Les localiers de Ouest-France ont besoin de vitamines

A LA UNE

Pourquoi les journalistes du groupe Ouest-France n’ont-ils pas cherché le soutien de leurs lecteurs dans le conflit qui les oppose à la direction ? Avec une pétition sur Internet, ils auraient pu tenter de rameuter les gens. Or, rien de tout cela. Peut-être avaient-ils de solides raisons de s’abstenir de faire appel au public.

On peut fournir quelques raisons. Ainsi seulement 37% des Français font confiance (2% tout à fait et 35% plutôt) aux journalistes (Harris Interactive, Marianne, 25 mai 2013). À la question, « Croyez-vous que les journalistes sont indépendants ? » (C’est-à-dire résistent aux pressions de l’argent), 58% des sondés répondent non, 28% oui et 14% ne savent pas. Quant à la capacité supposée des journalistes à ne pas céder aux pressions politiques, pas moins de 64% des Français jugent qu’ils n’y résistent pas contre 27% qui leur font ce crédit (TNS Sofres, La Croix, mercredi 3 février 2016).

Autrefois, dans les rédactions locales, la population connaissait et appréciait les journalistes d’Ouest-France ; ces « localiers » appartenaient au paysage. Enracinés, rien ne leur échappait ; c’était des artisans qui connaissaient les attentes des lecteurs et savaient dénicher les sujets vendeurs. Aujourd’hui, on a l’impression d’avoir affaire à des gens de passage qui rêvent d’être mutés dans une grande ville où ils pourront se spécialiser et échapper ainsi aux contraintes du « tout terrain ».

B.M.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

Articles liés