Un groupe de migrants aperçu entre Menton et Monaco a provoqué l’interruption de la ligne ferroviaire internationale Vintimille-Nice, ce mardi 12 mars, avec des trains qui accumulent du retard depuis environ 7 heures du matin.

Les premiers à en subir les conséquences sont les habitants frontaliers, lesquels se sont arrangés par leurs propres moyens en organisant des covoiturages de dernière minute.

D’autre à l’inverse n’ont pu que se résigner et attendre avec l’espoir que passe le train suivant, à la station de Vintimille. Il semble que les premiers migrants aient été vus juste après la frontière française à Menton.

Tous les moyens sont bons pour arriver en France

Plus tard, ils ont aussi été signalés à Monte-Carlo. A ce moment, il a été nécessaire de suspendre la circulation des trains. Mais cela ne s’arrête pas là. Toujours ce même matin, d’autres migrants clandestins ont été descendus d’un train de marchandise juste à la frontière auquel ils étaient attachés dans l’espoir de s’expatrier clandestinement. Ce ne sont donc plus seulement les autoroutes, mais aussi les trains.

Tous les moyens sont bons afin d’atteindre l’autre côté de la frontière. La circulation ralentie sur l’autoroute A10, pour cause de piétons sur les voies de circulations est un fait désormais courant. La voie ferroviaire reste cependant une solution à plus haut risque. Marcher sur les voies ferrées, en particulier dans le tunnel – avec les mouvements d’air causés par le passage du train – peut signifier la mort. Et les victimes, ne serait-ce que dans un passé récent, sont nombreuses.

Traduction : Hélène Lechat

Source : Il Giornale (12/03/2019)

Crédit photo :
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine