banque

Souscrire un crédit à plusieurs, une pratique devenue de plus en plus courante. Mais que sait-on vraiment quant au rôle du co-emprunteur ?

Co-emprunteur, une question de confiance

Un co-emprunteur est par définition une personne physique qui souscrit un crédit à la consommation ou un prêt immobilier conjointement avec l’emprunteur. Par sa signature du contrat, elle est soumise aux mêmes droits et obligations que celui-ci, tout en participant au remboursement du prêt.

La question épineuse du choix n’est pas à prendre à la légère : si, dans la plupart des cas, l’emprunteur se tourne vers son conjoint ou concubin pour lui proposer ce rôle de co-emprunteur, un parent ou un proche peuvent également faire l’affaire.

Autre point important à prendre en compte, les co-emprunteurs peuvent être plusieurs. Ils ont en outre la responsabilité de fixer les montants qu’ils souhaitent se répartir. La seule condition étant que le remboursement des mensualités liées au crédit soit assuré.

Enfin, contrairement au co-acquéreur, un co-emprunteur ne signe pas forcément l’acte de vente du bien chez le notaire. En conséquence de quoi, il ne peut revendiquer aucune obligation de délivrance sur le bien en question.

Quels avantages au co-emprunt ?

Pour la banque tout d’abord, avoir un ou des co-emprunteurs constitue une garantie supplémentaire quant au remboursement des mensualités. Ce qui permet alors d’obtenir plus facilement l’accord pour l’emprunt.

Toujours dans l’optique de donner des gages de confiance à la banque, présenter plusieurs personnes solvables au lieu d’une seule a aussi l’avantage de souscrire une somme plus importante. De quoi augmenter l’effet de levier de l’investissement, avec un bien immobilier plus grand à visée locative par exemple.

Autre aspect positif, avoir recours à un co-emprunteur pour souscrire un crédit peut éventuellement permettre de négocier à la baisse le taux d’intérêt auprès de la banque. En jouant sur le fait que la garantie constituée par ce partenaire réduit fortement le risque de défaut de paiement. Un argument auquel les établissements prêteurs sont sensibles…

Co-emprunteur : et quand les choses tournent mal ?

Toutefois, mieux vaut également se pencher en amont sur les problèmes pouvant survenir lors d’un co-emprunt. Si le crédit engage de la même manière chaque co-emprunteur, la banque peut exiger auprès de chacun d’entre eux le remboursement de l’intégralité du prêt en cas d’impayés.

Par ailleurs, le co-emprunteur ne pourra faire valoir aucune protection juridique en cas de défaillance de l’emprunteur principal. Dans le cas fréquent d’une séparation au sien d’un couple, il est possible que l’un des deux membres décide d’interrompre le paiement des mensualités de l’emprunt. Lorsqu’une telle situation se produit, le deuxième emprunteur doit expliquer son cas à son organisme de crédit et demander un report de remboursement. Mais cette possibilité n’est pas toujours présente dans tous les contrats. Autre élément à prendre en compte : un co-emprunteur ne peut pas annuler un crédit.

Enfin, dans l’éventualité où aucun des deux emprunteurs ne peut assumer seul le remboursement, la banque procédera à la vente du bien afin de récupérer la somme prêtée. Des scénarios catastrophes auxquels il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de faire appel à un co-emprunteur.

AK

Crédit photo : DR (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine