Le 2 février dernier, nous avons publié un article intitulé « Le Rassemblement national est-il un bon gestionnaire d’argent ? ». Il s’agissait d’une analyse réalisée par André Murawski, conseiller régional ex-FN/RN ayant démissionné des Hauts-de-France. Il estimait que le Rassemblement national (ex Front national), le parti de Marine Le Pen, n’était pas financièrement bien géré.

marine_le_pen

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, vient de nous adresser par courrier un droit de réponse, que nous publions bien volontiers ci-dessous.

Vous publiez un article intitulé « Le Rassemblement national est-il un bon gestionnaire d’argent ». Cet article, non daté signé de M. Murawski, contient des contrevérités et le Rassemblement national entend rétablir la réalité par le présent droit de réponse.

L’auteur de l’article examine les recettes du RN. Il donne le chiffre de 2017. Toutefois, l’auteur de l’article omet de préciser que les produits de 2017 comprennent des sommes importantes reçues du budget de la campagne présidentielle et du budget des élections législatives et qu’il ne s’agit que de remboursements.

Il en est de même en ce qui concerne les dépenses en 2016 et en 2017 : le poste global des charges données par l’auteur de l’article comprend des dépenses importantes faites dans le cadre de l’élection présidentielle et des élections législatives.

Le même raisonnement peut être appliqué aux charges de personnel : le poste, qui élevé en 2017, comprend les charges de personnel générées par l’élection présidentielle. Ces salaires et charges ont été réglés par le Front national et refacturés au budget de l’élection présidentiel. En conséquence, il n’est pas possible d’écrire que les charges de personnel ont connu une hausse constante depuis 2011. Il n’est pas sérieux de les rapporter à l’aide de l’État et d’écrire qu’elles atteignent près de 91% du financement public en 2017. Les erreurs de l’auteur de l’article l’amènent à écrire que le Front national est très mal géré, c’est le contraire de la vérité.

Enfin, l’auteur de l’article pointe le déficit de 2017. Si l’auteur de l’article avait voulu se renseigner, il lui aurait été indiqué que ces déficits n’ont qu’une seule origine : ce que le mouvement a dû chaque année prendre en charge au titre des dépenses électorales non remboursées et cela pour l’unique raison que notre parti politique ne peut jamais avoir recours à quelqu’emprunt que ce soit auprès d’une banque française ou européenne.

Donc, il faut bien croire que le Rassemblement national, ex Front national, est bien géré pendant toute ma présidence. 

Marine Le Pen, Présidente du Front National

NDLR : Marine Le Pen aurait pu nous adresser son droit de réponse par simple courriel. N’étant pas procéduriers, nous l’aurions publié tout aussi volontiers. Cela aurait évité au Rassemblement national des frais inutiles…

Crédit photo :Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine