La saison européenne de rugby est dans sa dernière ligne droite. Sur la scène européenne, Clermont – qui remporte la Challenge cup – et les Saracens – qui remportent la Champions cup – se sont imposés ce week-end, avec brio.

Clermont, le boss de la Challenge cup

La Rochelle n’aura pas fait illusion bien longtemps face à une très, très solide équipe de Clermont en mode phase finale. 36 à 16 sur la pelouse de Newcastle, et 3 essais à 1 plus tard, voici Clermont qui remporte un trophée, enfin, la Challenge cup. Avant de tout donner pour le Top 14 ? Eu égard à ce que les Clermontois ont démontré vendredi soir, c’est fort possible.

Il va en effet falloir aller les chercher, pour prétendre à remporter le championnat de France. En tout cas, avec une équipe aussi costaude, ça devrait faire mal l’an prochain en Champions cup.

Embed from Getty Images

Saracens, sur le toit de l’Europe

20-10. Score de la finale, superbe, magnifique, entre les Saracens et le Leinster, en Champions cup. Une finale dont la seule mauvaise note est attribuée à Jérôme Garcès, l’arbitre de la rencontre, auteur d’erreurs indignes à ce niveau (multiples hors jeu du Leinster oubliés, attentat d’Itoje sur Sexton non sanctionné…)

Mais même avec un arbitre en forme, on voit mal comment la finale aurait pu échapper aux Saracens. Tant ils ont dominé la seconde période de la tête et des épaules. Le Leinster était pourtant très bien parti. 10-3 à la 39ème minute, et une copieuse domination, une sensation de supériorité. Mais incapables de préserver leur camp sous les coups de boutoir anglais, en toute fin de première période (égalisation à 10-10), les Irlandais creusaient leur tombe. Et se condamnaient à subir, toute la deuxième période, presque K.O. Sans parvenir à réagir et à franchir la muraille anglaise. Une muraille symbolisée par un joueur d’exception, que constitue Billy Vunipola, et qui, une nouvelle fois, a fait taire ses détracteurs qui voudraient le voir brûler en place publique simplement pour avoir défendu, sur les réseaux sociaux, Israel Folau, lynché lui aussi par le monde du rugby après une sortie sur la religion et l’homosexualité.

Décidément, ce n’est pas la saison des Irlandais (c’est relatif tout de même). Espérons que la Coupe du monde se présentera mieux pour le XV du trèfle, composé en grande partie de joueurs du Leinster, qui ont manqué de quelque chose samedi, à Newcastle. Ils sont tombés sur une équipe plus forte, mieux organisée. Bravo aux Saracens, il n’y a pas autre chose à dire.

Embed from Getty Images

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V