Drogue. On trouve de la coke livrée par Uber et de l’ecstasy sur Telegram…

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Les nouvelles technologies facilitent la vie des gens, mais aussi celle des dealers en maximisant la facilité du trafic, ainsi que des livraisons. L’ubérisation a fait entrer sur le marché des transports des chauffeurs nettement moins bien surveillés que ne l’étaient les artisans taxis, en nombre limité donc contrôlable, tandis que les nouvelles technologies permettent d’augmenter nettement la « clientèle » desdits trafics.

Dimanche dernier, le 1er décembre, trois Lyonnais déjà défavorablement connus des services de police ont été arrêtés à Nantes dans l’appartement qu’ils louaient, dans le quartier dit « sensible » de la Bottière, à l’est du centre-ville. Chez eux, 200 grammes de cocaïne (12 500 € à la revente) ont été retrouvés dans le frigo, 3 autres grammes ailleurs (180 € à la revente), ainsi que 15 000 € de billets planqués dans une chaussette.

Livraisons en Uber

Venus de l’extérieur pour participer au marché particulièrement juteux de la drogue à Nantes, ces délinquants chevronnés âgés de 25 ans environ avaient mis en place un fonctionnement novateur : un centre d’appel prenait les commandes, et les livraisons se faisaient en Uber, pour une trentaine de ventes quotidiennes. Ces dernières se faisaient de 13h30 à 2h du matin, principalement dans le centre-ville (Graslin, Duchesse-Anne, Hôtel-Dieu), et le trio écoulait ainsi 200 grammes de cocaïne tous les quatre jours.

Sur le réseau social Telegram, dans un groupe belge, un dealer hollandais fait lui aussi ses propositions, affichant les photos de la came – de l’herbe de cannabis, de la résine, de l’ecstasy (MDMA) en tablettes colorées, le tout Made in Holland.

Un lecteur nous transmet sa conversation, ce 8 décembre : 10 € la tablette d’ecstasy, 9 € le gramme de weed (marijuana), expédition comprise. Livraisons « face to face » (directes) en Hollande, et postales sinon. Acheter de la drogue, c’est illégal, mais simple comme bonjour.

Quatre kilos chez le petit dealer de Chantenay

Cependant, les vieilles méthodes gardent leurs aficionados en France – au contraire des pays de l’Est. Ainsi un Nantais âgé de 20 ans, déjà connu de la police, mais pour délits routiers, avait été arrêté lundi dernier, le 2 décembre, en même temps que 15 autres interpellations en lien avec la fusillade du mois d’avril rue Maréchal Joffre.

Chez cet interpellé donc, rue Gutenberg à Chantenay, 4 kilos de résine de cannabis (26 700 € à la revente), 300 grammes d’herbe de cannabis (2 000 € à la revente), 37 grammes d’héroïne (220 € à la revente) et du matériel pour conditionner la drogue, ainsi que 400 € en liquide, six téléphones et un pistolet d’alarme. L’attirail du parfait dealer et son stock.

Jugé en comparution immédiate, il a affirmé avoir stocké la drogue après avoir été soumis à des pressions. Il a été condamné à un an ferme et un an avec sursis, avec interdiction de détention d’arme à l’avenir.

Fusillade rue Maréchal Joffre : 15 personnes écrouées et 20 armes saisies

Par rapport aux autres interpellations, à ce jour, à la suite de deux vagues d’interpellations à Nantes, Brest, Lorient, Lyon et en Ile-de-France, fin novembre et début décembre, une vingtaine d’armes ont été saisies et 15 personnes de 20 à 37 ans, d’origine extra-européenne principalement, sont en détention provisoire, pour tentative de meurtre en bande organisée, association de malfaiteurs et acquisition et détention d’arme ou de munition de guerre.

Louis Moulin

Crédit photos : Breizh-info.com et Tiahn/Wikimedia (couverture)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

Articles liés

Nantes. Arrestation d’un suspect du meurtre de janvier aux Dervallieres

Le 11 janvier dernier, au pied du Building, immeuble assiégé par le trafic de drogue aux Dervallieres - il s'y poursuit toujours au 16,...

Deal de drogue à Nantes : la nourrice était payée 30 euros par jour

L'arrestation le 7 mai d'un dealer interpellé à la Bottière rue Paul Sabatier chez la nourrice - la personne chez qui la drogue était...

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort du policier Eric Masson à...

Football. Le Stade Rennais accroche le PSG, victoire du FC Nantes, défaites de Brest et de Lorient

Le sprint final est lancé concernant la saison de Ligue 1, avec la 36ème journée jouée ce week-end. Les Lillois pourront remercier le Stade...