page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Insécurité. Les transports en commun font peur à près de la moitié des Français

Avec l’implantation intempestive d’éoliennes et « l’habitat collectif » en lieu et place de la maison individuelle, une large partie du spectre écolo-gauchiste en place dans notre société a également une autre passion : les transports en commun ! Cependant, ces derniers font peur à près de la moitié des Français en raison de l’insécurité qui y règne…

Les transports en commun de l’angoisse

Contrairement aux aspirations de nos chers dirigeants politiques, les métros, bus et autres RER du « vivre ensemble » vont devoir redoubler d’efforts pour inciter les Français à abandonner leur moyen de transport individuel au profit de ces « fameux » transports en commun.

En effet, ceux-ci avaient déjà mauvaise réputation auprès de la population et la situation ne semble pas s’améliorer si l’on en croit les résultats d’un sondage CSA pour CNEWS publiés le 13 janvier. Ainsi, 46% des personnes interrogées à travers la France lors de cette enquête d’opinion ont déclaré ne pas se sentir en sécurité dans les transports en commun. Comme d’habitude, Paris ne manque pas de se démarquer puisque cette proportion atteint même 50 % parmi les sondés vivant dans la capitale et sa région.

Sondage CNews.

Autre éléments à retenir de ce sondage, l’insécurité est davantage ressentie par les femmes que par les hommes. En effet, 49 % des premières ont déclaré ne pas se sentir en sécurité lorsqu’elles empruntent ces transports. Un sentiment partagé par 42 % de leurs homologues masculins.

Quant à l’analyse en fonction de l’âge, il est intéressant de noter que la catégorie des 18-24 ans est la seule où le sentiment d’insécurité est majoritaire (54 %) lorsqu’il s’agit de prendre le bus, le métro, le tram ou encore le train.

Les 3/4 des sympathisants de gauche sereins dans les transports ?

Par ailleurs, la perception de cette insécurité dans les transports en commun diverge assez fortement en fonction des affinités politiques des personnes interrogées. En moyenne, 75 % des sympathisants de gauche ont affirmé se sentir en sécurité dans ces transports. Une proportion qui atteint même 78 % pour les sondés s’affiliant à la gauche radicale, 80 % pour ceux se revendiquant d’Europe Écologie Les Verts.

On peut également noter un certain décrochage des électeurs du Parti socialiste par rapport au reste de la gauche, puisqu’un tiers d’entre eux (34 %) se dit stressé lorsqu’il s’agit d’utiliser les transports en commun. Une proportion presque similaire chez les sympathisants macronistes de Renaissance (35 %).

Sondage CNEWS

À l’inverse, c’est chez les personnes indiquant leur proximité politique avec le mouvement Reconquête d’Éric Zemmour que la perception de l’insécurité et la plus répandue, 70 % d’entre elles affirmant avoir peur dans les transports en commun. Viennent ensuite les sympathisants du RN, parmi lesquels 62 % déclarent ne pas être sereins quand vient le temps d’emprunter ces transports.

Entre l’absence de surveillance dans certains couloirs de métro, les diverses agressions physiques et verbales devenues monnaie courantes ainsi que les rames souvent bondées, cette défiance vis-à-vis des transports en commun s’explique aisément.

Enfin, si l’Île-de-France est souvent citée comme l’exemple éloquent de cette insécurité (et l’attaque à l’arme blanche survenue la semaine dernière à la gare du Nord le confirme de nouveau), de nombreuses villes françaises sont désormais logées à la même enseigne. Y compris en Bretagne, comme le rappelle fréquemment le cas nantais.

Crédit photo : capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Insécurité. Les transports en commun font peur à près de la moitié des Français”

  1. domper dit :

    Rendez vous ce jour de grève dans un hôpital parisien alors que je suis en banlieue à 29 kms de la capitale . Un choix se pose : se geler sur le quai en attendant un RER qui ne passera pas ou bien prendre mon auto anti écolo-gaucho-bobo ?
    Grâce à ma voiture j’ai pu honorer mon rdv médical, sans risquer de me faire dépouiller ou bastonner et déjeuner dans un petit resto sympa et rentrer à 15h à la maison.
    Alors les Hidalgo-bobo-gaucho-parigots je m’en balance !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

LANNION

Lannion. Un migrant marocain sous OQTF condamné à de la prison ferme pour l’agression d’une jeune femme

Découvrir l'article

Lamballe

Bretagne : Retour du train entre Dinan et Lamballe en 2024 après un an de travaux

Découvrir l'article

Ensauvagement, Local, RENNES, Social, Société

Rennes : Dans le métro, des gauchistes pro-immigration attaquent des travailleurs

Découvrir l'article

BREST, E brezhoneg, Ensauvagement, Local, Société

Gwipavaz : Ur paotr en e 14 vloaz “ez an da wallañ ac’hanoc’h”

Découvrir l'article

Social, Sociétal

Samu social. 60 % des personnes hébergées seraient des migrants

Découvrir l'article

Ensauvagement, Sociétal

Île-de-France. RER, trains : 80 % des voyageurs gênés par les « incivilités »

Découvrir l'article

Economie, Technologies

Des trains belges en France, une fois ?

Découvrir l'article

Santé, Sociétal

Tiers-mondisation. Les punaises de lit envahissent des cinémas parisiens

Découvrir l'article

QUIMPER

Où se rendre en train pour des vacances en Bretagne ?

Découvrir l'article

Social, Sociétal

Seine-et-Marne. Plus de 6,5 millions d’euros d’aides sociales détournées en 2022

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky