Deuxième journée du tournoi des 6 nations, samedi et dimanche (9-10 février) avec notamment un Ecosse-Irlande et un Angleterre-France qui promettent, et un Italie-Galles qui lui, est moins attendu, hormis réveil italien. On fait le point sur les trois rencontres et on vous livre nos pronostics.

Embed from Getty Images

Écosse-Irlande : l’Irlande n’a plus le choix

L’Irlande n’a plus le choix si elle espère encore remporter le tournoi, à défaut de réaliser le Grand chelem. Il va falloir s’imposer à Murrayfield, Edimbourg, contre une Écosse qui vient de battre l’Italie sans rien montrer. Pour se déplacement chez le frère celte, l’Irlande devra se passer des services de Toner, de Ringrose, de Stander, tous blessés.

Cela ne devrait toutefois pas empêcher le XV du trèfle de faire le déplacement avec une équipe compétitive et revancharde, après le combat perdu, dans tous les domaines, contre l’Angleterre, samedi dernier.

De son côté, l’Écosse a ouvert le bal par une victoire, et voudra donc doubler la mise avant de se déplacer, pour pouvoir espérer remporter le tournoi.

Le XV écossais : 15. Hogg ; 14. Seymour, 13. Jones, 12. Johnson, 11. Maitland ; 10. Russell, 9. Laidlaw (cap.) ; 7. Ritchie, 8. Strauss, 6. Wilson ; 5. Gray, 4. Gilchrist ; 3. Berghan, 2. McInally, 1. Dell.

Remplaçants : Brown, Bhatti, Rae, Toolis, Harley, Price, P. Horne, Kinghorn.

Le XV irlandais : 15. Kearney ; 14. Earls, 13. Farrell, 12. Aki, 11. Stockdale ; 10. Sexton, 9. Murray ; 7. O’Brien, 8. Conan, 6. O’Mahony ; 5. Roux, 4. Ryan ; 3. Furlong, 2. Best (cap.), 1. Healy.

Remplaçants : Cronin, Kilcoyne, Porter, Dillane, Van der Flier, Cooney, Carbery, Larmour.

Coup d’envoi du match à 15h15

Italie-Galles : les Gallois pour confirmer

Après n’avoir pas non plus montré grand chose contre la France, si ce n’est de l’abnégation et une capacité à réaliser un hold-up eu égard de la première période catastrophique, le Pays de Galles se déplace en Italie, contre une équipe sur laquelle on misait en début de tournoi, avant d’observer le match contre l’Ecosse. L’amélioration des franchises italiennes en Pro 14 semble en effet n’avoir eu aucun impact sur une équipe toujours aussi mauvaise, et qui ne doit ses trois essais en fin de match contre l’Écosse qu’à un manque de respect du XV du chardon face à cette équipe.

Attention tout de même à l’excès de confiance, comme en témoigne le choix du sélectionneur de largement faire tourner son équipe pour le Pays de Galles.

Le XV italien : 15. Hayward ; 14. Padovani, 13. Campagnaro, 12. Morisi, 11. Esposito ; 10. Allan, 9. Palazzani ; 7. Steyn, 8. Parisse (cap.), 6. Negri ; 5. Budd, 4. Sisi ; 3. Ferrari, 2. Ghiraldini, 1. Quaglio.

Remplaçants : Bigi, Traore, Pasquali, Ruzza, Barbini, Gori, McKinley, Benvenuti.

Le XV gallois : 15. Williams ; 14. Holmes, 13. J.Davies (cap.), 12. Watkin, 11. Adams ; 10. Biggar, 9. A. Davies ; 7. Young, 8. Navidi, 6. Wainwright ; 5. Beard, 4. Ball ; 3. Lee, 2. Dee, 1. Smith.

Remplaçants : Elias, W.Jones, Lewis, A.W. Jones, Moriarty, G.Davies, Anscombe, Amos.

On voit les Gallois l’emporter facilement, avec le bonus offensif. Coup d’envoi du match à 17h15

Embed from Getty Images

Angleterre-France : la surprise du week-end ?

Personne ne croit, dans ce match, à une surprise. Il y’a plusieurs divisions d’écart entre l’Angleterre et la France niveau rugby, surtout au regard de leurs rencontres respectives de la semaine dernière. Mais, au même titre que l’équipe de France est capable de se hisser en finale de Coupe du monde alors que tout le monde la voyait éliminer des les poules, on sent les Français capables, au caractère, de réaliser un exploit en Angleterre.  Villefranche a bien amené le PSG de M’Bappé en prolongations mercredi soir, alors pourquoi pas ? Inférieurs dans tous les domaines à l’Angleterre, on croit tout de même à la révolte d’une nation qui va jouer la bave aux lèvres en Angleterre, rivalité oblige, et qui enchaine les défaites. Un animal blessé, est un animal potentiellement dangereux, et les Anglais peuvent s’en rendre compte dimanche.

On voit une victoire de la France très serrée, avec un bonus défensif pour l’Angleterre (ce qui n’empêchera pas les coéquipiers de Guirado de perdre possiblement face à l’Écosse dans 15 jours à domicile…)

Coup d’envoi dimanche à 16h.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine