« Kádár est parti, Soros est arrivé ». Gyula Thürmer, le dernier fidèle du socialisme hongrois [Vidéo]

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Dans les anciennes démocraties populaires, la plupart des dignitaires communistes ont retourné leur veste et se sont rapidement recyclés dans les nouveaux régimes. Certains y ont même trouvé une grande opportunité d’enrichissement personnel, dans ce que Claude Karnoouh avait appelé « La grande braderie à l’Est ».

Peu de figures politiques sont restées fidèles au communisme et osent encore défendre le bilan du socialisme. Gyula Thürmer, l’un des derniers collaborateurs et fidèles du dirigeant communiste hongrois János Kádár, fait partie de cette minorité. Gyula Thürmer, toujours à la tête d’un parti communiste désormais résiduel en Hongrie, se distingue aussi de la gauche radicale occidentale en n’hésitant pas à soutenir certaines actions du gouvernement de Viktor Orbán.

Il a répondu sans détour aux questions de Yann Caspar pour livrer son opinion sur le changement de régime d’un point de vue communiste.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Hongrie. Viktor Orbán veut soutenir rock et pop patriotes pour en faire un « ciment d’identité »

En Hongrie, le gouvernement de Victor Orbán a décidé de soutenir financièrement le rock et la pop hongrois afin de promouvoir la culture nationale...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés de Cornouailles ont célébré cette...

Viktor Orban : « Le PPE est devenu une annexe de la gauche européenne »

Le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz de Viktor Orban, a annoncé mercredi 3 mars qu’il quittait le groupe du Parti populaire européen...

Europe centrale. Le groupe de Visegrád souffle ses 30 bougies

Le lundi 15 février 2021, le Groupe de Visegrád (V4) a fêté ses 30 ans d’existence. À l’occasion de cet anniversaire, les présidents des...