Comment répondre aux questions des Français sur l’immigration ? Cette question fait partie – pour le moment encore – des questions autorisées, permises par le Gouvernement et Emmanuel Macron dans le cadre du « grand débat national », cadenassé en long, en large, et en travers par le Gouvernement, et à venir par les élus locaux qui seront chargés de recueillir les doléances du peuple, mais aussi de les téléguider via les questions posées par le Gouvernement.

Cette question sur l’immigration, qui ne constitue pas à elle seule une partie du débat – alors même que l »immigration est au coeur des craintes et des revendications principales d’une partie de la population – semble dans tous les cas biaisée. On ne demande pas aux Français leur avis sur l’immigration, mais comment répondre à leurs interrogations (cela fait un peu penser à quelque chose comme « Comment convaincre mon oncle que c’est bien d’accueillir des migrants »).

Pour le reste, ce grand débat, qui doit se tenir jusqu’en mars 2019 dans nos villes et  nos villages, mais dont on ne sait absolument pas sur quoi il aboutira – et cela alors même que les Français sont demandeurs de RIC (référendum d’initiative citoyenne) sur tous les grands sujets de société, immigration comprise, semble très flou.

Transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l’Etat et des services publics : les 4 grands thèmes

Des thèmes proposés par le Gouvernement et Emmanuel Macron, et des questions posées. C’est tout.

  • Comment se loger ?
  • Comment se déplacer ?
  • Comment se chauffer ?

Face à l’urgence écologique, des solutions doivent être pensées pour être accessibles à tous.

  • Comment mieux associer les citoyens à la prise de décision ?
  • Comment mieux représenter les sensibilités ?
  • Comment répondre aux questions des Français sur l’immigration ?
  • Comment mieux vivre ensemble et mener une politique d’intégration plus efficace et plus juste ?

Voilà des défis et des questions majeurs pour notre démocratie.

  • Quels sont les bons prélèvements ?
  • Quel est le bon niveau de dépense ?
  • Qu’est-ce qu’une fiscalité efficace et compétitive aujourd’hui ?
  • Comment la rendre plus simple, plus lisible ?
  • Comment se loger ?
  • Comment se déplacer ?
  • Comment se chauffer ?

Face à l’urgence écologique, des solutions doivent être pensées pour être accessibles à tous.

Comment participer ?

Dès la mi-janvier, citoyens, associations, collectifs, élus, entreprises, syndicats, etc. souhaitant organiser des réunions locales pourront demander à la Commission nationale du débat public :

  • l’enregistrement et le kit d’accompagnement des réunions,
  • la mise à disposition de stands mobiles pour informer et recueillir les avis des citoyens,
  • un accompagnement pour l’organisation d’un atelier.

Pour le coup, le Gouvernement français serait bien inspiré de demander conseil à la Suisse, ou aux pays qui, comme les pays Baltes, mettent en place des consultations et des votes par Internet, et offrent à leurs administrés et à leurs peuples la possibilité de vivre dans une vraie démocratie (ce que certains oligarques et leurs amis appellent « la dictature de la majorité »).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019. dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine