viols-nantes

Nantes, capitale du viol et de l’agression sexuelle ? Les affaires se multiplient ces dernières semaines, sans que les autorités judiciaires ne semblent disposées à faire la chasse aux prédateurs sexuels qui sévissent. En témoigne cette nouvelle histoire, glauque, qui s’est déroulée fin octobre à Nantes, du côté de la Beaujoire et qui aurait pu se terminer en drame pour cette jeune fille de 11 ans.

Son grand-père, qui nous a contacté, raconte cette histoire, qui nous a été confirmée par la suite par des policiers, dépités par la tournure des évènements. « Ma petite fille de 11 ans a été agressée par un un individu d’une quarantaine d’années d’origine nord-africaine. Le mardi 29 octobre après-midi ma petite fille sort de l’Intermarché du Ranzay à Nantes, elle croise cet individu qui lui a demandé de l’embrasser et lui a passé la main dans les cheveux à plusieurs reprises, avant d’exiger d’elle son N° de téléphone et de la suivre jusque devant chez elle ».

La petite fille, terrorisée, a pu prévenir son père qui a poursuivi l’individu, l’a rattrapé, neutralisé, et a appelé la police. Ce dernier a été mis en garde à vue au poste de police de Nantes La Beaujoire, puis la mère de la victime est allée déposer plainte le lendemain à la brigade des mineurs de Nantes.

Voici le PV de la plainte, déposée par les parents de la jeune fille, ci-dessous :

Dans la foulée, le mercredi après midi, le procureur de la République a décidé de relâcher sans la moindre suite l’individu. Et pas pour une question de preuves, mais parce que, selon les informations que nous avons reçues, les agissements de l’individu n’ouvriraient pas matière à poursuites judiciaires. En effet, dans les agissements décrits, il n y a ni agression sexuelle, ni viol en terme légal.

Entendez bien : Connu des services de police, vous suivez une jeune fille mineure dans la rue, vous l’importunez, vous lui caressez les cheveux et demandez des bisous, et vous êtes remis en liberté. Parce que vous n’avez pas pu aller plus loin.

« Suite à tous les viols et agressions commis par ces étrangers sur la région nantaise, il est urgent de dénoncer le laxisme de la justice et le silence des politiques », nous indique le papy de la jeune fille qui nous a alerté. Des agressions sexuelles qui se multiplient, et des citoyens qui sont de plus en plus nombreux à penser que la Justice ne fait plus son travail, par et pour le peuple.

Du côté de la police, on nous dit que l’individu en question, interpellé, est déjà bien connu des services. Il aurait déjà importuné des jeunes femmes et des jeunes filles, du côté de Malakoff. À nouveau, nos contacts s’avouent dépités par ces décisions judiciaires. « Cet individu va recommencer, c’est un prédateur en puissance » nous dit-on.

« Nous allons expulser les étrangers condamnés pour violences sexuelles » clame la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa. Encore faut-il que ces prédateurs soient condamnés…sinon les prochaines victimes de cet individu et de tous ceux qui sont dans la nature sauront à qui ils devront demander des comptes…

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V