Des archéologues pensent avoir retrouvé la tombe de Montaigne [Vidéo]

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Derrière un mur du musée d’Aquitaine, à Bordeaux , se cache très probablement la dépouille du philosophe Michel de Montaigne. C’est en tout cas l’hypothèse avancée par des archéologues  qui ont découvert un tombeau dans le sous-sol du bâtiment. Toutefois, les archéologues poursuivent leurs recherches pour authentifier ces éléments.

Qui était Montaigne  ?

Issu d’une famille de noblesse récente, Michel Eyquem de Montaigne est né en 1533 en Dordogne. Son père lui donne une éducation fondée sur les principes humanistes et lui fait apprendre le latin alors qu’il est encore très jeune1. À partir de 1539, Montaigne est élève au collège de Guyenne à Bordeaux avant de faire des études de droit. D’abord conseiller à la Cour des aides2 de Périgueux à partir de 1554, il devient membre du Parlement de Bordeaux de 1557 à 1570, où il rencontre Étienne de La Boétie (l’auteur du Discours de la servitude volontaire), avec qui il se lie d’une profonde amitié. Deux ans après la mort de La Boétie en 1563, Montaigne épouse la fille d’un parlementaire bordelais, Françoise de La Chassaigne. En 1569, à la demande de son père (mort un an auparavant), Montaigne publie une traduction de la Théologie naturelle de Raymond Sebond. L

’année suivante, il vend sa charge de conseiller au parlement de Bordeaux, se retire dans son château et commence à rédiger ses Essais, dont la première édition, qui contient les livres I et II, paraît en 1580. Cette même année, Montaigne entreprend un voyage en Europe (Italie, Suisse et Allemagne). Il dicte alors à son secrétaire son Journal de voyage qui ne sera découvert et publié qu’au XVIIIe siècle. Alors qu’il est encore à l’étranger, Montaigne apprend qu’il est élu maire de Bordeaux en 1581. Il est réélu maire deux ans plus tard. En voyage à Paris en 1588 pour présenter sa nouvelle édition des Essais, il rencontre Marie de Gournay3 à Paris. Celle-ci publiera, avec Pierre de Brach, l’édition posthume des Essais en 1595. Alors qu’il travaillait encore à une nouvelle édition enrichie des Essais, Montaigne meurt en 1592 à l’âge de 59 ans.

Lire la suite sur : https://www.etudes-litteraires.com/biographie-montaigne.php

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés