blanc

J’en imagine déjà faire des bonds en lisant le titre. Pourtant, vous avez bien lu. Oui, il est temps que les Européens défendent les Blancs et la race à laquelle ils appartiennent encore majoritairement. Non pas par sentiment de supériorité ou par haine de l’autre, loin de là. Mais tout simplement car nous vivons des années où celle-ci est attaquée comme jamais. Certains voudraient clairement nous voir disparaître, nous les Blancs.

Certains, obsédés par les questions de couleur de peau, racialisent désormais systématiquement tous les débats. On voit quelques femmes noires hystériques expliquer tranquillement à des étudiants ou sur les plateaux TV que nous ne serions pas habilités à parler de telle ou telle question parce qu’hommes blancs.

On voit certains chercheurs, pathologiquement ethnomasochistes, nous expliquer, reprenant les théorises fumeuses des universités américaines élevées à la sauce Evergreen, qu’il faudrait « déconstruire le mythe des statues antiques grecques blanches ». On entend de plus en plus un discours visant à accuser l’homme blanc de tous les maux de la terre.

Les Blancs seraient racistes, colonialistes, sexistes, islamophobes, patriarcaux. Chaque petite secte idéologique vient désormais ajouter sa « phobie », prétexte à la haine du Blanc, à la haine de l’Européen. Il est temps de dire stop. Ce sont eux qui racialisent les débats tout en évoquant systématiquement la Seconde Guerre mondiale et les nazis dès que des Blancs décident de ne plus se laisser faire ni marcher sur les pieds.

Ce sont eux qui nous ramènent systématiquement au fait d’être blanc, à notre couleur de peau, à notre identité raciale, eux-mêmes qui niaient, pendant plusieurs décennies, que les races existaient, au nom de l’idéologie antiraciste. Après avoir pleurniché pendant des décennies, après avoir joué les victimes et culpabilisé les Européens, voici que bien installés chez nous, certains se sentent pousser des ailes et voudraient balayer notre histoire, nos cultures, nos identités, parce qu’elles ne correspondraient pas à leur schéma mental et racial d’extra-Européens. Et le pire, c’est que de nombreux collabos les aident à la tâche.

Jusqu’à quand allons-nous nous laisser cracher dessus ? Jusqu’à quand allons-nous laisser notre jeunesse se faire intoxiquer dans les écoles et les universités par des gens qui fondamentalement détestent les Blancs ? Jusqu’à quand allons-nous laisser des collabos diffuser auprès de nos gamins des musiques qui ne sont pas les nôtres, des mythologies qui ne sont pas les nôtres, des coutumes qui ne sont pas les nôtres, et cela avant même d’avoir appris qui ils sont et d’où ils viennent ?

Jusqu’à quand allons-nous accepter de systématiquement faire repentance, de nous flageller pour un passé dont nous avons pourtant à être fier ? Faites le compte de ce que les Blancs ont inventé, diffusé, apporté au monde entier. Faites le compte de ce que d’autres peuples, extra-Européens, ont apporté au reste du monde. Nous n’avons pas à rougir.

Nos ancêtres ont bâti notre société européenne que d’autres envient tellement qu’ils veulent y venir par millions, pour ensuite se penser chez eux chez nous et remettre en cause tout ce qui a amené la construction de cette société qu’ils envient. Il faut que cela cesse !

Il faut qu’enfin, les Blancs retrouvent leur fierté, et sachent, quand il est nécessaire, dire à ceux qui auraient un problème avec les blancs, que nous ne sommes pas décidés à nous taire et à finir dans les poubelles de l’histoire. Si certains comptent s’accaparer nos terres et souiller notre longue mémoire, il va falloir qu’ils se battent, car nous, nous ne sommes pas prêts à céder un pouce de terrain aux assassins de nos peuples, à qui nous rappelons une chose :

« On est pas des beatniks. Il est certain que si on vient nous chercher des noises, on a quand même une culture de la défense. »

« Jouez pas aux cons avec nous ! » (Tyler Durden)

Julien Dir.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V