Paimpont accueillera le samedi 30 mars prochain un rassemblement pour défendre la ruralité.

Un rassemblement à l’initiative de l’Association pour la Défense de la Ruralité et de ses traditions, qui a pour cause, notamment, des attaques répétées de défenseurs de la cause animale, comme l’indique le communiqué de l’association.

« Les activités ciblées par la cause animaliste, qu’elles soient professionnelles ou de loisirs, font l’objet d’attaques et de campagnes de dénigrement incessantes :

• Dégradations de locaux (boucheries, restaurants, et même poissonneries),

• Attaques de la vénerie et plus largement de la chasse avec violences, entraves à la chasse, violation de propriété privées, intox et films de propagande,

• Attaques d’élevages ou d’abattoirs avec destruction de matériels, vol d’animaux et films de propagande,

• Intrusions dans les écoles, propagande auprès des plus jeunes, images choc dans le métro parisien. »

Et l’association de poursuivre : « Ces attaques s’accompagnent d’un phénomène de contestation des propriétés privés avec une volonté d’appropriation de ces lieux par les collectifs concernés. Forêts, champs et prairies, exploités ou non, sont ainsi piétinés sans vergogne. Il s’agit la plupart du temps de “rurbains” ou de “néo-ruraux” méconnaissant la ruralité et donc les réalités de l’agriculture, la sylviculture, l’élevage et la vie sauvage. Les néo-ruraux présentent de plus la particularité, après s’être installés à la campagne, de ne pas en supporter la vie quotidienne : aboiements de chiens, chants des coqs, carillons des églises, circulation des tracteurs, épandage, chasse… »

Sont visées notamment la Fondation Brigitte Bardot, L214, L269, Sea Shepherd. Et les organisateurs de continuer : « Certains acteurs publics, comme Remy Gaillard, mettent également leur notoriété au service de ces causes. Ils poussent les collectifs à organiser des manifestions (4 novembre à Paimpont, 23 février à Saint-Brieuc) et relaient les fausses informations sur les réseaux sociaux et dans les médias. Certaines de ces associations sont financées par des fonds américains. L214 a ainsi reçu des fonds (> 1 million d’euros) de l’Open Philantropy Project. Le but de ces fondations semble clairement de mener une guerre économique : en effet, des acteurs communs financent ces fondations et des start-up américaines comme Impossible Food, entreprise de biotechnologie californienne ciblant le marché alimentaire “alternatif” ».

Le rassemblement, qui se veut « festif et solidaire », aura lieu de 10 h à 12 h, Esplanade de l’abbaye à Paimpont.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V