Alicem. Une application numérique gouvernementale pour vous ficher tous ?

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

L’application Alicem, lancée par le gouvernement, est en phase de test sur FranceConnect depuis juin 2019. Elle est destinée au grand public, pour qu’il puisse se connecter via son smartphone à de multiples services publics, via la reconnaissance faciale, ce qui implique un potentiel fichage généralisé de la population.

Alicem selon le gouvernement

Pour le gouvernement, « Alicem est une application pour smartphone développée par le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) qui permet à tout particulier, qui décide de l’utiliser, de prouver son identité sur Internet de manière sécurisée. Alicem vise le niveau de garantie “élevé” au sens du règlement européen sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques, dit règlement “eIDAS”. La procédure de qualification par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) est en cours.

Le règlement eIDAS a pour ambition d’accroître la confiance dans les transactions électroniques au sein de l’Union européenne pour les services en ligne, notamment publics. Il définit trois niveaux de garantie : faible, substantiel et élevé, en fonction du degré de robustesse de la solution d’identification électronique face aux tentatives d’usurpation d’identité sur Internet. »

Une application qui facilite l’administratif ?

Assurance maladie, impôts, allocation logement, carte grise… D’ici peu, pour effectuer ces démarches de service public, il suffira donc d’une seule application pour accéder à plus de 500 services publics, notamment via FranceConnect. Si on peut louer la simplification administrative (en espérant que ces allègements puissent permettre le transfert des budgets alloués initialement vers les hôpitaux ou l’Éducation nationale, par exemple…) cette application à 3,4 millions d’euros interroge.

Pour se connecter, l’usager doit au préalable se munir de son passeport ou titre de séjour valide doté d’une puce sécurisée et de son smartphone équipé d’une puce NFC. Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur doit créer son compte et indiquer son numéro de téléphone, une adresse mail et accepter les conditions générales d’utilisation.

Il faut ensuite scanner la zone de lecture optique de son titre d’identité. Alicem prend une photo de votre titre. Puis il faut scanner sa puce NFC et choisir un code secret à six chiffres. Dernière étape, pendant laquelle intervient la technologie de reconnaissance faciale : l’activation du compte, afin de prouver que l’utilisateur est bien le propriétaire du titre d’identité scanné. Pour cela, une série de selfies invitent à sourire, cligner des yeux et tourner la tête à droite ou à gauche, puis face à l’écran.

Une fois toutes ces étapes réalisées, le compte est activé. L’application devrait être disponible début 2020 pour les utilisateurs Android, tandis qu’Apple refuse de s’ouvrir aux technologies qui ne sont pas les siennes, et on comprend la firme américaine niveau sécurité et possible espionnage. Néanmoins, cela pourrait devenir adaptable rapidement.

Des utilisateurs sont inquiets niveau vie privée et fichage généralisé. En juillet dernier, La Quadrature du Net a déposé un recours devant le Conseil d’État pour demander l’annulation du décret autorisant la création de l’application. L’association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet dénonce l’obligation d’accepter le dispositif de reconnaissance faciale, allant à l’encontre selon elle du règlement général sur la protection des données (RGPD), selon lequel « pour qu’un consentement soit valide, il doit être libre, c’est-à-dire qu’il ne peut pas être contraint ».

La CNIL est du même avis : « le refus du traitement des données biométriques fait obstacle à l’activation du compte, et prive de portée le consentement initial à la création du compte ». La CNIL invite à trouver des « solutions alternatives » à la reconnaissance faciale.

Les autorités bottent en touche, arguant du fait que l’utilisateur n’est pas obligé de choisir la reconnaissance faciale et que les autorités ne stockent pas de données biométriques par ailleurs (les données comme votre numéro de téléphone ou votre mail sont stockées 6 ans par contre). Votre photo est par ailleurs tout de même comparée avec le fichier DOCVERIF pour voir si votre titre d’identité n’est pas volé ou perdu…

Les autorités reconnaissent par ailleurs que le risque zéro n’existe pas en matière informatique, tout en garantissant des audits et contrôles permanents. Il n’y a qu’à constater l’état de dégradation du service public (faute de moyens et de compétences) dans le pays pour avoir le droit d’émettre des doutes…

Bilan dans quelques mois, quelques années…

YV

Crédit photo : DR 
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

À quoi ressemblerez-vous dans 20 ans ? L’intelligence artificielle le sait !

« À quoi ressemblerai-je dans dix ans ? ». Si vous êtes de ceux qui se posent la question régulièrement, l’intelligence artificielle a quelque chose pour vous. Vieillissement...

Intelligence artificielle. Trop d’hommes blancs dans les algorithmes ?

L’intelligence artificielle connait actuellement un développement fulgurant. Mais, alors que les algorithmes de reconnaissance faciale sont de plus en plus performants, une scientifique américaine...