La Cité portuaire s’est réveillée un peu groggy, ce jeudi, après une nuit de Halloween particulièrement chargée en faits d’insécurité. Si les appels à la « Purge » contre les forces de l’ordre ne semblent pas avoir porté leurs fruits à Saint-Nazaire, la ville a toutefois été affectée par de graves actes d’insécurité contre des conducteurs de bus de la STRAN, le réseau de transports intercommunal. Comme souvent, ces faits-divers ont une adresse fixe : les quartiers de Prézégat, enclave au Nord-Est de la ville, et de la Bouletterie, plus au centre.

Dans le détail, il faut signaler que, vers 19 heures 15, deux bus ont été victimes de tirs de projectiles dans chacun de ces quartiers, pourtant distants de plusieurs kilomètres. Une attaque préméditée et coordonnée entre ces deux quartiers est donc envisageable. Dans le même temps, des aubettes étaient elles aussi mises à mal.

Logiquement, la direction de la STRAN a pris la décision d’arrêter la circulation des bus, dans l’heure ayant suivi ces spectaculaires agressions. Au reste, celles-ci semblent courantes à Saint-Nazaire, qui connaît au moins une fois par mois des agressions contre ses conducteurs de bus, parfois d’une grande gravité, à l’instar de ce bus caillassé à Gavy en décembre 2016, et ses quinze vitres brisées.

Il  n’est d’ailleurs pas surprenant que, lors de la présentation de rapports liés aux bilans d’activités de la STRAN, au conseil municipal comme à la CARENE, le sujet de la sécurité dans les bus soit omniprésent lors des débats… bien plus que les bilans comptables du réseau.

Marc Bennoteau

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine