Les Vikings, vérités et légendes. C’est le titre du nouvel ouvrage de Jean Renaud qui paraît aux éditions Perrin.

Longtemps directeur du Département d’études nordiques à l’Université de Caen, où il a été professeur de langues, littérature et civilisation scandinaves jusqu’en 2010, Jean Renaud a également beaucoup traduit (des cinq langues scandinaves) : romans, contes populaires, sagas islandaises ; d’ailleurs c’est la littérature médiévale nous dit-il qui l’a incité à étudier les Vikings de plus près. « Mais j’ai toujours varié mes centres d’intérêt, et à côté de mes manuels de langues nordiques et de mes différents livres sur le thème des Vikings, j’ai aussi écrit, entre autres, un ouvrage sur le patois de l’île de Ré (mon île natale) et un roman en partie autobiographique : Le fils du gardien de phare… » nous explique-t-il, à l’occasion d’une interview qu’il nous a donnée, au sujet de son dernier ouvrage, passionnant.

Des romantiques scandinaves aux Américains célébrant le découvreur Erik le Rouge, des Russes invoquant des ancêtres varègues aux groupuscules néonazis ne jurant que par Thor et Odin, des mangas aux séries télévisées, les Vikings sont partout. Mais qui sont vraiment ces étranges Nordiques que la bande dessinée affuble de casques à cornes ? Des guerriers courageux qui ont soif d’aventure ? Des envahisseurs et des pillards naviguant sur des drakkars ? Possédaient-ils des esclaves ? Faisaient-ils des sacrifices humains ? Leur langue, le norrois, a-t-elle influencé le français ? Croyaient-ils en leur magie ?
Puisant aux meilleures sources de l’archéologie et de l’histoire, ce livre fait litière des inévitables clichés sur ceux qui, de la fin du VIIIe siècle au milieu du XIe siècle, ont rayonné depuis leur cœur originel scandinave jusqu’aux plus lointaines terres de leur incroyable expansion, entre Russie et Amérique.

Les Vikings, vérités et légendes – Jean Renaud, Perrin, 13 €.

Interview de Jean Renaud : Les Vikings, vérités et légendes

Breizh-info : Tout d’abord, qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre sur les Vikings ? Comment expliquez-vous que les Vikings aient suscité autant de fantasmes, d’interprétations, de peurs et de clichés chez de nombreux peuples dans tout l’Occident ?

Jean Renaud : Encore un livre sur les Vikings, n’est-ce pas ? C’est Emmanuel Hecht, le directeur de la collection « Vérités et légendes » de chez Perrin, qui me l’a proposé et j’ai accepté très volontiers car, dans cette collection, il s’agit d’exposer le plus simplement possible un sujet donné, sans notes de bas de page, en une trentaine de petits chapitres qui sont autant de coups de sonde destinés à éclairer l’ensemble.

Or les Vikings ont constamment besoin d’être replacés sous leur véritable éclairage. En effet, si les romantiques scandinaves au XIXe siècle ont délibérément idéalisé la figure de l’aventurier épris d’horizons lointains, aujourd’hui l’image du Viking qui s’est répandue partout dans le monde ne cesse d’être déformée par les romanciers et les cinéastes qui en font soit un barbare, soit un être supérieur, mais toujours fort et violent. On dirait qu’ils fondent en partie leurs œuvres de fiction sur la même peur instinctive qu’éprouvaient les populations victimes des Vikings au Moyen Âge.

Breizh-info : Vous expliquez dans votre introduction que la très populaire série « Vikings » se moque de la réalité historique et chronologique. Expliquez-nous…

Jean Renaud : En tant que divertissement, cette série mérite son succès. Elle s’efforce même de montrer différents aspects de la vie des anciens Scandinaves avec réalisme, du moins jusqu’à un certain point : elle accorde par exemple une place trop importante aux guerrières, comme la légendaire Lagertha. Des femmes ont pu prendre part à des expéditions, mais pour assurer l’intendance, pas pour combattre.

Néanmoins il faut être conscient que la série mêle histoire et légendes en tout genre, sans chercher à établir de vérité ni se soucier de chronologie. Aucun Ragnarr Loðbrók ne figure dans les sources anglo-saxonnes contemporaines ! Son nom n’apparaît pour la première fois qu’au XIIe siècle, dans l’univers scandinave : deux sagas islandaises du XIIIe siècle content ses exploits légendaires et ceux de ses épouses et de ses fils, et le clerc danois Saxo Grammaticus en donne une version différente dans ses Gesta Danorum, en 1216.

Prenons un exemple : dans la série, Ragnar et son frère Rollo attaquent Paris. En réalité, de sources franques, le Viking nommé Ragnarr qui attaque Paris (en 845) meurt peu après de dysenterie au Danemark. C’est moins glorieux que de périr en clamant des vers dans une prétendue fosse aux serpents en Angleterre (ce qui aurait lieu une vingtaine d’années plus tard). Quant au véritable Rollon (Hrólfr), même si ses origines sont controversées, il ne pourrait en aucun cas être son frère : on sait qu’il meurt vers 932 dans la Normandie qu’il a fondée ; il n’était probablement pas encore né en 845 !

Breizh-info : Vous avez choisi la forme interrogative pour chacun de vos chapitres. Comment avez-vous procédé pour sélectionner ce à quoi vous vouliez répondre ?

Jean Renaud : La forme interrogative des titres de chapitres m’a été imposée. Comme on m’a souvent assailli de questions à propos des Vikings – auxquelles j’ai répondu par oui, non ou peut-être – j’ai fait un tri et j’ai regroupé les plus intéressantes (à mon avis) en plusieurs thèmes, de façon à obtenir une certaine continuité dans la lecture, ce qui n’empêche pas de consulter indépendamment n’importe quel chapitre.

Breizh-info : Vous écrivez que les Vikings ont servi, malgré eux, la formation d’une Bretagne indépendante. Expliquez-nous…

Jean Renaud : Vous connaissez le proverbe : « À quelque chose malheur est bon » ! Je crois que la présence désastreuse des Vikings en Bretagne a contribué à faire prendre conscience aux Bretons de leur personnalité propre. On en trouve l’illustration aussi bien dans la révolte populaire en Cornouaille le 29 septembre 931 – ils massacrent les Vikings qui y demeurent et leur chef –, que dans la remarquable reprise en main de la Bretagne par Alain Barbetorte à partir de 936, date à laquelle il revient de son exil en Angleterre avec d’autres expatriés bretons, déterminé à chasser les Vikings et à construire un nouveau duché.

On pourrait tenir un raisonnement semblable à propos de l’impact des attaques vikings contre Paris ou Londres, devenues et reconnues ensuite comme capitales.

Breizh-info : Quel héritage les Vikings ont-ils laissé à la société scandinave aujourd’hui ?

Jean Renaud : Paradoxalement, ce n’est pas en Scandinavie proprement dite mais en Islande que les Vikings ont laissé leur plus bel héritage. Ils y ont mis en place, en colonisant l’île à partir de 874, une société fondée sur le respect de la loi, avec un parlement (alþing), et dépourvue de roi. Officiellement convertis au christianisme en 999 (ou 1000), les Islandais vont tirer parti des apports de l’Église (à commencer par l’écriture) pour produire, dans leur propre langue, une littérature d’une richesse inouïe – la poésie des scaldes et les célèbres sagas en prose –, préservant ainsi l’image de leur société et de leur mentalité.

Isolée géographiquement et marginalisée par son rattachement forcé au royaume de Danemark en 1380, l’Islande a alors fait preuve d’un tel conservatisme culturel qu’aujourd’hui encore même la langue des Vikings y est parlée de façon presque inchangée !

Breizh-info : Quels sont les livres indispensables à lire pour ceux qui souhaitent découvrir en profondeur la mythologie scandinave d’une part, l’histoire des Vikings de l’autre ?

Jean Renaud : Pour la mythologie, je ne peux évidemment pas m’empêcher de conseiller mon propre livre intitulé Les dieux des Vikings, dont une nouvelle édition a été publiée en 2017 aux éditions Ouest-France, mais aussi de renvoyer le lecteur directement aux sources, grâce à ces deux excellents ouvrages : L’Edda poétique, traduction commentée de Régis Boyer (Fayard, 1992, réédition 2014) et L’Edda ; récits de mythologie nordique par Snorri Sturluson, traduction (partielle) de François-Xavier Dillmann (Gallimard, 1991).

Parmi les études approfondies sur les Vikings, j’en retiendrais au moins deux, différentes sur le fond comme sur la forme : la très complète Les Vikings ; histoire, mythes, dictionnaire, du scandinaviste Régis Boyer (Robert Laffont, 2008) et la très scientifique Histoire des Vikings ; des invasions à la diaspora, de l’historien Pierre Bauduin, tout juste parue chez Tallandier.

Propos recueillis par YV

Crédit photos  :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. – V