Il n’y a pas que les députés et les sénateurs estampillés LREM et MoDeM à soutenir le gouvernement. Les UDI et les LR ne sont pas en reste.

Le vote qui a suivi la déclaration de politique générale du gouvernement d’Édouard Philippe était l’occasion de fixer avec précision la ligne de partage entre l’opposition et la majorité. Exercice qui s’est déroulé le 12 juin dernier à l’Assemblée nationale et le 13 au Sénat.

Chez les députés bretons (37), les 29 LREM et les 4 MoDem ont voté « pour ». L’opposition ferme se limitant à Marc Le Fur (LR) et à Paul Molac (Libertés et Territoires). Mais il faut également compter avec l’opposition molle : Gilles Lurton (LR) et Thierry NBenoit (UDI) qui se sont abstenus. Lorsqu’un membre de l’opposition s’abstient sur un vote « politique » il soutient dans les faits le gouvernement.

Les centristes, biologiquement mous du genou

Chez les sénateurs bretons (19), on enregistre 9 « contre », 3 « pour » et 7 « abstentions ». Certains votent étonnent.  Par exemple celui du socialiste Yannick Vaugrenard (Loire-Atlantique) qui s’abstient, donc soutient le gouvernement ; c’est le cas également des cinq LR.  Que les trois UDI (Jacques Le Nay,, Joël Guerriau et Michel Canevet) affichent un soutien franc et massif à Édouard Philippe – en votant « pour » – semble logique. D’une part parce que les centristes sont biologiquement mous du genou, et d’autre part parce que, dès le soir du premier tour de la présidentielle, Le Nay affirmait : « Emmanuel Macron a tout mon soutien pour devenir le prochain président de la république. Il aura impérativement besoin, aussitôt élu, de compter sur une très large majorité parlementaire. Il devra nécessairement compter sur une importante coalition des sensibilités du centre, de la gauche et de la droite, capables de s’accorder sur l’essentiel de son programme » (Le Télégramme, mardi 25 avril 2017). Donc Le Nay était déjà prêt à aller à la soupe… Plus prudente, Françoise Gatel (UDI) se contente de s’abstenir – un soutien peu risqué à Édouard Philippe.

Du côté des « contre », on trouve 6 PS, 1 PCF (Christine Prunaud) et les deux écolos (Ronan Dantec et Joël Labbé) qui appartiennent au groupe RDSE (radicaux).

Ces deux votes sont prévus par l’article 49– 1 et 49– 4 de la Constitution. Le Premier ministre engage la responsabilité du gouvernement « sur une déclaration de politique générale ». Il s’agit donc d’un vote important. De ce fait les lecteurs des quotidiens bretons (Ouest-France, Le Télégramme, Presse Océan) ont le droit de savoir comment se sont comportés leurs députés et leurs sénateurs à l’occasion de ce vote de confiance. C’est ainsi que les grands électeurs de droite auraient été satisfaits d’apprendre que les cinq sénateurs LR (Muriel Jourda, Christophe Priou, Dominique de Legge, Philippe Paul etr Michel Vaspart) ont soutenu le gouvernement. En même temps, les grands électeurs de gauche se seraient enthousiasmés en constatant qu’un sénateur PS (Yannick Vaugrenard) avait suivi le même chemin. Pourtant Ouest-France, Le Télégramme et Presse Océan se flattent de faire de l’information. Avec en plus la bénédiction de Google.

Bernard Morvan

Crédit photo : Jacques Paquier/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine