populisme_de_benoist
« Nous sommes le peuple », « Wir sind das volk ».

A l’heure des multiples mouvements de révolte et de contestation qui parcourent le monde, de l’Algérie au Venezuela, de l’Equateur au Chili, de Hong Kong à l’Egypte, de l’Irak au Liban, au lendemain des Gilets Jaunes, il est opportun de réfléchir sur les causes de cette instabilité. La mondialisation serait-elle à l’origine de cette remise en cause des gouvernants par les gouvernés, des élites par le peuple, par le populisme ? Pour tenter de comprendre ce qui se cache derrière ce terme riche et secret de « populismes », plongée dans Le dictionnaire des populismes, publié aux éditions du Cerf, sous la direction d’Olivier Dard, Christophe Boutin et Frédéric Rouvillois.

Un imposant état des lieux

Le dictionnaire des populismes c’est 1 214 pages ; 264 notices rédigées par 107 auteurs français et étrangers ; un index des noms de 12 pages et un « index rerum » de 27 pages des notions abordées allant d’Abstention à Yougoslavie en passant par… Agrariens, Anarchie, Angoisse, Anti-immigrationnisme, Armée, Bien commun, Boulangisme, Bourgeois, Caste, Charisme, Communautarisme, Corruption, Décadence, Démagogie, Démophilie, Dictature, Egalitarisme, Emotion, Extrême droite, Fascisme, Fisc, Foule, Gilets Jaunes, Girondins, Guerre civile, Hongrie, Identité, Ignorants, Inconscient collectif, Insurrection, Internet, La France Insoumise, Libertés, Médias, Mondialisme, Nation, Oligarchie, Ouvrier, Peuple, Peurs, Progrès, Races, Révolutions, Sans-culottes, Surprises, Trumpulisme, Vertu et Xénophobie…

Sans oublier les notices biographiques des 107 auteurs français et étrangers où l’on retrouvera, entre autres, Eric Anceau, Mathieu Bock-Côté, Olivier Compagnon, Stéphane Courtois, Chantal Delsol, Olivier Gohin, Jean-Louis Harouel, Lucien Jaume; et bien sûr les trois directeurs de l’ouvrage qui ont déjà conduit en 2017 Le dictionnaire du conservatisme, (éditions du Cerf): Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne université, Christophe Boutin, professeur de droit constitutionnel et d’histoire des idées politiques à l’université de Caen et Frédéric Rouvillois, professeur de droit public à l’université de Paris.

Interroger le populisme

Une conséquente introduction de 36 pages éclaire avec précision l’esprit dans lequel l’ouvrage a été dirigé, défriche des pistes permettant de pénétrer l’univers des populismes et de proposer des éléments de définition.

Un dictionnaire des populismes, « populismes » au pluriel pour « rendre compte de l’extrême diversité du phénomène » ?
Cependant ces populismes, si divers soient-ils, renvoient forcément à l’idée de populisme au singulier et à « l’ardente nécessité d’en délimiter le contenu ».
Ainsi, « [le populisme] permet de réexaminer dans une profondeur multiséculaire […] et avec une prise en compte d’expériences conduites dans des territoires fort différents, des thématiques aussi classiques que la relation peuple/élite ou celle de nation, de représentation, de mandat, de responsabilité, de démocratie ou d’institution ».
« [Le populisme] n’est ni un fantôme sorti du néant, ni une injure […] mais un objet politique intellectuellement identifiable (…) ».

Pour pénétrer dans l’univers des populismes, les auteurs se proposent d’énumérer quelques unes des questions que pose le concept.

  • Le peuple est-il la plèbe, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas titulaires du pouvoir mais qui fournissent travail et impôts ?
  • Le peuple est-ce un groupe ethnique cohérent, le peuple de France, par exemple ?
  • Enfin, le peuple est-ce le démos, cette entité qui a le droit de participer à la vie de la cité ?

Est-ce que, comme l’a déclaré le 21 juin à Quimper le Président Macron, le populisme est « comme une lèpre, un peu partout en Europe » ?

Philippe de Villiers lui répondait sur BFM TV le 11 octobre: « Moi, je lui dis les yeux dans les yeux, Emmanuel, moi je suis populiste. D’ailleurs, il parle de lèpre populiste, donc moi je suis lépreux, j’ai ma crécelle et je ne me soigne pas parce que le populisme, c’est le cri des peuples qui ne veulent pas mourir. »

Le populisme est-il romantique à l’instar du polémiste et homme politique antisémite Edouard Drumont ou de Séverine du Cri du peuple de Jules Vallès ?

Le populisme est-il présent dans ce mouvement russe des années 1860, « les Narodniki, promoteurs d’un socialisme agraire cherchant à agréger les intellectuels, le peuple et la révolution », ou dans le People party américain de la fin du XIX siècle, « un populisme rural et petit bourgeois qui voulu réincarner le peuple fondateur de la démocratie américaine » ?

Et l’Amérique Latine du XX siècle et ses expériences récentes du Venezuela, du Brésil de Lula, de l’Equateur ou de la Bolivie, n’est-elle pas « le paradis du populisme » ?

Le populisme est-il de droite ou de gauche ? Jean-Luc Mélenchon, dans une interview à L’Express du 16 septembre 2010 déclarait: « Je n’ai plus du tout envie de me défendre de l’accusation de populisme. C’est le dégoût des élites, méritent-elles mieux ? (…) J’en appelle à l’énergie du plus grand nombre contre la suffisance des privilégiés. Populiste, moi ? J’assume. »

Les leaders populistes sont-ils « vraiment les seuls à céder à la tentation démagogue » ?

Le populisme n’est-il pas le « révélateur d’une rupture entre gouvernants et gouvernés dont les causes peuvent être aussi bien politiques (nationales et identitaires) qu’économiques et sociales » ?

Le populisme serait une pathologie, « une affaire de ploucs paranoïaques et antimodernes » ? Cette accusation polémique laisserait-elle entrevoir dangereusement qu’ils pourraient utilement bénéficier des traitements malheureusement dispensés autrefois avec largesse dans les hôpitaux psychiatriques soviétiques ?

Ou au contraire, est-ce une idéologie, c’est-à-dire « un ensemble de représentations aboutissant à la construction d’un projet politique déterminé » ? Mais, dans ce cas, elle serait pour ses adversaires une idéologie du pauvre « empruntant immanquablement des concepts à d’autres idéologies (…) plus complexes et stables ».

Mais ne doit-on pas reconnaître « que les idéologies les plus complexes ou les plus originales, ont été élaborées à partir de concepts, de théories et même de mots dérobés à d’autres » ?

D’autres questions seront examinées dans le cours des notices : n’est-ce pas « une réaction populaire quasi instinctive à un phénomène de crise » ? Enfin le populisme ne représente-t-il pas une menace pour l’environnement, pour les juifs, pour la démocratie, pour les libertés et l’Etat de droit ? A la lecture de cette sombre et ultime énumération, on pourrait se demander si le populisme n’est pas un bouc-émissaire commode qui pourrait servir à longueur de débats !

Alors, comment définir le(s) populisme(s) ?

Les auteurs citent l’historien Richard Hofstadter plagiant Socrate : « Tout le monde parle du populisme, mais personne ne peut en donner une définition ».

Néanmoins on peut constater que l’existence d’un phénomène aussi insaisissable et omniprésent dans l’air du temps est la preuve de son importance comme révélateur d’une situation éminemment critique.

Pour autant, le populisme est-il apte à fournir des solutions ?

Ne doit-il pas s’allier avec les Conservateurs ou les Gauches afin de s’inscrire dans un jeu politique opérationnel ?

C’est au lecteur de cet ouvrage, impressionnant par la variété des notices, la compétences des auteurs et l’honnêteté de la méthode, de donner sa réponse.

Colonel (er) Fabrice Fanet
01/11/2019

Source

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine