Jean-Joël Brégeon est un historien nantais reconnu et prolifique, spécialiste de la Révolution, des guerres de Vendée et de l’Empire. Dans son dernier ouvrage, Les Héros de la Vendée, il  retrace avec objectivité l’histoire de ces « généraux » qui de Cathelineau à Charette se révoltèrent en 1793. Mais il a aussi d’autres cordes à son arc. Commissaire depuis plusieurs années de l’excellent Salon des arts de Saint-Aignan-de-Grandlieu, c’est un passionné de peinture. Jean-Joël Brégeon a baigné dans le milieu artistique dès son enfance : il est le fils du peintre et illustrateur nantais Jean-Armand Brégeon (1908-1978).

En 2011, il nous avait déjà fait découvrir dans une précédente exposition Nantes imaginaire où il présentait avec fantaisie Les grues Titan, la tour Lu, la tour Bretagne, l’éléphant, le palais de Justice de Jean Nouvel ou la Fabrique…

La nouvelle rétrospective que nous offre cette année Jean-Joël Brégeon au manoir de Procé à Nantes est plus ambitieuse : il y adjoint d’autres villes phares du patrimoine européen Bruges et Venise dans une ambiance brumeuse et mystique.

Bruges, la Venise du nord n’est jamais plus belle qu’en hiver : maisons, béguinage, canaux, église, vue panoramique, mais aussi « l’œuvre au noir » clin d’œil symbolique au roman de Marguerite Yourcenar s’offrent à nos yeux.

Nulle part Venise et sa lagune ne charment plus que dans les endroits où les touristes ne vont pas. L’atelier des gondoles, le cimetière de San Michele (où est enterré le poète Ezra Pound), là encore Jean-Joël Brégeon va explorer des lieux emblématiques que son imagination sublime.

Le cimetière San Michele à Venise

Retour à Nantes, ville toujours surprenante que l’on redécouvre sous la patte du peintre, Tour Bretagne, pont de Cheviré, Machines de l’ile et le passage Pommeraye vu à la façon du peintre symboliste Arnold Böcklin. Une touche de Dali ou du surréalisme aussi ?

L’artiste a rajouté dans son exposition plusieurs toiles de la côte normande à la façon du peintre d’Honfleur, Eugène Boudin (1824 1898), surnommé « le roi des ciels » par Corot. Les représentations des plages et des personnages, pêcheurs et groupe de bourgeoises sont réussies.

Brégeon a troqué sa plume d’historien pour le pinceau. Il y a réussi. Son dessin est élégant et toujours précis dans le raccourci.

L’artiste jongle avec des couleurs pastel pour créer des ciels mirifiques qui nous plongent dans une atmosphère étrange. Il y mêle des personnages surnaturels et des points de vue réels qui bousculent les sens et nous enivrent dans un paysage aspirant au rêve.

Exposition tous les jours au manoir du parc de Procé à Nantes jusqu’au 09 juin 2019

François Cravic

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine