Les chiffres de l’Observatoire de l’emploi des entrepreneurs viennent d’être révélés. Avec 1 865 entrepreneurs en situation de chômage en 2018, la Bretagne représente près de 4 % des pertes d’emploi des dirigeants d’entreprise en France. Si le nombre de dirigeants impactés est inférieur à celui de l’an passé, nombre d’entre eux ne disposent d’aucune protection sociale « chômage ».

Bretagne : des résultats homogènes sur le territoire

En Bretagne, 1 865 chefs d’entreprises ont perdu leur emploi en 2018, soit une baisse de 5,3% par rapport à 2017. Pour Anthony Streicher, Président de l’association GSC :

« 1 865, ce chiffre est insoutenable ! Les chefs d’entreprises en situation de perte d’emploi ne sont pas pris en charge par Pôle emploi et ne bénéficient d’aucune protection chômage. Pour éviter une catastrophe financière, les dirigeants peuvent prendre une assurance volontaire. Encore faut-il qu’ils sachent que cette dernière existe et qu’elle joue le même rôle que les allocations Pôle emploi pour les salariés. La mobilisation de l’ensemble des acteurs de la région est indispensable pour sensibiliser les entrepreneurs aux conséquences de la perte d’emploi. C’est une nécessité sociale et économique. »

Si le nombre d’entrepreneurs en situation de chômage est en baisse dans la majorité des départements, un territoire se trouve plus impacté que les autres. En Ille-et-Vilaine, 572 chefs d’entreprises ont ainsi perdu leur emploi en 2018, soit 0,2% de plus qu’en 2017. Sur les quatre départements qui constituent la région Bretagne administrative, trois enregistrent une baisse. Les Côtes-d’Armor connaissent une nette amélioration, le nombre de dirigeants d’entreprise ayant perdu leur emploi en 2018 retombe à 336 soit 12% de moins qu’en 2017. Il est suivi par le Morbihan avec 469 chefs d’entreprise impactés soit une baisse de 10,8%. Le département du Finistère affiche quant à lui une légère diminution de 0,4% au regard de l’année 2017 avec 488 entrepreneurs touchés.

Près de 56% des entreprises en Bretagne, impactées par la perte d’emploi de leur dirigeant, comptaient un ou deux salariés. L’âge médian des dirigeants d’entreprises en situation de perte d’emploi sur le territoire est de 46,6 ans pour 2018 (46 ans sur l’ensemble de la France).

Comme en 2017, les secteurs du commerce, de la construction et de l’hébergement, restauration et débits de boissons concentrent à eux trois plus de la moitié des pertes d’emploi de la région Bretagne (64,8%). Bien que le secteur enregistre une baisse de 11,5 % par rapport à 2017, les activités de commerce demeurent les plus impactées avec 454 entrepreneurs en situation de chômage en 2018 dont 284 exerçant dans le domaine du commerce de détail. Il est suivi par celui de la construction avec 416 chefs d’entreprise touchés. Le secteur de l’hébergement, restauration et débits de boissons concentre quant à lui 337 des pertes d’emploi de dirigeants. Parmi ces commerçants, 197 pertes d’emploi concernent la restauration.

Le nombre d’entrepreneurs en situation de chômage en France reste toujours élevé

La baisse entamée il y a trois ans connaît un ralentissement. En 2018, 50 185 dirigeants d’entreprises ont dû faire face à une liquidation judiciaire, un nombre stable (+0,3%) par rapport à 2017. Plus du tiers (35,8%) des dirigeants touchés par la perte de leur emploi en 2018 a plus de 50 ans. On pourrait s’attendre à ce que les entrepreneurs plus expérimentés soient mieux préparés aux aléas. Mais aujourd’hui, le modèle économique doit être sans cesse repensé sous peine de fragiliser l’entreprise. Cette nécessaire agilité n’est pas toujours aussi bien ancrée chez les quinquagénaires qui pilotent leur entreprise depuis longtemps que chez les jeunes. Or si un changement de parcours reste tout à fait envisageable pour les dirigeants de moins de 26 ans, la situation s’avère bien plus délicate pour leurs aînés de plus de 50 ans.

L’ensemble du territoire français en tension

Près de la moitié des pertes d’emploi est concentrée sur l’Ile de France (23%), la région Auvergne-Rhône-Alpes (12%) et PACA (10%). La majorité des régions françaises (9 sur 13) est impactée par la hausse du nombre d’entrepreneurs en situation de perte d’emploi. Les territoires les plus touchés sont l’Ile-de-France (+7,3%), l’Outre-mer (+4,6%) et les Pays de la Loire (+4,2%). À contrario, les régions Provence Alpes Côte d’Azur (-7%), Languedoc-Roussillon-Midi Pyrénées (-5,3%) et Bretagne (-4,8) enregistrent un recul significatif laissant apparaître des inégalités territoriales fortes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine