La gale fait un retour croissant en Allemagne depuis quelques années alors qu’on pensait cette maladie oubliée. Un retour y compris à Berlin qui se traduit par une augmentation de prescriptions de médicaments contre la gale par les médecins.

Une analyse des données de l’assurance maladie pour le compte de la société de radiodiffusion Berlin-Brandebourg a montré que le nombre d’ordonnances à Berlin est passé de 7846 en 2016 à 10.024 l’année dernière. Une augmentation est également prévue pour 2018.

Mais personne n’a encore une idée précise du nombre de personnes touchées en Allemagne. En effet, il n’existe pas encore d’obligation de déclaration. Seules les installations où la maladie peut se propager rapidement sont tenues de signaler les éclosions aux autorités sanitaires – comme les garderies, les écoles, les cliniques, les centres pour migrants ou les prisons.

La gale de l’homme est due à l’acarien Sarcoptes scabiei var hominis, elle se transmet entre êtres humains. Contrairement aux tiques ou à d’autres parasites, le sarcopte n’est pas vecteur de maladie, mais entraîne d’importantes nuisances. Il se manifeste par des démangeaisons généralisées très invalidantes qui se trouvent en particulier entre les doigts, au niveau des aisselles, des pieds. Des désagréments souvent plus importants le soir. Le risque majeur est de provoquer des infections à force de gratter.

Cette nouvelle ne surprendra pas les lecteurs de breizh-info.com : En 2018, un dermatologue nantais expliquait dans un article que : « Le corps médical sait parfaitement que le retour de certaines maladies en France est lié en partie à l’immigration ».« On ne peut pas s’étonner d’entasser des gens ainsi, dans des conditions lamentables, et ensuite que des maladies réapparaissent et se diffusent » nous confiait ce dermatologue.

L’Allemagne, comme la France, a fait face à une vague migratoire massive, les migrants amenant également parfois dans leurs bagages des maladies qui avaient été massivement éradiquées en Europe.

Si vous rajoutez à cela les conditions sanitaires (dans les lieux d’accueil de groupes) parfois douteuses, et vous avez là un terreau potentiel pour le développement de telles maladies. La gale se déclenche dans des conditions de promiscuité ce qui explique des épidémies dans les hôpitaux, les maisons de retraite ou les centres de vacances.  Depuis 2002, le nombre de nouveaux cas annuels de gale a augmenté en France de 10 %.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine