Frans Timmermans, commissaire européen contre la Pologne et militant socialiste contre le PiS

A LA UNE

Attaque au couteau dans le secteur de Notre-Dame à Nice, un mort et des blessés signalés

Une opération de police a été annoncée à la suite d'une attaque au couteau survenue ce matin dans le...

Claude Chollet (OJIM) : « Yann Barthes, c’est un peu la survivance de l’esprit Canal. Un esprit ironique en apparence seulement »

Le livre Yann Barthès, le ricanement au Quotidien, (coll. Désintox, éd. La Nouvelle Librairie) vient de paraitre. Yann Barthès...

Self défense financier pour investisseurs et petits épargnants. Et si vous tentiez la stratégie Alpha ? [Interview]

Nous avons annoncé récemment la parution, aux éditions Cultures et Racines, du livre « LA STRATÉGIE ALPHA : LE...

Bien avant le Covid-19. Comment l’Europe a-t-elle fait face à la Peste noire ?

Il est utile de rappeler d’abord ce que fut la Peste Noire. Une épidémie d’ampleur colossale qui toucha une...

Mickaël Mary : « J’ai souhaité proposer un panorama de la grande richesse naturaliste en baie du Mont St Michel »

Inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1979, le Mont-Saint-Michel et sa baie sont une destination touristique incontournable qui...

Conférence de presse commune dimanche à Varsovie, dans le cadre de la campagne pour les élections européennes, avec le leader du parti libertaire homosexualiste et anticlérical Wiosna (Printemps), puis critique de la Pologne au Conseil de l’UE qui se tenait à Luxembourg mardi à propos de la procédure de sanction intentée sur son initiative par la Commission européenne : le travailliste hollandais Frans Timmermans n’a pas peur du mélange des genres. Premier vice-président de la Commission européenne, il est pourtant chargé des questions d’État de droit. On pourrait donc s’attendre à ce qu’il respecte lui-même scrupuleusement l’État de droit.

Or on peut lire dans le Traité sur l’Union européenne en vigueur que « la Commission promeut l’intérêt général de l’Union et prend les initiatives appropriées à cette fin » (article 17, par. 1) et que « la Commission exerce ses responsabilités en pleine indépendance » et « (…) les membres de la Commission (…) s’abstiennent de tout acte incompatible avec leurs fonctions ou l’exécution de leurs tâches » (article 17, par. 3).

Candidat à la succession de Jean-Claude Juncker

Comment Timmermans peut-il défendre l’intérêt général de l’Union et prétendre s’abstenir de tout acte incompatible avec ses fonctions s’il accuse le parti au pouvoir en Pologne d’avoir porté atteinte à l’indépendance de la justice par ses réformes et s’il soutient en même temps ouvertement la campagne électorale d’un parti polonais d’opposition ? Sans compter que Timmermans est encore candidat du groupe socialiste au Parlement européen pour la succession de Jean-Claude Juncker et qu’il mène donc campagne aussi pour lui-même. Même la correspondante du Wall Street Journal, que l’on ne saurait soupçonner de sympathies pour les « populistes », estimait le 3 avril après une conférence de presse de Frans Timmermans : « Plus j’écoute Timmermans parler d’État de droit et répondre aux questions, plus il me semble évident que les spitzenkandidaten devraient quitter provisoirement leur poste européen rémunéré pendant la campagne. Cela jette une ombre de soupçon politique sur tout ce qu’ils font, à tort ou à raison ».

Mardi, au Conseil des ministres des Affaires européennes de l’UE, 11 pays ont exprimé, sous le leadership franco-allemand, leur soutien pour l’action de Frans Timmermans contre la Pologne. Pour enclencher la procédure de sanction de l’article 7, il en faudrait néanmoins 22, soit le double.

Dans un entretien publié mercredi sur le site Euractiv (financé par la Commission européenne), le Hollandais Frans Timmermans, dont le parti travailliste n’a obtenu que 5,7 % des voix aux élections législatives néerlandaises de 2017, a ensuite appelé à la formation d’une majorité progressiste après les élections de mai au Parlement européen. Pour Timmermans, « l’époque de la domination de deux partis au Parlement européen touche à sa fin » et il va maintenant falloir inviter les libéraux de l’ALDE (que rejoindra très probablement le parti LREM d’Emmanuel Macron) à l’éternelle Große Koalition entre le groupe socialiste et le PPE (dont font partie les LR de Laurent Wauquiez). « Au vu des pronostics actuels, je pense qu’on aura aussi besoin des libéraux progressistes dans cette équation », a-t-il insisté, en ajoutant : « Ce serait bien de pourvoir faire la fine bouche, mais on parle d’Europe, vous êtes obligés de trouver des coalitions et des compromis et je vais essayer de faire comprendre ça autant que possible au camp progressiste ».

La grande peur de Timmermans

Et le travailliste hollandais de poursuivre : « Ma plus grande peur est que la jeune génération du PPE a de moins en moins de complexes à travailler avec l’extrême droite, ce qui pour moi est absolument impensable. (…) La raison pour laquelle je ne veux pas coopérer avec l’extrême droite n’est pas que leurs idées ne sont pas assez sociales mais parce qu’ils ont une vision différente de l’humanité, de la société ».

Or, comme beaucoup de socialistes, Frans Timmermans semble classer à l’extrême droite tous les partis un tant soit peu conservateurs et hostiles à une Union européenne fédérale, ce qui vaut donc aussi pour le PiS polonais. En outre,Timmermans est partisan de ce que la Commission européenne cherche à imposer le « mariage gay » à tous les pays de l’UE, et le PiS a justement dans ce domaine « une vision différente de l’humanité, de la société ». Deux bonnes raisons pour s’en prendre au gouvernement et à la majorité parlementaire en Pologne, fussent-ils issus d’élections démocratiques.

Les questions d’État de droit brandies par le premier vice-président de la Commission européennes ne seraient-elles pas rien d’autre qu’un prétexte pour s’en prendre à ses adversaires politiques et idéologiques ?

Olivier Bault

Source : Visegrád Post

Crédit photo : Olaf Kosinsky/Wikimedia (cc) – V

Les derniers articles

Eric Zemmour : « En reconfinant, on nous mène à la mort économique (…) La politique d’un pays est défini par l’engorgement des hôpitaux…»

Eric Zemmour : « En reconfinant, on nous mène à la mort économique (…) La politique d’un pays est...

Vivre ensemble à Vienne et à Décines (France). Des Turcs mènent une expédition punitive contre les Arméniens. La police prise à partie.

A Vienne (en France) et à Décines, des Turcs ont mené une expédition punitive contre les Arméniens. La police...

Reconfinement : Des associations de protection animale demandent au Gouvernement que les adoptions d’animaux et le nourrissage des chats libres restent possibles

Alors que le Président de la République vient d'annoncer un reconfinement strict, les associations Ethics For Animals, One Voice, L'Arche des Associations et le Collectif Chats et Compagnie formulent les...

Plounévez-Moëdec (22). Le plus ancien restaurant routier de France en activité (1870) est en Bretagne

A Plounévez-Moëdec en Bretagne se trouve le plus vieux restaurant routier de France. Tenu par la même famille Le Manchec depuis 1870, cet établissement...

Tyrannie sanitaire. Emmanuel Macron annonce un reconfinement

La tyrannie sanitaire se poursuit. Emmanuel Macron n'a surpris personne par son allocution ce 28 octobre puisque ses annonces avaient déjà été publiées par...

Dénicher un Toro au Guilvinec

Le Guilvinec est connu pour la poissonnerie Furic, sans doute l’une des meilleures de Bretagne, mais je ne savais pas qu’on y trouve aussi...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -