László Tőkés, l’homme qui a fait tomber Ceaușescu ! [Vidéo]

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Parmi toutes les démocraties populaires, c’est celle du régime roumain de Nicolae Ceaușescu qui a été la plus dure et a tenu le plus longtemps. Ce n’est qu’à la mi-décembre 1989 que le régime a commencé à vaciller, avec pour épicentre la ville de Timișoara, située à l’ouest du pays, à proximité de la Yougoslavie et de la Hongrie. L’étincelle qui a déclenché les événements révolutionnaires était un pasteur calviniste, László Tőkés, que la Securitate (la police politique du régime) voulait chasser de la ville en raison de son opposition au pouvoir. Mais le rassemblement de la population de Timișoara – toutes ethnies et religions confondues – pour prendre la défense du pasteur Tőkés a mis le feu aux poudres et entraîné l’écroulement du régime communiste roumain, avec l’exécution du couple Ceaușescu suite à un putsch interne à l’appareil d’État.

Trente ans après, László Tőkés, qui a siégé au Parlement européen de 2007 à 2019, a répondu aux questions de Ferenc Almássy et est revenu sur ces journées décisives qui mirent un terme à la dictature du « génie des Carpates ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a...

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Articles liés