Les affaires de drogue s’enchaînent à Brest, sur fond d’immigration extra-européenne, de délinquance importée depuis Paris et d’armes à feu.

Cannabis, cocaïne et fusil à pompe

Brest n’a rien à envier à Nantes ou à Rennes en matière d’insécurité, notamment en ce qui concerne le trafic de stupéfiants. Deux nouvelles affaires viennent rappeler l’inquiétante situation brestoise .

Tout d’abord, le 28 septembre dernier, la police de Brest a démantelé un réseau de trafiquants de drogue. Dans un appartement situé sur la rive droite de la ville, ce sont 15,725 kg de résine de cannabis et 2,2 kg de cocaïne pure qui ont été saisis lors d’une perquisition ainsi que 182 grammes d’herbe. Cependant, les trouvailles des policiers n’en sont pas restées là puisque ces derniers ont aussi découvert deux armes de poing et un fusil à pompe. Plusieurs centaines de munitions destinées à ces armes se trouvaient aussi sur les lieux.

Paris-Brest : la délinquance importée en Bretagne

Par ailleurs, du matériel utilisé pour préparer et conditionner de grandes quantités de drogue a également été saisi. Une preuve supplémentaire que ce réseau brestois avait employé les grands moyens ! Du côté des trafiquants, l’enquête a rapidement conduit à l’arrestation de quatre hommes dont trois ont été placés en détention provisoire le 5 octobre après présentation au parquet tandis que le quatrième est sous contrôle judiciaire. Ceux-ci sont âgés de 20, 21, 22 et 24 ans et sont tous déjà connus défavorablement par la justice.

De plus, au cours de leurs investigations, les policiers ont mis la main sur trois véhicules dont l’un a été volé en Île-de-France. Une nouvelle preuve des étranges liens existants entre les dealers brestois et les voyous de la région parisienne. Des délinquants qui n’ont visiblement pas attendu la mise en service de la LGV tant désirée par les élus de la pointe bretonne pour opérer entre Brest et Paris…

Brest
© Police nationale Brest

Tunisien « marié à une Française »

Plus récemment, c’est une autre affaire mêlant une nouvelle fois immigration et trafic de drogue qui a été jugée à Brest. Les faits remontent au 10 décembre 2017 tandis qu’un conducteur n’avait pas voulu se soumettre à un contrôle routier en centre-ville. Arrêté après une course poursuite particulièrement dangereuse, l’homme s’avérait lui aussi être un dealer.

Au moment de son interpellation, alors qu’il cherchait à se débarrasser des produits stupéfiants en sa possession en les jetant hors de son véhicule, les policiers ont découvert de la résine de cannabis mais aussi des dizaines de grammes d’herbe. La saisie du téléphone portable de l’individu se révélera être encore plus compromettante pour lui : son trafic de stupéfiants est mis à jour avec plus de 200 transactions recencées sur le mobile en question.

Quant à l’identité du dealer, il s’agit d’un Tunisien de 21 ans ayant épousé une Française. En perquisitionnant l’habitation du couple, les enquêteurs vont découvrir plus d’1 kg de cannabis mais également de la cocaïne et les preuves d’un trafic de drogue s’élevant à plus de 3 000 euros.

Pas de quoi inciter la justice à faire preuve de fermeté pour autant. Le tribunal a effectivement condamné le Tunisien à douze mois de prison avec sursis. Ce dernier ayant déclaré lors de son procès vouloir se racheter une conduite. Chacun se fera son avis…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine