melanome

Ce mardi 15 octobre, la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer a remis une subvention de 410 000 euros au professeur Marie-Dominique Galibert. Elle est responsable de l’équipe « Expression des gènes et oncogenèse » à l’Institut de Génétique et Développement de Rennes (Unité CNRS-Université de Rennes). Cette aide  récompense ses travaux sur la résistance aux traitements actuels du mélanome, un cancer de la peau très agressif.

À cette occasion, les donateurs de la Fondation ARC résidant en Bretagne ont été conviés à la présentation de son « Programme Labellisé Fondation ARC ». Ils ont pu percevoir concrètement l’utilité de leur don en échangeant avec son équipe de recherche.

Le programme proposé par le professeur Marie-Dominique Galibert porte sur le mélanome, le cancer de la peau le plus redoutable. Il a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projets « Programme Labellisé Fondation ARC » pour recevoir une subvention d’un montant de 410 000 euros. L’objectif : déterminer comment les cellules de mélanomes acquièrent cette capacité de résister aux traitements actuels, en l’occurrence des thérapies ciblées, et comprendre comment développer de nouvelles approches thérapeutiques visant à contrer cette résistance.

« Dans le rôle de pilote de l’acquisition de la résistance aux thérapies ciblées par les cellules de mélanomes, nous avons identifié une protéine appelée, “facteur de transcription AhR”, qui active tout un ensemble de gènes. Mais son rôle semble ambivalent puisqu’AhR pourrait aussi sensibiliser les cellules de mélanome à ces mêmes thérapies ciblées.

Notre programme de recherche a un double enjeu. Il vise d’abord à identifier les mécanismes moléculaires qui influencent l’activité de la protéine AhR afin de savoir comment développer de nouveaux outils thérapeutiques contre le mélanome. Par ailleurs, cette protéine étant aussi active dans d’autres cancers, nos travaux serviront de modèles pour mieux comprendre son rôle dans la balance sensibilité/résistance aux thérapies ciblées. » explique Marie-Dominique Galibert.

Un programme de recherche prometteur

Le mélanome métastasique est le plus redoutable cancer de la peau. Son incidence ne cesse d’augmenter depuis ces dernières années. C’est en outre la première cause de mortalité par cancer des jeunes adultes. Il constitue ainsi un problème majeur de santé publique.

Lorsque la tumeur est détectée au stade précoce, elle peut facilement être retirée par chirurgie. Mais à un stade plus avancé, la prise en charge de ce cancer devient plus difficile car il se dissémine et forme rapidement des métastases, ou tumeurs secondaires, dans les organes internes.

Certains mélanomes au stade métastatique présentent une mutation du gène BRAF les rendant éligibles à des thérapies ciblées, des inhibiteurs de la protéine BRAF. Les résultats obtenus sont spectaculaires mais les patients rechutent de manière quasi systématique.

L’équipe de Marie-Dominique Galibert a récemment identifié dans le mélanome métastatique avec mutation du gène BRAF un mécanisme de résistance à ces thérapies ciblées. Avec son équipe, elle a démontré que dans une petite population de cellules de mélanome une protéine, appelée « facteur de transcription AhR », active un ensemble de gènes impliqués dans la résistance à ces thérapies ciblées. Or de façon inattendue, dans des conditions qui ne sont pas encore élucidées, cette même protéine AhR sensibilise les cellules de mélanome à ces mêmes thérapies ciblées.

Le financement de ses travaux par la Fondation ARC va permettre à Marie-Dominique Galibert et son équipe d’aller plus loin dans leur analyse en étudiant en profondeur comment est régulé ce rôle ambivalent de AhR dans les mélanomes et au cours du traitement par thérapie ciblée. L’objectif du programme est de décrypter les mécanismes moléculaires qui sous-tendent ses deux activités opposées dans le mélanome. Il est aussi de proposer de nouvelles approches thérapeutiques pour renforcer l’efficacité des thérapies ciblées contre les mélanomes.

Par ailleurs, cette protéine étant aussi active dans d’autres cancers, ces travaux serviront de modèle pour mieux comprendre les conditions de ses activités pro-tumorales (favorisation de la progression du cancer et de la résistance aux thérapies ciblées) et anti-tumorales (bloquant la progression du cancer).

Le conseil d’administration de la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer a voté en juin 2019 l’attribution de cette subvention pour une durée de trois ans. Au travers de ses subventions « Programmes Labellisés », la Fondation ARC a la volonté d’apporter une aide importante à des projets de recherche ambitieux et originaux, solidement argumentés. Il s’agit d’apporter un soutien significatif à des projets innovants qui aboutiront à une meilleure compréhension des cancers. En 2019, la Fondation ARC a financé 14 nouveaux « Programmes Labellisés Fondation ARC » pour un montant global de plus de 5,6 millions d’euros.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V