miel

L’Union nationale de l’Apiculture française a lancé une pétition pour exiger plus de transparence sur l’origine du miel. En cause ? 80 % du miel vendu en France serait importé, et nuirait aux apiculteurs français.

« Lorsque les consommateurs souhaitent connaître l’origine géographique du miel, ils buttent sur une opacité organisée !! Le “made in nulle part” est malheureusement une norme implicite. » expliquent les instigateurs de la pétition.

Promis par le gouvernement dès 2017, l’étiquetage obligatoire de l’origine du miel a été reporté à plusieurs reprises. À ce jour, les apiculteurs n’entrevoient pas l’aboutissement de ce projet. Il y a pourtant urgence : les apiculteurs français et européens subissent une concurrence déloyale de miels parfois frelatés et importés massivement à très bas prix.

Les citoyens ont droit à une transparence totale sur l’origine précise des produits qu’ils achètent. Ce que refusent la plupart des grossistes et importateurs en France. Les miels issus de mélanges d’origines diverses réalisés dans l’opacité la plus totale par des industriels sans scrupules sont légion dans les rayons des supermarchés. Le gouvernement doit respecter sa parole pour permettre la sauvegarde d’une filière menacée en adoptant une réglementation pour réguler le marché et en rendant totalement transparente l’origine du miel.

D’où vient le miel vendu en France ?

  • Chine, Ukraine, Argentine et Espagne sont les principaux pays d’origine du miel importé ;
  • 80 % du miel consommé en France est importé ;
  • 30 % des miels « premier prix » testés par UFC-Que Choisir étaient frelatés avec l’ajout de sirop de sucre ;
  • 1 miel sur 3 n’est pas conforme selon une étude de la Commission européenne datant de 2015 ;
  • 1,30 euros, c’est le prix de vente au kilo du miel chinois alors que le coût de production moyen du miel français est de 4,50 euros par kilo ;
  • Pour 88 % des consommateurs, l’origine française du miel est importante mais une grande partie d’entre eux pense (à tort) consommer du miel français (étude FranceAgrimer 2016).

À noter que comme d’autres pays européens, l’Espagne a récemment décidé de rendre obligatoire l’affichage sur le pot du pourcentage de chaque miel en fonction de son pays d’origine.

Pour signer la pétition, c’est ici

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V