viol
photo d'illustration
À Rennes, un Afghan de 29 ans a été mis en examen. Il est suspecté d’avoir violé deux femmes. La ville de la socialiste Nathalie Appéré voit son image de nouveau entachée par l’insécurité sur fond d’immigration extra-européenne.

Deux femmes violées à Rennes

Tandis que la municipalité rennaise est occupée à interdire les terrasses chauffées du centre-ville pour des motifs écologiques improbables, les dealers, agresseurs, mineurs étrangers délinquants et autres violeurs continuent quant à eux de semer la terreur. Dans la nuit du 23 au 24 novembre dernier, une jeune femme avait été violée vers 3 h du matin aux abords de la tour des Horizons où elle logeait chez un proche. Accostée par un inconnu, elle sera ensuite rapidement frappée puis violée par l’individu, ce dernier l’ayant plaquée au sol.
Toujours à Rennes, toujours aussi sordide, c’est cette fois une femme d’une quarantaine d’années qui a vécu elle aussi le cauchemar d’un viol, dans la nuit du 14 au 15 décembre. La scène s’est déroulée au même endroit que le cas précédent, à savoir dans l’allée Alfred-Jarry. Avec le même procédé : violence et viol.

L’Afghan interpellé et incarcéré

À partir de l’ADN du violeur récupéré sur les vêtements de la victime du mois de novembre, les enquêteurs vont retrouver sa piste puisque le prélèvement concorde avec celui relevé dans une autre affaire de viol ayant eu lieu quelques mois auparavant, à Brest cette fois.

Après de nombreuses surveillances dans le centre-ville de Rennes, les policiers finissent par repérer un individu au comportement suspect errant dans la nuit du 27 au 28 décembre. Un fois interpellé par la brigade anti-criminalité puis placé en garde à vue, il a été soumis à un prélèvement ADN. Lequel a révélé qu’il s’agissait bien du violeur de la première victime.

Quant à son identité, l’immigration extra-européenne incontrôlée est une nouvelle fois en cause dans cette affaire puisqu’il s’agit d’un Afghan âgé de 29 ans et se trouvant sur le territoire français depuis cinq ans. Depuis la région parisienne, il a par la suite gagné Brest puis Rennes. Ville dans laquelle il logeait chez d’autres Afghans… Le suspect a été mis en examen pour les deux viols commis dans la capitale de l’Ille-et-Vilaine le 29 décembre avant d’être placé en détention provisoire.

Si Rennes a été la quatrième ville de France pour son dynamisme démographique en 2019, l’insécurité qui s’y développe a elle aussi explosé. Décidément, le rapprochement entre la Bretagne et Paris (voulu par des élus bretons aux visées court-termistes) n’avait même pas besoin de la LGV : la tiers-mondisation de notre péninsule s’accomplit à grande vitesse !

Arthur Keraudren

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine