je conduirai une liste représentative de la Gauche et des territoires français », déclare Virginie Rozière, Députée européenne et coprésidente des Radicaux de Gauche

Virginie Rozière – Occitanie

Stéphane Saint-André – Hauts-de-France

Géraldine Guilpain – Bretagne

Gilles Thévenon – Auvergne-Rhône-Alpes

Isabelle Amaglio-Térisse – Ile-de-France

Jean-Marc Dessaud – PACA

Emilie Marchès – Nouvelle Aquitaine

Philippe Gasparella – Grand Est Elyse

Bona Risterucci – Corse

Dominique Nouet – Centre Val de Loire

Jeanne Sotter – Pays de la Loire

Eric Kragbé – Bourgogne-Franche Comté

Muriel Jozeau-Marigné – Normandie

Autour de 7 axes clés, les Radicaux de Gauche s’affichent ouverts au dialogue avec leurs partenaires naturels. L’objectif ? « Bâtir un programme commun à travailler avec l’ensemble des mouvements de la Gauche ».

Virginie Rozière a également évoqué dans son discours de clôture la nécessité de « s’ouvrir rapidement aux valeurs sociales et humanistes », traduction, de faire accepter l »immigration : « Alors qu’Emmanuel Macron s’érige en anti-modèle Salvini, il regarde l’Aquarius passer à 7 kilomètres des côtes françaises sans agir. Une autre politique européenne est possible et il est de notre devoir de la construire » a-t-elle expliqué, indiquant que « des propositions fortes » seront annoncées sur la politique migratoire européenne.

32 propositions pour les élections européennes

En attendant, retrouvez ci-dessous les 32 propositions des radicaux de gauche pour les élections européennes

Proposition 1 : Revoir drastiquement à la hausse les objectifs de l’Union européenne en matière de réduction de la consommation énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Proposition 2 : Prévoir un mix énergétique européen contraignant afin de garantir à la fois l’indépendance énergétique du continent vis-à-vis des pays producteurs d’énergies fossiles, et le développement des énergies alternatives.

Proposition 3 : Développer l’interconnexion aux frontières nationales afin de permettre le désenclavement de pays producteurs d’énergies renouvelables – notamment la péninsule ibérique.

Proposition 4 : Réviser les mécanismes d’aide de la PAC afin de soutenir un modèle agricole responsable.

Proposition 5 : Renforcer les critères d’obtention du label « eurofeuille » – label bio européen – sur des normes européennes plus contraignantes.

Proposition 6 : Inclure des compensations écologiques et environnementales dans nos échanges commerciaux afin de ne pas exporter notre pollution en favorisant les entreprises polluantes.

Proposition n°7 : Faire signer à l’Union européenne la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

Proposition n°8 : Développer les capacités d’action de l’Union européenne en cas de non-respect de l’état de droit dans un pays-membre.

Proposition 9 : Renforcer les compétences du Parquet européen.

Proposition 10 : Faire d’Europol un véritable bureau fédéral d’investigation et de renseignement européen.

Proposition 11 : Assurer la protection des droits et libertés fondamentales des citoyens européens vis-à-vis de leurs activités numériques.

Proposition 12 : Garantir le respect du droit et de la fiscalité pour l’ensemble des entreprises exerçant une activité numérique sur le territoire européen.

Proposition 13 : Soutenir l’essor de « champions numériques » européens.

Proposition 14 : Lutter contre la précarisation et l’exclusion induites par le numérique.

Proposition 15 : Renforcer la compétence de l’UE dans les relations internationales.

Proposition 16 : Coordonner une politique de voisinage cohérente et réactive pour éviter de nouvelles crises humanitaires aux portes de l’Europe.

Proposition 17 : Centraliser un commandement militaire unique avec un budget dédié au niveau européen.

Proposition 18 : Proposer une réponse européenne solidaire et d’ouverture face aux défis humanitaires et migratoires.

Proposition 19 : Créer une agence européenne chargée des migrations, avec pour objectif de préparer l’accueil, prévoir l’accompagnement et de répartir les arrivées sur le territoire européen.

Proposition 20 : Créer un cadre d’harmonisation européen des minima sociaux afin de dépasser la situation de blocage que nous connaissons.

Proposition 21 : Inclure des conditionnalités sociales dans l’ensemble des accords commerciaux négociés par la Commission européenne.

Proposition 22 : Rouvrir les discussions autour de la directive horizontale anti-discrimination, actuellement bloquée au Conseil par les États-membres.

Proposition 23 : Ouvrir la réflexion sur la mise en place d’un revenu de base européen.

Proposition 24 : Exclure des règles sur la concurrence les activités de réseau afin de permettre aux États-membres de garantir le maintien de leurs services publics.

Proposition 25 : Avancer vers une harmonisation fiscale en Europe.

Proposition 26 : Généraliser une taxe sur les transactions financières visant le trading intraday et haute fréquence, les produits dérivés, et imposée à l’ensemble des places de marché bénéficiant du passeport européen. Les revenus ainsi dégagés constitueraient une nouvelle ressource propre de l’Union européenne.

Proposition 27 : Renforcer le rôle du Parlement européen dans la prise de décision afin de garantir un fonctionnement plus démocratique de l’UE.

Proposition 28 : Renforcer les pouvoirs de contrôle et de sanction du Parlement européen à l’encontre de la Commission européenne.

Proposition 29 : Mettre fin à la règle d’unanimité au Conseil européen dans les domaines où elle persiste.

Proposition n°30 : Renforcer le contrôle du Parlement sur la procédure de nomination du Président de la Commission européenne pour la conditionner au résultat des élections européennes.

Proposition 31 : Diminuer la contribution directe des États-membres au tiers du budget de l’UE en compensant avec des ressources propres. Proposition 32 : Utiliser la procédure législative ordinaire pour le débat et le vote sur le Cadre Financier Pluriannuel de l’Union européenne.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine