Ukraine. Partir en vacances à Tchernobyl, une bonne idée ?

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Tchernobyl, terrible nom des années 1980 aujourd’hui devenu une destination touristique. De l’URSS à l’UNESCO, l’étrange destin d’une centrale nucléaire.

Tchernobyl, l’explosion soviétique

C’était il y a 33 ans. La catastrophe nucléaire de Tchernobyl a débuté le 26 avril 1986. Cette ville de ce qui était à l’époque la République socialiste soviétique d’Ukraine, sous le joug de l’URSS, va alors connaître le premier accident classé au niveau 7 [NDLR : le niveau maximum] sur l’échelle internationale des évènements nucléaires. Le second sera la catastrophe de Fukushima (Japon) le Tchernobyl reste à l’heure actuelle le plus grave accident nucléaire répertorié.

L’explosion du cœur de l’un des réacteurs nucléaires de la centrale « Lénine » (ça ne s’invente pas) conduira à un relâchement de radioactivité dans l’environnement et à de nombreux décès survenus directement ou du fait de l’exposition aux radiations. Cet épisode aura marqué l’Europe entière en ce milieu des années 1980 mais également au cours des années qui suivront. Au total, plus de 200 000 personnes ont été évacuées de la zone. Quant au nombre de décès causés par cette catastrophe, il reste toujours sujet à polémique malgré le temps. L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) faisait état en 2005 de 4 000 morts tandis que d’autres ONG parlent désormais de plusieurs centaines de milliers… Sans compter les personnes devenues invalides ou gravement malades.

Signe de l’obsolescence d’alors de cette URSS agonisante, l’envoi d’environ 600 000 « liquidateurs » entre 1986 et 1990 sur les lieux de l’explosion pour éteindre l’incendie et construire une chape de béton afin d’isoler le réacteur accidenté. Des « liquidateurs » équipés de très faibles protections (et parfois d’aucune !) qui vont eux aussi connaître un sort tragique. Ces civils et militaires en provenance d’Ukraine, de Russie et de Biélorussie se retrouveront en première ligne face au risque radioactif. Par la suite, 50 000 de ces liquidateurs vont rapidement décéder. 200 000 deviendront invalides ou handicapés.

Tchernobyl touristique

Depuis, Tchernobyl a cherché à s’offrir un nouveau destin. Au point de devenir une destination touristique. Désormais, de nombreux touristes viennent en Ukraine seulement pour visiter la zone d’exclusion de Tchernobyl, ville située à une centaine de kilomètres au nord de Kiev. Le site est ouvert au public depuis 2011, date à laquelle les autorités l’ont jugé sûr à visiter. Ce tourisme nucléaire connaît un succès de plus en plus important puisque le site de Tchernobyl a accueilli quelques 50 000 visiteurs au cours de l’année 2017.

Sûre, la zone en question l’est-elle vraiment ? Oui, à condition que vous soyez accompagné d’un guide spécialisé. Selon le PDG de l’agence de voyages Responsible Travel (qui propose une excursion sur place), « la quantité de radiation à laquelle est exposé le visiteur est similaire à celle d’un vol long courrier ». Il est aussi vivement recommandé d’obéir aux instructions des guides lors de la visite. Un peu plus qu’ailleurs, cela semble une évidence.

Cependant, certains endroits sont encore interdits aux touristes en raison de la crainte des radiations, comme le sous-sol de l’hôpital où l’équipement et les vêtements des premiers intervenants ont été jetés. Pa ailleurs, lors des entrées et sorties de la zone d’exclusion, les visiteurs sont soumis à des contrôles radiologiques pour s’assurer que personne n’est au-dessus du niveau autorisé. Une fois la nuit tombée, il y a aussi un couvre-feu à Tchernobyl même si les touristes peuvent séjourner à l’hôtel.

Enfin, avec la hausse de la fréquentation touristique, ce sont d’autres types de déchets qui posent aujourd’hui problème à Tchernobyl. Les guides locaux tentent ainsi de maintenir le site le plus propre possible avec l’espoir de voir l’ancien symbole soviétique obtenir un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une reconnaissance qui témoignerait d’un long chemin parcouru depuis 1986. En attendant, plusieurs voyagistes proposent la visite des alentours de la centrale nucléaire la plus tristement célèbre du monde. Une visite qui, malgré les contrôles de sécurité parfois jugés légers, reste aux risques et périls de celui qui s’y aventure…

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/Amort1939)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Euro 2021. Les résumés d’Ukraine-Autriche, Belgique-Finlande, Danemark-Russie, Pays-Bas-Macédoine du Nord

Euro 2021. Les résumés d'Ukraine-Autriche, Belgique-Finlande, Danemark-Russie, Pays-Bas-Macédoine du Nord Les Belges auront du pousser pour arracher cette victoire face aux Finlandais ! Les Scandinaves...

Fusion, thorium, hydrogène… Quelle énergie pour le futur ?

Dans ce troisième numéro des Dessous de la Science, Floriane Jeannin et Nicolas Faure vous proposent un grand débat entre deux experts sur l’énergie...

Le nucléaire, un atout stratégique crucial pour l’Europe

Retrouvez désormais chaque jour sur Breizh-info l’éditorial du jour du quotidien Présent (pour vous abonner ou commander un numéro c’est ici) L’explosion démographique du tiers-monde...

Les éoliennes ne vous sauveront pas des coupures d’électricité possible ce vendredi 8 janvier

Alors que la campagne bretonne est envahie, polluée visuellement par des champs d'éoliennes placés par des sociétés avec la capitulation des autorités locales, des...